Le Phœnix a gagné sa deuxième partie préparatoire en autant de sorties depuis le début du camp 2020.
Le Phœnix a gagné sa deuxième partie préparatoire en autant de sorties depuis le début du camp 2020.

Victoire sur fond contrasté

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
C’était le 6 mars 2020. Le Palais des sports était plein à craquer. Pas moins de 4005 spectateurs assistaient sans le savoir à la dernière partie de la saison du Phœnix à Sherbrooke. Le lendemain à Gatineau, la meilleure équipe au Canada remportait un 13e match de suite. On connaît la suite. Le Phoenix disputait jeudi soir un premier match depuis l’arrêt abrupt causé par la COVID-19. Et ce, sans spectateur. Un contraste sévère avec sa dernière visite au Palais.

Des entraîneurs avec des masques et des lunettes. Pas d’animation durant les arrêts de jeu ni de moitié-moitié. Aucune odeur de poutine dans l’amphithéâtre. Bien des choses ont changé au Palais des sports depuis la suspension de la saison 2019-2020. Mais ce qui est demeuré sensiblement pareil, c’est le succès que connaît le Phœnix sur la glace.

Les hommes de Stéphane Julien ont réussi leur rentrée à domicile en reprenant là où ils avaient laissé. Après un gain à Drummondville mardi, le Phœnix a une fois de plus goûté à la victoire lors du deuxième match préparatoire face aux Voltigeurs grâce à un gain de 4 à 3 en fusillade. 

« Le jeu est un peu décousu lors des camps d’entraînement, mais le plus important est de ressortir avec la victoire, a indiqué le vétéran Patrick Guay. Ça fait différent de jouer sans partisans au Palais. On n’entend pas la foule crier après nos buts. C’est spécial. La saison dernière, on jouait en plus devant de très bonnes foules. Mais en fin de compte, ça reste du hockey. Il faut se donner à fond pour s’assurer de la victoire et pour terminer au premier rang du classement, une fois de plus. »

Le Phoenix revient de l’arrière

Contrairement à mardi, les deux formations ont envoyé sur la patinoire de nombreux vétérans à l’occasion de ce deuxième match en trois jours.

Comme il l’a fait si souvent lors de la saison 2019-2020, le Phoenix a rapidement pris les devants, et ce, grâce à la recrue Ludovic Harrisson, qui a su dévier un tir de Jaxon Bellamy à la suite d’une montée à l’emporte-pièce de son coéquipier Anthony Munroe-Boucher.

L’avantage numérique a toutefois souri aux visiteurs. Jacob Dion a été le premier des siens à déjouer le jeune Jasmin Simon avec l’avantage d’un homme et le défenseur a été imité par Charles-Antoine Dumont en fin de période. 

Oublié à la ligne bleue lors de la reprise du jeu au second vingt, Charlie Da Fonseca a amorcé une attaque à deux contre un pour ensuite remettre la rondelle à Elliot Lavoie, qui a touché la cible avec un tir sur réception : 3-1 Drummondville. 

Croire que la victoire des Voltigeurs était alors dans la poche aurait été de bien mal connaître le Phoenix, qui a redoublé d’efforts pour niveler la marque à la suite du but de Patrick Guay, qui a complété un jeu amorcé par Bailey Peach, et du filet de Jaheem Aurélien-Lagacé, but marqué en avantage numérique grâce au travail de Xavier Parent et Jaxon Bellamy. 

Venu en relève à Simon (13 arrêts sur 16 tirs) devant le filet du Phoenix, David Provencher a longtemps maintenu le pointage à 3-3, tout comme son homologue Mathis Dorcal-Madore. Ce dernier a poursuivi le travail de Ryley Mercer, auteur de 5 arrêts sur 8 tirs en 30 minutes de jeu.

Les deux gardiens ont ainsi forcé la tenue d’une prolongation et même d’une fusillade. 

Charlie Da Fonseca a d’abord déculotté Provencher et Guay a répliqué aussitôt. Xavier Simoneau s’est ensuite buté au gardien du Phœnix puis grâce à son but, Samuel Poulin a transféré toute la pression sur Jérémy Lapointe, forcé de marquer pour que le débat se poursuive. Mais Provencher a eu le dernier mot, permettant ainsi au Phoenix de célébrer. 

L’absence de spectateurs a rendu l’expérience des joueurs plutôt particulière, jeudi à l’occasion du premier match préparatoire au Palais des sports.

Le portrait demeure flou

Deux joueurs du Phoenix ont été retranchés à la suite de cette partie préparatoire. Le défenseur invité Mathieu Boislard et l’attaquant Gabriel Simoneau, repêché en 13e ronde en 2018.

Si le portrait s’éclaircit de plus en plus, il demeure encore flou aux yeux de l’entraîneur et directeur général du Phoenix. 

« La première période a été très difficile pour tout le monde. Mais ensuite, on a assisté à une très belle prestation de Ludovic Harrisson et Jaheem Lagacé-Aurélien. Avec Anthony Munroe-Boucher, ils ont été mes meilleurs joueurs ce soir à l’attaque. Physiquement, ça devient dur pour nos gars à cause du camp intensif depuis le début de la semaine. Mais on remarque que certains font très bien depuis le début du camp, comme Karl Vaillancourt entre autres. En défensive, Vincent Trudel a une longueur d’avance physiquement et j’aime ce que Blanchard nous donne. Mais on reste encore plutôt indécis surtout concernant nos attaquants. »

Stéphane Julien a également apprécié les sorties du gardien recrue Jasmin Simon. 

« Il a montré qu’il pouvait garder les buts dans le junior majeur », indique l’entraîneur, qui a semblé très dérangé par son masque et ses lunettes lors de la partie. 

Stéphane Julien a d’ailleurs terminé la rencontre dans les hauteurs du Palais des sports, en ne revenant pas derrière le banc des siens en troisième période.

« C’était pour mieux voir les joueurs. On voit davantage le jeu à partir des galeries... », a-t-il fourni comme explication.