Contrairement à plusieurs de ses homologues, le directeur général du Phœnix, Jocelyn Thibault, n’a pas fait de transaction lors de l’ouverture du marché des échanges dans la LHJMQ.

Une pause sur fond d’incertitude

Le Phœnix de Sherbrooke n’a pas effectué de transactions dimanche à l’ouverture du marché des échanges dans la LHJMQ et le directeur général Jocelyn Thibault n’a pas l’intention d’être parmi les plus actifs, ce qui n’empêche pas ses joueurs à quitter pour la pause de Noël avec une légère incertitude.

« On a organisé une rencontre il y a quelques jours déjà et on a parlé de cette période de transactions, ce qui fait en sorte que ce sujet est derrière nous maintenant, donc on ne s’en parle pas nécessairement dans le vestiaire, indique Samuel Poulin. 

« On sentait il y a deux semaines que certains d’entre nous pensaient à cette période de transactions, précise Alex-Olivier Voyer. Les entraîneurs ont donc pris le temps de nous rencontrer. Il y aura peut-être du mouvement chez le Phoenix, mais ce ne sera rien de majeur, paraît-il. On a un bon groupe de joueurs et le but n’est pas de le détruire. Peu importe ce qui arrive, notre rôle est de jouer au hockey et celui de Jocelyn Thibault est de gérer l’équipe, donc on ne contrôle rien de toute façon. »

Ces derniers admettent qu’ils s’attendent à voir un ou deux joueurs partir ou arriver. 

« Certains pensent quitter, d’autres pensent rester, mais au final on ne sait pas ce qui peut arriver. Ça fait partie du jeu, que ce soit dans le junior ou dans le pro. Il y aura peut-être des joueurs qui se joindront à nous ou qui partiront, mais le noyau demeurera le même et tant mieux si j’ai encore les mêmes coéquipiers à la fin de la saison, parce que tout le monde a du plaisir ensemble cette année », lance Samuel Poulin.

« J’ai déjà été l’objet de rumeurs à Rimouski, confie Voyer. On m’envoyait à Gatineau avant Noël. C’est un peu la tempête quand ça arrive, ce n’est jamais plaisant. Et finalement, j’ai terminé l’année avec l’Océanic. Il ne faut donc jamais trop s’en faire. On profitera tout de même du temps passé en famille et du repos. On reviendra ensuite au hockey le 28. »