Le Phoenix s'est bien défendu contre les Mooseheads d'Halifax samedi, mais n'a pas été en mesure d'arracher les deux points de classement. En plus, l'équipe Sherbrookoise a perdu d'autres guerriers durant l'affrontement.

Une autre tuile sur la tête du Phoenix

Après avoir perdu les services de Marek Zachar samedi lors du match contre les Mooseheads d'Halifax, le Phoenix s'est vu privé des services de la prolifique recrue Anderson MacDonald. Les deux attaquants sont blessés à l'épaule et rateront de quatre à six semaines d'activités.
La nouvelle a eu l'effet d'une réelle douche froide sur la tête des membres de l'organisation. Si le Phoenix pensait avoir enfin vidé l'infirmerie avec le retour au jeu de Nicolas Poulin, ce dernier est déjà de retour dans les gradins à cause d'une blessure au dos liée au surentraînement. Et il aura de la compagnie. Dont celle de Cody Donaghey, victime d'une commotion cérébrale, qui accompagnera aussi Zachar et MacDonald.
« C'est toujours décevant de voir des guerriers tomber au combat, a mentionné l'attaquant Félix Robert après la défaite de 2 à 1 au Palais des sports contre les Mooseheads. Il n'y a rien de pire que les blessures pour nuire à une équipe. D'autres devront prendre le relais. »
En première période, Zachar a lourdement chuté sur la glace après un impact avec un adversaire pour finalement terminer sa course dans la bande. MacDonald a quant à lui été blessé à la toute fin du match.
« On n'est pas une équipe qui possède une grande profondeur, note le capitaine Hugo Roy. Marek et Anderson sont de bons éléments pour nous et on est très déçus de les perdre pendant plusieurs semaines. »
Certains auraient du moins espéré que les Mooseheads soient punis après l'accrochage, frôlant la mise en échec, sur Zachar.
« Les coups chiens ont frustré toute l'équipe, estime Robert. On s'est tenus et on n'a pas reculé devant leur jeu physique. Quand Johnatan Legault s'est battu, on a apprécié son geste. En tant que recrue, j'apprends en voyant agir ainsi un vétéran de 20 ans. »
Legault s'est effectivement porté à la défense de la recrue Evan MacKinnon en servant le KO à Joel Bishop, qui venait d'effectuer une mise en échec près du centre de la patinoire.
« Je n'accepte pas que mes coéquipiers se fassent malmener et mon travail est de les protéger pour qu'ils se sentent bien sur la glace, note le vétéran défenseur. J'ai fait ma job et j'étais content de voir que mes coéquipiers ont tué mes cinq minutes de pénalité. »
« Vendredi contre les Tigres, mes joueurs se sont fait brasser un peu et ils tenaient aujourd'hui à prouver qu'ils peuvent jouer des parties plus physiques en ne reculant devant personne. C'est bon signe pour notre équipe », considère l'entraîneur Stéphane Julien.
Lors de ce match ponctué de bagarres et de violentes mises en échec, Julien Pelletier a dû jeter les gants contre l'imposant Jordan Lepage et la recrue des Mooseheads a eu le dessus en toute fin de combat blessant ainsi Pelletier au visage. À plusieurs reprises, Luke Green a également reçu la visite de ses adversaires après avoir offert de bonnes mises en échec.
« C'était une partie émotive, admet Green. Je devais garder mon calme afin de permettre à mon équipe de profiter des avantages numériques pour revenir de l'arrière, mais on n'a pu capitaliser. »
En 33 matchs, Zachar a amassé 33 points. Macdonald avait déjà 25 buts et 12 mentions d'aide en 42 parties.
Un banc presque vide
Plus le match avançait, plus le banc du Phoenix se vidait samedi. Rien pour aider la troupe sherbrookoise, qui cherche désespérément un moyen de marquer des buts depuis quelques parties.
« Compter des buts n'a jamais été un problème pour nous et depuis deux matchs, on ne profite pas de nos chances, ce qui nous fait perdre le momentum, a avancé le pilote des Oiseaux. On a eu droit à un match intense et très physique. Tout le monde s'est bien battu. Mais à la fin, il ne restait plus beaucoup de monde sur le banc. Il me manquait plusieurs éléments importants, comme Julien Pelletier entre autres, ce qui a nui à notre offensive. »
« C'est frustrant et on est très déçus. Non seulement à cause du résultat, mais aussi à cause des blessures. Il faudra d'ailleurs trouver une façon de marquer. Fitzpatrick a été excellent, on n'a toutefois pas été capables de lui donner plus qu'un but. Mais c'est l'histoire d'un week-end. On ne doit pas paniquer et notre but est d'aller chercher les quatre points le week-end prochain », résume Félix Robert.