Reilly Pickard a fait face à 33 lancers pour finalement offrir une victoire au Phoenix à Rouyn-Noranda.

Un record et une victoire à Rouyn-Noranda

Le Phoenix a gagné un septième match de suite vendredi soir en visitant les Huskies à Rouyn-Noranda. Les Oiseaux peuvent dire merci aux frères Poulin, qui ont pris les choses en mains à la toute fin de la rencontre pour ainsi offrir aux Sherbrookois un gain de 3 à 2.

Samuel Poulin a joué aux héros en nivelant la marque avec un peu plus d’une minute à jouer. Son frère aîné Nicolas l’a imité avec un tir du poignet franc en prolongation. Cette séquence de victoires constitue un record de franchise.

« Les plus anciens de l’équipe savent ce qui se cache derrière cet exploit. Il faut se rappeler par où nous sommes passés avant d’en arriver là. On surfe sur cette vague de succès et on avait évidemment le record en tête. Qu’il soit établi à Rouyn-Noranda, c’est encore plus gratifiant », a confié le défenseur Thomas Grégoire.


«  Avec sa commotion cérébrale, la saison a mal commencé pour Samuel Poulin, mais son attitude est numéro 1 et il n’a jamais abandonné.  »
Stéphane Julien

Le Phoenix n’avait gagné que deux fois en six ans à l’aréna IamGold. Chaque fois en prolongation. C’est donc dire que les Huskies ont obtenu au moins un point à chaque match contre le Phoenix à domicile.

«C’est notre bête noire. Malgré tout, il faudra demeurer humbles dans la victoire et ne pas tomber dans la facilité », a ajouté Grégoire.

Un seul but en tête

Les Huskies avaient pourtant pris les devants 2-0 grâce à l’indiscipline du Phoenix et aux marqueurs Mathieu Boucher et Alex Beaucage en première période.

C’est en troisième période que le Phoenix a vu son attaque débloquer. Benjamin Tardif a été le premier à faire bouger les cordages.

Excellent jusque-là, le gardien Zachary Émond a permis aux visiteurs de revenir de l’arrière pour ainsi causer la surprise.

Ce dernier a été testé à 38 reprises alors que Reilly Pickard a reçu 33 lancers.

« Les trois punitions de Mathieu Olivier n’ont pas aidé en première période, note l’entraîneur Stéphane Julien.

Par la suite, on a joué du bon hockey. Les frères Poulin ont été mes meilleurs attaquants. Samuel a obtenu au moins un point à ses huit derniers matchs et je n’ai jamais été inquiet dans son cas. Avec sa commotion cérébrale, la saison a mal commencé pour lui, mais son attitude est numéro 1 et il n’a jamais abandonné. »

Sherbrooke visitera samedi soir les Foreurs de Val-d’Or, seizièmes au classement.

« Quand on joue en confiance, on réalise de belles choses en équipe. Je m’attendais à ce que les Huskies commencent le match en force et on a pu compter sur notre gardien pour nous garder dans le match. À Val-d’Or, le premier but sera important et on tient à poursuivre cette série de victoires », termine Julien.