Dilan Savenkov a hâte au camp d’entraînement du Phœnix. Tellement qu’il s’est même présenté à Sherbrooke pour voir le Palais des sports.

Un champion national de karaté chez les Oiseaux

Une fois rendu en 9e ronde, les sélections effectuées lors du repêchage de la LHJMQ font normalement peu sourciller. Mais celle du Phœnix a de quoi faire jaser. Le 153e choix au total de l’encan 2018 appartenait à la formation sherbrookoise, qui a osé repêcher un Estonien évoluant aux États-Unis : Dilan Savenkov... un champion national de karaté.

Âgé de 16 ans, Dilan Savenkov est un défenseur des Hitmen du New Jersey frôlant les 6’0 et pesant 175. S’il est reconnu pour sa production de points au sein de son ancienne équipe, rares sont ceux qui savent que ce hockeyeur est ceinture marron en karaté. Celle juste avant la noire.

Normalement, il est difficile d’attirer un joueur des États-Unis dans la LHJMQ. Pas dans ce cas : Savenkov a quitté Shawinigan le lendemain du repêchage afin de visiter le Palais des sports et prendre des photos avec son chandail du Phœnix devant l’amphithéâtre : ses intentions sont claires.

Plus jeune, Dilan Savenkov pratiquait le karaté, allant même jusqu’à gagner le championnat national de son groupe d’âge.

« J’espère obtenir ma place au sein de l’équipe dès cette saison, dit-il. J’ai un bon lancer, je suis créatif sur la glace et je suis rapide pour mon âge. Je suis aussi un joueur assez physique. »

Cette dernière qualité n’a rien d’étonnant quand on sait qu’il est un expert en arts martiaux.

« Je suis un ancien champion de karaté de ma catégorie en Estonie », soutient le défenseur.

En plus d’avoir représenté son pays au Championnat national des moins de 18 ans, Savenkov a empoché 20 points en 40 parties dans le midget la saison dernière peu après avoir évolué en Finlande.

« Je ne l’ai jamais vu jouer, mais notre directeur du recrutement Alain Préfontaine le connait bien : il parait que Dilan frappe comme un train, informe le directeur général Jocelyn Thibault. On le compare à Alexei Emelin ou bien à l’ancien défenseur de notre équipe, Vladislav Lysenko. En plus, il a tout un coup de patin. Ses parents donnent justement des cours de power skating. Même s’il est né en Europe, on a fait les démarches pour le rendre admissible au repêchage puisqu’il a joué l’an dernier aux États-Unis et il devrait se battre pour un poste. »