Denis Hallé, un ancien joueur des Castor, assistait à la partie avec sa famille.

Un ancien des Remparts dans la cour du Phoenix

Parmi les milliers de spectateurs au match du Phoenix dimanche, on retrouvait Denis Hallé, fièrement vêtu du chandail bleu et beige de la formation sherbrookoise. Pourtant, la dernière fois qu'il avait mis les pieds dans le Palais des sports, c'était en 1977... avec les patins aux pieds et dans l'uniforme des Castors.
C'était donc un retour aux sources pour ce Sherbrookois d'origine, recruté par les Castors en 1975 à la suite d'un « concours de circonstances ».
« L'équipe venait d'avoir un terrible accident d'autobus et le joueur Gaétan Paradis était décédé. Les Castors étaient donc à la recherche d'un seul joueur de centre et c'est moi qu'ils ont choisi », explique celui est dorénavant professeur d'éducation physique dans une école de Québec.
M. Hallé fait malgré tout rapidement sa place dans l'équipe.
« Les deux premiers mois, j'étais sur le quatrième trio. En novembre, j'étais sur le premier trio avec Peter Marsh, Bobby Simpson, Daniel Chicoine, Richard Sévigny dans les buts... C'était la grosse équipe! En 75-76 on a perdu la Coupe du Président contre les Remparts, mais on l'a repris en les battant à notre tour en 76-77, en plus de remporter la Coupe Memorial à Vancouver », se rappelle M. Hallé, le sourire aux lèvres.
L'année suivante, le « produit sherbrookois » comme il se nomme est échangé aux Remparts où il portera l'insigne du capitaine pendant une saison. Il décide ensuite d'arrêter sa carrière de hockeyeur pour se concentrer dans ses études.
Que pense-t-il du niveau de la LHJMQ d'aujourd'hui?
« Les joueurs ont une meilleure exécution que dans notre temps et ils sont de plus en plus rapides. Chose certaine, on a droit à du bon hockey », lance-t-il.
Et entre les Phoenix et les Remparts, pour qui prend-t-il?
« Mon coeur va au Phoenix puisqu'on n'oublie jamais ses racines, mais ma tête est aux Remparts puisque je suis à Québec depuis plusieurs années... » finit par avouer M. Hallé, en rigolant.
Résultat : 1-0 pour la tête.