Jocelyn Thibault se qualifie d’acheteur modéré pour la prochaine période de transaction.

Thibault hésite à brasser la soupe

L’ouverture de la période de transactions est à nos portes et le directeur général du Phoenix se positionne clairement comme un acheteur modéré, mais intéressé à améliorer son équipe à moyen terme.

Jocelyn Thibault se tiendra proche du téléphone dès dimanche et gardera sa sonnerie assurément ouverte jusqu’au 6 janvier à midi. Son plan est fort simple : acheter des joueurs qui seront encore dans l’alignement la saison prochaine sans toutefois détruire son noyau.

« J’hésite à brasser la soupe, dit-il. J’aime la dynamique de notre équipe. Est-ce que ça va bouger de notre bord? Peut-être que je serai acheteur, mais pas au détriment de l’avenir de notre équipe. Je ne regarde donc pas vers ceux qui ne seront plus dans le junior majeur la saison prochaine. Je refuse d’hypothéquer l’avenir dans le but d’améliorer nos chances de gagner seulement cette saison. On regarde un peu plus loin. »

Après avoir été le chef d’orchestre des trois dernières séances de sélections, Jocelyn Thibault a aussi vécu trois périodes de transactions et le plan demeure le même : mettre toutes les chances de son côté pour les saisons 2019-2020 et 2020-2021.

« Ce que je souhaitais il y a trois ans, c’était de changer la mentalité du club. On espérait monter un beau programme et établir une culture gagnante mettant en avant-plan l’effort collectif. Le nouveau personnel de recruteurs devait suivre cette ligne directrice et moi aussi. On est jeunes et je sens que notre club s’en va dans la bonne direction. Notre équipe réalise de belles choses. Je ne dis pas que je ne veux pas gagner dès cette année, mais je veux que l’on maintienne la cadence tout en rajoutant peut-être de jeunes joueurs qui cadrent dans notre plan. »

Des premiers choix attrayants

Grâce à la bonne profondeur de son alignement et à sa banque intéressante de choix au repêchage, Jocelyn Thibault a tous les outils nécessaires pour discuter avec ses homologues. En langage de poker, il a un jeu gagnant dans sa main, reste à bien jouer ses cartes pour l’emporter. 

« Mes deux sélections de premier tour en 2019 (NDLR: celui du Phoenix et celui de Moncton) semblent attrayantes pour les autres directeurs généraux. Du moins, ils sont très populaires si je me fie aux appels reçus. Je n’ai peut-être pas envie d’échanger les deux, mais si l’occasion est belle de monnayer un des deux choix pour améliorer l’équipe à moyen terme, je le ferai. »

Son plus grand défi? Améliorer sa formation sans mettre de côté un jeune joueur qui joue bien et qui progresse bien.

« Je prendrai les décisions cas par cas. Si j’ai la chance d’obtenir un joueur, je dois toujours me demander lequel je mettrai de côté pour lui faire une place. Par exemple, mon top 9 à l’attaque sera difficile à tasser. »

Une défensive à bonifier

La relève semble belle à l’attaque, en défensive et devant le filet chez le Phoenix. Ce qui lui manque? Un défenseur pouvant stabiliser la brigade défensive en lui apportant un peu d’expérience. Rappelons qu’à l’âge de 20 ans, Ryan DaSilva est le doyen chez les défenseurs, suivi d’Olivier Crête-Belzile, âgé de 18 ans. Sinon, tous les autres ont 17 ans. 

« On est jeunes en défensive, j’aime la façon dont mes jeunes défenseurs se développent et je ne veux pas de joueurs de location. En fait, je resterai à l’affût des occasions qui se présentent à moi, que ce soit pour un attaquant, un défenseur ou un gardien. »

Le statu quo n’est pas non plus mis de côté.

« Ça se peut aussi que je ne bouge pas du tout d’ici le 6 janvier. Tout sera pensé et réfléchi. Ce n’est pas toujours évident d’effectuer des transactions, mais j’ai comme objectif d’améliorer mon équipe durant la prochaine période de transactions », conclut Thibault.