Pas de lendemain possible après le match contre les Cataractes

Il y plus d'un mois, le prochain match du Phoenix se voulait le plus important de la saison. Mais après chaque match, même si le Phoenix le perdait, il y avait toujours un lendemain pour se reprendre. Ce mercredi soir contre les Cataractes de Shawinigan, la rencontre se veut plus importante encore puisqu'il n'y a pas de lendemain possible.
Une défaite en temps réglementaire signifierait l'exclusion définitive du Phoenix des séries. Les belles réalisations de la toute première édition ne pourraient être répétées. On sait déjà que la formation sherbrookoise ne pourra atteindre les 21 victoires de l'an dernier, ni les 51 points au classement. À cela, on pourra ajouter l'exclusion des séries si le Phoenix devait subir un seul revers à ses trois dernières rencontres de la saison.
Après le premier mois du calendrier, lorsque les Cataractes étaient toujours à la recherche d'une première victoire après 11 défaites, qui aurait pu croire que Shawinigan pourrait priver le Phoenix d'une participation aux séries de fin de saison ? Sans compter le fait que les deux formations sont dirigées par des amis de longue date, et que la candidature du Sherbrookois Martin Bernard, devenu entraîneur des Cataractes depuis, n'a pas été retenue dans le processus d'embauche de l'entraîneur du Phoenix. Un beau petit moment de vengeance ?
« Je n'ai même pas pensé à cela, réplique aussitôt Martin Bernard. Je n'ai aucune rancoeur envers le Phoenix. Je connais les gens du Phoenix, ils ont réalisé des choses exceptionnelles pour Sherbrooke en ramenant le hockey junior. » Quant à son amitié pour Judes Vallée, Bernard ajoute: « En situation de match, les deux entraîneurs veulent tellement gagner qu'ils font abstraction de leurs liens d'amitié. Pour moi, il n'y aura que deux points en jeu. Deux points qui représentent un pas de plus pour nous vers les séries. »
Un pas, puisque Saint-Jean peut rejoindre les Cataractes au 16e rang, le dernier donnant accès aux séries.
Mission difficile
Du côté du Phoenix, on réalise que la commande sera difficile: trois victoires en trois matchs. « Contre Shawinigan qui se bat comme nous pour une place en séries, contre Gatineau qui espère toujours rattraper Drummondville au classement et contre Val-d'Or qui croit encore à ses chances de terminer au premier rang de notre division », fait remarquer l'entraîneur Judes Vallée qui avait décidé d'attendre à l'entraînement de ce matin et avant la rencontre ce soir pour revenir sur l'importance du match avec ses joueurs. « Moi mon rôle, c'est de m'assurer que tout le monde y croit encore dans le vestiaire », ajoute l'entraîneur sherbrookois qui, comme son copain Martin Bernard, fera abstraction de l'amitié qui les lie. « Je ne souhaite de mal à personne (surtout pas à Martin), mais je me souhaite du bien à moi-même! »
Vallée entend utiliser ses meilleurs éléments au maximum face aux Cataractes: « Même si mes meilleurs joueurs ont 16 et 17 ans ! »
Il pourrait compter sur le retour du vétéran défenseur Nathan Glass, mais la décision ne sera prise qu'avant la rencontre. Par ailleurs, le petit attaquant Tim Wieser a repris l'entraînement avec ses coéquipiers hier. Il serait toutefois surprenant qu'il soit prêt pour un match complet. On visait davantage le match de vendredi à Gatineau.