Dennis Yan a pu célébrer un but et la victoire des Cataractes de Shawinigan samedi. La série, qui est maintenant à égalité (1-1), se poursuit mardi et mercredi soir au Palais des sports de Sherbrooke.

On a une série!

Qui l'eût cru? On aura finalement droit à une série digne de ce nom entre les Cataractes et le Phoenix. Les résultats du dernier week-end portent d'ailleurs les deux équipes à croire que le duel sera plus long que prévu.
« Pour être franc, on savait que cette série allait être longue, a avancé Alexis D'Aoust des Cataractes. On s'est préparés pour disputer sept matchs contre le Phoenix. On n'a jamais pensé que ce serait facile de jouer contre le Phoenix. »
Après un gain de 3 à 2 des Sherbrookois vendredi et une victoire de Shawinigan par un pointage identique samedi, la série se transporte maintenant à Sherbrooke mardi et se poursuivra mercredi au Palais des sports. C'est donc dire que l'avantage de la patinoire appartient au Phoenix.
« On est en train de prouver à tout le monde que le Phoenix peut rivaliser contre Shawinigan, a affirmé l'attaquant sherbrookois Nicolas Poulin après la défaite de samedi. Dans l'ensemble, on a été aussi bons que les Cataractes jusqu'à maintenant, sinon meilleurs. Aucun expert croyait que le Phoenix pouvait en voler une ce week-end. On doit donc continuer de travailler fort et d'être confiants, ce qui n'a pas toujours été le cas en saison. »
Et dire que le Phoenix n'était qu'à un cheveu de niveler la marque lors des dernières secondes samedi lorsque la rondelle a sautillé devant la palette de Guillaume Gauthier, qui avait une cage ouverte devant lui.
« J'aurais évidemment aimé mettre la rondelle dans le but en fin de partie, a-t-il souligné, mais on repart au moins de Shawinigan avec une victoire et on est heureux de revenir à la maison. »
Les Cataractes peu surpris
Il faut avouer que les Cataractes avaient le couteau entre les dents samedi. Mais ils ont tout de même accordé les deux premiers buts comme ils l'avaient fait la veille.
« Perdre le premier match à domicile et jouer du hockey de rattrapage lors des deux premières parties, ce n'était pas le scénario rêvé, a admis l'entraîneur de Shawinigan, Claude Bouchard. On devait trouver le moyen de bien réagir! »
« On a accordé un but sur la première chance de marquer du Phoenix samedi, a poursuivi Bouchard. Puis on s'est fait battre en avantage numérique. Les gars ont montré du caractère pour se relever de ça. On affronte une équipe bien préparée qui nous donne peu de temps et d'espace sur la glace. À l'interne, on savait que ça allait être une série difficile et c'est exactement ce qui se passe. Le Phoenix a de quoi à prouver et ça peut être dangereux. Il y a du talent dans cette équipe-là. La table est mise pour une longue série. Si ça surprend des gens, nous, on n'est pas étonnés. »
« C'était important de gagner le deuxième match pour se présenter à Sherbrooke avec une victoire de chaque côté, a ajouté D'Aoust, auteur du but gagnant. On ne pourra toutefois pas compter sur nos partisans lors des matchs 3 et 4 même si certains d'entre eux se déplaceront au Palais des sports. »
La confiance est revenue
Dans le monde du hockey, le vent peut tourner de bord rapidement et on en a eu la preuve une fois de plus ce week-end.
« On ne s'attendait pas à gagner vendredi, a confié le pilote des Oiseaux, Stéphane Julien. On passait devoir traverser une grosse tempête. Les unités spéciales ont fait la différence vendredi et tout le monde est satisfait de revenir avec une victoire après notre séjour à Shawinigan. Tous les joueurs se retrouvent sur la même page et poussent dans la même direction. Ça regarde bien pour les deux prochains matchs à domicile. »
« On est heureux de la façon qu'on joue jusqu'à maintenant, a noté Poulin. On n'a peut-être pas ébranlé les Cataractes, mais on a mis de la pression sur eux et ils nous prennent moins à la légère. Ce ne sera pas une courte série! »
Notons en terminant que le Phoenix devra encore une fois se passer de Kay Schweri et Jérémy Roy mardi, deux piliers ennuyés par une blessure.
« J'en demande beaucoup à mes meilleurs gars. On joue avec un alignement réduit. Daniel Audette a joué près de 35 minutes samedi. Les deux jours de repos ont été bénéfiques », a terminé Stéphane Julien.
L'espoir renait chez les amateurs
Si les amateurs du Phoenix semblaient avoir perdu confiance en leur équipe en fin de saison, le dernier week-end d'activités a redonné espoir aux fans. Un effet ressenti jusqu'à la billetterie du Palais des sports.
« Puisque la série est maintenant égale 1 à 1, on sent un plus grand engouement chez les amateurs, confie la directrice des opérations, Sylvie Fortier. L'espoir est revenu soudainement. En plus, les deux premières parties étaient présentées à la télé, ce qui a permis aux fans de suivre la série et de s'y intéresser même si les rencontres étaient présentées à Shawinigan. »
Environ 1500 billets ont déjà été vendus et on s'attend à en distribuer autant mardi.
« Avec le congé de Pâques, la vente était plus au ralenti, mais mardi on s'attend à ce que ce soit la cohue au guichet. Les spectateurs ne doivent toutefois pas attendre à la dernière minute avant d'acheter leur billet sinon ils rateront le début de la rencontre. Il reste encore de bons sièges. Le troisième match est le plus important et on souhaite que les amateurs soient présents et bruyants », résume Mme Fortier.