Nicolas Poulin attendait ce soir-là depuis longtemps. L'attaquant du Phoenix effectuera un retour au jeu contre les Huskies de Rouyn-Noranda après une absence d'environ cinq mois.

Nicolas Poulin enfin de retour

Le 27 août, Nicolas Poulin recevait un coup de genou de David Henley lors d'un match préparatoire. Cinq mois après ces événements survenus à Mont-Laurier contre les Foreurs de Val-d'Or, il effectuera un retour au jeu après avoir traversé des moments difficiles.
« C'est la plus grosse blessure de ma vie, admet l'attaquant du Phoenix. Ça me fait réaliser que mon quotidien n'est pas pareil sans le hockey. Ça me manquait beaucoup. Je suis motivé à prouver à tout le monde durant les 23 prochaines parties que j'ai travaillé fort et que j'ai ma place dans l'alignement même si je n'ai pas encore joué cette saison. »
Lorsqu'il a appris qu'il s'agissait d'une déchirure du ménisque et qu'il devait passer sous le bistouri, le nouvel assistant-capitaine a encaissé un dur coup au moral.
« Le premier mois a été le plus difficile avec l'opération et j'aurais voulu aider l'équipe à gagner quand elle a traversé un passage à vide. »
Des choses à prouver
Le numéro 26 affrontera les Huskies de Rouyn-Noranda vendredi, mais ratera la partie contre les Islanders de Charlottetown puisque le Phoenix amorce une séquence de trois rencontres en trois jours.
« Il a connu ses premiers bons entraînements cette semaine depuis son retour sur la glace et malgré tout, c'était un peu difficile, confie l'entraîneur Stéphane Julien. C'est normal. On le fera donc jouer sur le troisième trio et il aura congé samedi contre les Islanders. Il reviendra dimanche. »
« Ça fait déjà presque cinq mois que j'attends ce jour-là. Ça passe vite, mais il y a des moment qui me paraissaient plus longs. C'est demain que je verrai si tous mes efforts ont porté leurs fruits », a affirmé Poulin.
« L'intensité de match, ce n'est pas pareil que l'intensité d'une pratique, renchérit l'entraîneur. Nicolas devra retrouver le rythme graduellement. »
Voilà pourquoi l'attaquant ne croit pas devenir l'un des joueurs les plus utilisés du week-end.
« Je veux quand même prouver que j'ai ma place sur les premières lignes. Ce serait irréaliste de croire que je serai souvent utilisé au début. Je suis content, parce que je ne voulais pas revenir au jeu et avoir tout cuit dans le bec déjà. »
N'empêche que Nicolas Poulin estime avoir retrouvé la même puissance qu'il y a cinq mois. Bref, les prochains matchs seront comme son camp d'entraînement.
« Quand j'ai posé le patin sur la glace la première fois il y a quelques semaines, je n'étais pas du tout au même point qu'aujourd'hui. L'amélioration est flagrante. Je pense avoir retrouvé la condition dans laquelle je me suis présenté au camp l'été dernier. Je me sens aussi fort, confortable et j'ai juste hâte de jouer. »
En 62 matchs la saison dernière, Poulin a amassé 25 buts et 14 mentions d'aide à l'âge de 18 ans.