La deuxième meilleure équipe au Canada a bien tenté de mettre fin à la séquence de victoires des Sherbrookois, premiers au pays, mais les Wildcats de Moncton ont vu les locaux empocher un 14e gain consécutif au Palais des sports vendredi soir. Grâce à cette victoire de 6 à 3 obtenue au terme d’une partie intense, le Phœnix demeure invaincu dans son amphithéâtre depuis le début de la campagne.

Même les Wildcats s’inclinent au Palais

Qui arrêtera le Phœnix à domicile? Voilà la question que tous les amateurs de hockey junior du pays se posent actuellement.

La deuxième meilleure équipe au Canada a bien tenté de mettre fin à la séquence de victoires des Sherbrookois, premiers au pays, mais les Wildcats de Moncton ont vu les locaux empocher un 14e gain consécutif au Palais des sports vendredi soir. Grâce à cette victoire de 6 à 3 obtenue au terme d’une partie intense, le Phœnix demeure invaincu dans son amphithéâtre depuis le début de la campagne.

Les 2778 spectateurs présents ont eu droit au meilleur spectacle de la saison jusqu’à maintenant. La robustesse était au rendez-vous alors que les deux formations refusaient de se concéder le moindre pouce sur la patinoire. 

« Ce n’était peut-être pas notre meilleur match : on a commis quelques erreurs et on aurait pu mettre fin au débat plus rapidement, mais c’était probablement la partie la plus intense de la saison, admet l’entraîneur du Phœnix Stéphane Julien. On a disputé un match rempli d’émotions en jouant du hockey physique. »

Choc Khovanov/Voyer

Alexander Khovanov et Alex-Olivier Voyer ont animé la première période avec deux altercations menant à des punitions mineures doubles. À la suite du premier choc entre les deux joueurs, Khovanov s’est fait surprendre à charger le gardien du Phœnix Samuel Hlavaj, permettant ainsi à Félix Robert de marquer le premier but du match en avantage numérique sur une passe déviée par un défenseur adverse. Jacob Hudson a ensuite nivelé la marque, mais un autre geste d’obstruction de Khovanov sur Hlavaj alors qu’il tentait une fois de plus de déborder la défensive a mené au deuxième but de Robert en première période. Après 20 minutes de jeu, le joueur russe des Wildcats avait déjà été chassé à quatre reprises.

« Notre entraîneur nous envoyait constamment contre le trio à Khovanov et dès le début de la période, la confrontation avec lui a commencé, raconte Voyer. Je suis resté fidèle à mon style de jeu. Je sais que je suis capable de déranger les bons joueurs de l’autre équipe. J’ai essayé d’aller sous sa peau durant toute la partie et je crois que la stratégie a fonctionné. Il n’a pas contrôlé le jeu autant qu’il aurait pu. »

« C’était une partie digne des séries éliminatoires et on s’y attendait, soutient de son côté Stéphane Julien. C’était très intense dès le départ. Il y a eu beaucoup de punitions décernées tout au long de la partie. Il a fallu gérer le banc d’une façon différente. Les gars ont bien répondu en allant chercher les buts au bon moment. Félix Robert a joué tout un match en marquant deux buts en avantage numérique, ce qui a donné du rythme à notre équipe, qui affrontait une bonne équipe de hockey ce soir. »

Le Phœnix a le dernier mot

Au second vingt, malgré l’accrochage persistant à son endroit, Nathael Roy a doublé l’avance du Phœnix grâce à une magnifique pièce de jeu individuelle.

Les hostilités ont repris lorsque Tristan DeJong a assené une mise en échec à Patrick Guay en plein centre de la patinoire. Il n’en fallait pas plus pour voir Voyer s’en prendre à DeJong, menant ainsi à une violente bagarre durant laquelle plusieurs coups ont été portés.

Les Wildcats ont réduit l’écart à un but par l’entremise de Mika Cyr, qui a profité d’un rebond favorable derrière le filet de Hlavaj. 

Jaxon Bellamy a toutefois répliqué deux minutes plus tard avec un lancer de la ligne bleue. 

Même si McKenna a tenté de ramener son équipe dans le match en déjouant Hlavaj devant une cage presque déserte, le Phœnix a su tenir le coup pour ainsi conserver son dossier parfait à domicile.

Bailey Peach a finalement compté le but d’assurance avec un tir du revers dans la lucarne et Alex-Olivier Voyer a complété la marque avec un but dans un filet désert.

Notons que Samuel Hlavaj a rendu de fiers services à sa troupe en bloquant 40 tirs contre 30 pour Olivier Rodrigue.

Le Phœnix devra rapidement redescendre de son nuage puisque les Sea Dogs de Saint John seront de passage au Palais des sports samedi à 18 h.

Le Phœnix en bref

Félix Robert a connu une partie de quatre points et a été louangé par son entraîneur : « Mon premier but a été marqué sur un rebond chanceux, dit-il bien humblement. Mais on les prend tous! Quand les deux meilleures équipes de la LHJMQ s’affrontent, ça donne toujours un match intéressant. Je suis fier de mes coéquipiers. Ce n’était pas une partie facile. L’intensité était là et le spectacle était excellent je crois, même si notre club peut encore jouer mieux. »

***

Samuel Hlavaj tenait à rebondir après quelques sorties qu’il qualifiait lui-même de décevantes : « Samuel a été très bon en effectuant de gros arrêts, surtout en fin de troisième. On a retrouvé le Samuel Hlavaj du début de saison. Il a été très solide et agressif », a confié son entraîneur.

***

Gregory Kreutzer a obtenu la première étoile grâce à un jeu défensif presque parfait et trois mentions d’aide : « Gregory n’est pas un défenseur flamboyant, mais quand on regarde la feuille de pointage, il a toujours des points à sa fiche. Il relance bien l’attaque, il réalise de bonnes passes et applique une belle pression sur l’offensive adverse. Il est très intelligent et il utilise son bon sens du hockey. Ce n’est pas pour rien que ça fait un an et demi que notre directeur général tente d’obtenir ses services. On avait besoin d’un défenseur mobile comme lui depuis le départ de Thomas Grégoire », soutient Stéphane Julien.

***

Kreutzer a tenu à vanter le travail de son colocataire, le gardien Samuel Hlavaj : « On a haussé notre jeu au bon moment et on conserve notre séquence parfaite. On s’en réjouit et les spectateurs aussi je crois. Je suis d’ailleurs très content pour mon ami Samuel : il a été excellent devant le filet et je sais qu’il espérait jouer encore mieux. Aujourd’hui, on ne peut rien lui demander de plus. On avait perdu contre les Wildcats sur la route et tout le monde tenait à la victoire ce soir. On les retrouvera peut-être en séries, donc on voulait bien sortir et on a réussi à le faire. Ce n’est pas pour rien que notre club se trouve au sommet du classement. »

***

Deux joueurs d’impact manquaient à l’appel : Jakob Pelletier des Wildcats et Samuel Poulin du Phoenix, tous deux blessés. Xavier Parent est aussi à l’écart du jeu à cause d’une blessure au dos.