Les Tigres tonnent face au Phoenix

Les Tigres de Victoriaville ont fait flèche de tout bois, samedi soir au Colisée Desjardins, et ont remporté une écrasante victoire de 7-2 sur le Phoenix de Sherbrooke.
Les hommes de Stéphane Julien avaient pourtant entamé la rencontre du bon pied, mettant beaucoup de pression sur la défensive des Félins et les forçant à prendre de mauvaises punitions. Ils ont d'ailleurs bénéficié d'un supériorité de deux hommes de près d'une minute à mi-chemin dans l'engagement, mais n'ont pas su capitaliser.
« L'attaque à cinq était l'une de nos forces, mais depuis quelques parties nous n'obtenons pas le même succès. Nous sommes trop statiques, nous ne bougeons pas bien la rondelle. Si nous avions profité de nos chances, ç'aurait changé l'allure du match », analyse l'entraîneur-chef du Phoenix.
Plutôt que de retraiter au vestiaire avec une priorité, les Sherbrookois ont vu les Félins profiter d'une bévue pour briser la glace avec à peine 17 secondes à faire au premier engagement. Les locaux ont profité de deux autres revirements pour accentuer leur avance au cours de la période médiane.
« Je ne suis pas déçu de ce match, l'effort y était, mais nous avons provoqué beaucoup trop de revirements et ça ne pardonne pas face à une équipe aussi talentueuse que les Tigres. Ils ont été opportunistes et nous l'ont fait payer chaque fois », continue-t-il.
En arrière 4-0 à mi-chemin dans la partie, le Phoenix a finalement touché la cible grâce à un tir précis de Thomas Grégoire. Les célébrations ont toutefois été de courte durée, Pascal Laberge rendant la monnaie 17 secondes plus tard afin d'anéantir les espoirs des Estriens.
Utilisé pour la première fois depuis un bon bout de temps, Brendan Cregan a connu certaines difficultés devant le filet du Phoenix, donnant notamment un but facile entre les jambières. Il a cédé quatre fois sur 15 tirs avant de laisser sa place à Evan Fitzpatrick.
La soirée Bradley Lalonde
Alors que tout le monde attendait Maxime Comtois et Pascal Laberge, c'est le défenseur Bradley Lalonde qui a tiré son épingle du jeu. Il a marqué son sixième filet de la saison en plus de se faire complice de trois autres.
« J'ai été très dur avec Brad depuis le début de la saison. Je lui ai demandé d'être encore plus solide défensivement et je lui ai dit que les points allaient venir d'eux-mêmes. Ce n'est pas facile de changer les habitudes d'un joueur de 19 ans, mais il a commencé à comprendre. Ce soir, il n'a rien fait de fancy, il n'a pas fait de tourniquets », explique l'instructeur des Tigres, Louis Robitaille.
Après avoir connu des séquences en dents de scie depuis le début de la campagne, les Victoriavillois semblent avoir acquis une certaine constance depuis quelques semaines. Ils ont maintenant remporté quatre de leurs cinq derniers duels. Robitaille attribue cette séquence au retour en santé de certains éléments clés et à l'ajout de joueurs de caractère à la formation.
« Le leadership a pris sa place, les plus vieux ont pris la responsabilité de l'équipe. Avec des gars comme (Chase) Harwell, (Félix) Lauzon, (Nicolas) Latulippe et (Justin) Doucet dans la chambre, les tempêtes sont moins longues. C'est avec des gars comme ceux-là qu'on obtient de belles séquences et du succès en séries », ajoute-t-il.
Les Tigres de retrouvent temporairement au septième rang de la LHJMQ avec 60 points en 51 matchs, alors que le Phoenix est 16e avec 41 points en autant de parties.