le défenseur Hunter Martin fait partie des 12 recrues qui poursuivront leur expérience au camp principal du Phoenix.

L'entonnoir se referme pour le Phoenix

Douze recrues du Phoenix de Sherbrooke ont plié bagage dimanche peu après la défaite de 2-1 du Phoenix contre l'Armada de Blainville-Boisbriand en grande finale du Challenge des recrues de la LHJMQ.
Martin Soderstrom (G), Jonathan Prévost, Mirco Fontaine, Isaak Châteauneuf, Christophe Morissette, Jérémie Rainville, Dylan L'Italien et Raphaël Langevin-Maltais ont quitté l'aréna Jane et Eric Molson avec la mine basse afin de rejoindre leur formation respective, dans le midget AAA pour la plupart.
Samuel Tardif, Samuel Grégoire, Marc-Antoine Pépin et Felip Bourdeau ont dû les imiter. Une mauvaise nouvelle d'ailleurs pour Bourdeau, un ancien Cantonnier qui était venu en relève à quelques reprises la saison dernière chez le Phoenix. 
Joncas surprend
La plus grande surprise du camp revient toutefois au défenseur Alexandre Joncas, un joueur invité. Ce dernier n'a pas raté sa seule et unique chance de faire bonne impression et participera au camp principal des Oiseaux, qui sera lancé lundi après-midi au Palais des sports. Pas moins de 38 joueurs y prendront part. Les recrues renoueront avec l'action mardi seulement.
C'est donc dire que les attaquants Brock McLeod, Ryan Donovan, Samuel Poulin, Bailey Peach, Nathael Roy, Tristan Lamothe et Tristan Kleine-Fournier poursuivent l'aventure avec le Phoenix.
Le gardien Thommy Monette et son homologue Thomas Sigouin aussi. Comme prévu, Olivier Crète-Belzile rejoindra les vétérans accompagné des autres défenseurs Hunter Martin et Alexandre Joncas.
« Parmi les 12 recrues n'ayant pas subi le couperet, Tristan Lamothe et Tristan Kleine-Fournier m'ont le plus étonné, au même titre que Joncas à la ligne bleue, admet le directeur général Jocelyn Thibault. Lamothe est un joueur local invité et Kleine-Fournier évoluait pour les Cougars. Ils méritaient de participer au camp principal. Hunter Martin a été très bon même s'il doit travailler certains aspects de son jeu. Mais le plus régulier a été Joncas. »
Des maux de tête en prévision
Ce sera la semaine des dilemmes au Palais des sports. De grosses décisions devront être prises et l'état-major sherbrookois se magasine des maux de tête. Surtout lorsque viendra le moment de choisir les employés de soutien à l'offensive et devant les buts.
« On possède beaucoup de profondeur offensive. Plus que l'an dernier du moins. C'est un beau problème. Je pourrais former cinq trios de calibre junior majeur! De belles batailles sont à venir. Ce sera difficile, mais je souhaite voir les joueurs me forcer la main en offrant de bonnes prestations, question de faciliter mes choix », admet Thibault. 
L'entraîneur Stéphane Julien devra donc analyser les forces et faiblesses de ses joueurs afin de pouvoir sélectionner le meilleur candidat pouvant combler une lacune du Phoenix. 
« Il faudra voir ce que ces joueurs peuvent nous apporter. On recherche de la vitesse, mais aussi des hockeyeurs qui sont capables de remplir un rôle spécifique, que ce soit de la robustesse, de la défensive ou un support offensif », précise le DG des Oiseaux.
Monette veut le filet de Fitzpatrick
Repêché au troisième tour lors de la séance 2017, le gardien Thommy Monette ne souhaite pas seulement appuyer Evan Fitzpatrick dès cette saison. Il espère aussi le forcer à être encore meilleur en lui appliquant une certaine pression. Et un jour, obtenir son filet.
Vu comme l'un des meilleurs espoirs du Phoenix de Sherbrooke devant le filet, le portier des Grenadiers de Châteauguay a de hautes aspirations, mais refuse de s'asseoir sur ses lauriers.
« Dans ma tête, je ne suis pas le favori chez les gardiens recrues. Le fait d'avoir été repêché au troisième rang ne me donne pas un certain avantage. Je dois prouver que je suis meilleur que les autres malgré tout. Toutefois, je sens que j'ai déjà ma place dans la LHJMQ », avance celui qui n'a accordé qu'un seul but durant tout le Challenge des recrues.
Devant lui se dresse cependant un défi de taille : battre Brendan Cregan.
« Je crois pouvoir occuper le poste de deuxième gardien et si possible, j'aimerais mettre un peu de pression sur Fitzpatrick et établir une saine compétition avec lui cette saison. »
Il faut avouer que Cregan part avec une longueur d'avance.
« Cregan est calme, il a de l'expérience et il a une belle prestance devant le filet, estime le directeur général Jocelyn Thibault. Mais si le jeune est clairement supérieur, on prendra les bonnes décisions. Monette et les autres recrues comme Thomas Sigouin (7e ronde en 2017) doivent déloger le vétéran. »
Mais selon Monette, la meilleure décision serait de lui donner une chance de grandir dès maintenant au sein de l'organisation.
« Dans le midget AAA, les entraîneurs utilisent leurs gardiens de façon assez équitable, donc je disputerais la moitié des matchs. Dans le junior majeur, j'apprendrais plus rapidement et je jouerais contre de meilleurs joueurs, ce qui n'est jamais mauvais pour le développement. Tout serait plus rapide et je pratiquerais davantage, donc je crois que ce serait bon pour moi. » 
La mauvaise nouvelle pour lui, Brendan Cregan a été excellent lors de la dernière campagne.
« On a beaucoup aimé Cregan, confirme Thibault. Il a fait un travail incroyable quand on a fait appel à lui. On l'a donc en haute estime. Il y a une bataille pour le poste de deuxième gardien. Toutefois, en sachant que Fitzpatrick manquera le début de la saison afin de participer au camp des Blues de St-Louis, je ne déteste pas l'idée d'avoir un autre gardien de 19 ans avec nous pour commencer la saison, mais Monette présente tout un potentiel, comme Sigouin. »
« Même s'il a plus d'expérience, tout se passe sur la glace, rétorque le cerbère de 16 ans. Les entraîneurs le connaissent davantage, mais je peux causer la surprise et même si certains me voient comme le gardien d'avenir du Phoenix, moi ça m'importe peu. Tout le monde doit montrer son savoir-faire et répondre présent au bon moment, même les vétérans. »