Denis Bourque, Jocelyn Thibault et Stéphane Julien

«Le pire est derrière nous», assure Denis Bourque

Le Phoenix a tracé jeudi un bilan plutôt négatif de sa dernière saison. Peu de succès en saison, des congédiements, de courtes séries, un grand ménage amorcé et une baisse d'assistance: voilà comment se résume la campagne 2015-2016 des Sherbrookois.
«Avant d'être actionnaires, nous sommes des amateurs, a rappelé en conférence de presse le président de l'organisation, Denis Bourque. J'ai vécu les mêmes émotions que nos partisans. Quand ces derniers étaient déçus, nous l'étions encore plus.»
Le dossier de 24 victoires, 35 défaites, sept revers en prolongation et deux en fusillade a placé le Phoenix au 15e rang, lui permettant d'accéder aux séries par la porte de derrière. Ces insuccès ont eu un effet à la billetterie.
«Un constat a été remarqué: une baisse d'assistance, ajoute Denis Bourque, tout en spécifiant que la tarification de billets unitaires sera revue à la baisse. Un peu comme dans la majorité des autres marchés de la LHJMQ. On ne se cachera toutefois pas la tête dans le sable. On sait pertinemment qu'il y a eu un peu de déception chez les partisans. Cela a eu une influence sur l'achalandage. La bonne nouvelle, c'est que nous allons continuer de travailler inlassablement pour vous donner ce que vous méritez d'avoir.»
Malgré tout, le président de l'équipe a réitéré sa pleine confiance au personnel mis en place.
«Je suis heureux d'avoir à mes côtés Jocelyn Thibault. J'ai confiance en lui et je suis heureux qu'il soit là. D'ailleurs, Jocelyn est notre homme. C'est avec lui que nous allons travailler lors des prochaines années.»
Par contre, la situation de l'entraîneur demeure nébuleuse.
«Si Jocelyn souhaite me revoir derrière le banc, je reviendrai», assure Stéphane Julien.
«Si Stéphane souhaite revenir, la porte est ouverte. Nous allons devoir nous asseoir tous ensemble pour en discuter», résume Jocelyn Thibault.
Le Phoenix tentera de retrouver la voie du succès en misant sur les joueurs actuels, mais aussi en bonifiant son équipe lors du repêchage du 4 juin prochain, durant lequel il parlera au quatrième rang en première ronde. Le repêchage européen revêt aussi une grande importance, puisque deux nouveaux joueurs d'Europe se grefferont à l'équipe la saison prochaine.
«Le meilleur est à venir. Le pire est derrière nous», admet Denis Bourque.