Le Phoenix vend chèrement sa peau

Pendant que le Phoenix peinait à se trouver un trio menaçant, les trois premières unités des Voltigeurs de Drummondville s'amusaient à démolir leurs jeunes hôtes qui ont été totalement débordés par la pression exercée sur eux. Malgré cette domination, le Phoenix a chèrement vendu sa peau avant de s'incliner 5-3 au Centre Marcel-Dionne mercredi soir.
Et même si les Voltigeurs ont pu afficher 51 tirs au tableau contre 18 seulement pour le Phoenix, la formation sherbrookoise est toujours demeurée dans le match et ne tirait de l'arrière que par un seul but, 4-3, en début de troisième période.Il aura finalement fallu un jeu parfait des vétérans Boudens, Carrier et Lalancette pour venir à bout du Phoenix qui a toujours refusé de lancer la serviette face à beaucoup plus fort que lui.
À la fin du premier engagement, autant le gardien Francis Desrosiers que ses défenseurs devaient être épuisés à essayer de contenir les Voltigeurs qui ont mis tellement de pression sur la jeune défensive de Judes Vallée que les Sherbrookois n'ont presque jamais réussi à quitter leur territoire. Pourtant, les Voltigeurs ne menaient que 2-1 à la fin de la première.
Chase Harwell a su compléter une sortie de zone rapide où Julien Bahl et Jean-François Lavoie ont complété de longues passes tandis que Harwell surprenait le gardien Joe Fleschler avec un tir précis au-dessus de sa mitaine.
La réplique des Voltigeurs est toutefois venue rapidement. Francis Desrosiers a d'abord été surpris par un tir de loin de Nicolas Brouillard. Il y avait tellement de circulation devant lui qu'il n'a jamais été en mesure de suivre la rondelle. À la seconde occasion, une passe ratée d'un de ses défenseurs a pu être reprise par Matthew Boudens qui, haut dans l'enclave, n'a pas raté sa chance.
Le Phoenix a trouvé un peu d'énergie pendant la pause et s'est mieux défendu, mais les résultats ont été les mêmes. Jérôme Verrier a marqué deux fois en avantage numérique pour donner une avance de 4-1 aux Voltigeurs. Le Phoenix a réduit l'écart en fin de deuxième période grâce à Alexandre Sills qui a pu célébrer son 19e anniversaire de naissance en inscrivant sont huitième but de la saison.
Reprenant les hostilités en début de 3e période en avantage numérique, le Phoenix n'en demandait pas tant pour réussir un tic-tac-toe ou Carl Neill a ramené l'écart à un seul but. Pour le reste du match, le Phoenix s'est défendu, mais s'est très bien défendu.