Le Phoenix ne sait plus gagner

Le Phœnix s’enfonce et ne semble plus savoir comment gagner. Les Sherbrookois ont subi un sixième revers consécutif vendredi soir lors de la visite de l’Armada. Cette fois par la marque de 5 à 3.

La cause de la défaite est évidente : l’indiscipline. Et ce, de la part des meilleurs joueurs du Phoenix.

« Je ne sais pas quoi penser de ce match, a confié l’entraîneur des Oiseaux, Stéphane Julien. J’ai deux joueurs de 20 ans qui ont été punis à deux reprises (Mathieu Olivier et Nicolas Poulin). Sans parler de mon meilleur défenseur (Thomas Grégoire). On prend de mauvaises punitions. Je suis désolé pour les autres joueurs honnêtement. On a marqué deux buts, on a nivelé la marque, on a repris le momentum, mais les punitions ont vraiment fait mal. »

Un discours partagé par son meilleur joueur de la soirée : Kevin Gilbert.

« L’effort était là, il nous manquait de bons joueurs, mais les mauvaises punitions ont été coûteuses, a confirmé Gilbert, auteur d’un magnifique but. Mathieu Olivier est toujours plus surveillé par les arbitres. Il y a des erreurs que nous pourrions toutefois éviter et qui entraînent des punitions. Puis en avantage numérique, on doit être plus calmes et il faut prendre notre temps. On ne profite pas de nos chances. »
Avec la blessure à Marek Zachar et Yann-Félix Lapointe ainsi que l’absence de Samuel Poulin et Bailey Peach, le Phœnix a dû rappeler deux joueurs affiliés : Isaak Chateauneuf et Nathael Roy.

« Nos jeunes défenseurs étaient souvent sous pression. On a constaté les effets ce soir », soutient Julien.

Fitzpatrick ébranlé

Sherbrooke devra probablement se passer de son gardien numéro 1, Evan Fitzpatrick, qui a été blessé à l'épaule après avoir reçu un tir puissant.

Stéphane Julien a d’ailleurs été tranchant lorsqu’est venu le temps d’aborder le manque de profondeur causé par les nombreuses absences.

« Une chance qu’il y a quelques absents, parce que certains joueurs ne disputeraient pas le match de samedi ! »

De bonnes et de mauvaises séquences

Le Phoenix peut se montrer brillant lors de certaines séquences pour ensuite s’absenter pendant quelques minutes.

En première période, les Sherbrookois ont offert une performance plutôt ordinaire pour ensuite se reprendre de belle façon au deuxième vingt.

Thomas Éthier et Aleksi Anttalainen ont déjoué tour à tour Evan Fitzpatrick lors des premières minutes du match. Le premier sur l’un des six avantages numériques de l’Armada, le deuxième en désavantage numérique.

Une équipe bien différente s’est présentée sur la glace au second tiers : Benjamin Tardif a su percer Émile Samson, suivi de Yaroslav Alexeyev et Kevin Gilbert en désavantage numérique.

Mais le Phœnix a repris ses mauvaises habitudes en offrant un autre but en désavantage numérique, celui d’Alex Barré-Boulet, qui a par la suite redonné les devants aux siens en troisième période. Joel Teasdale a complété la marque dans un filet désert.

Le décompte final des lancers : 39 pour Blainville-Boisbriand contre 22 pour Sherbrooke.

Dur sur le moral

Le Phoenix tentera de se relever samedi après-midi contre les Islanders de Charlottetown. Une victoire qui semble à sa portée contre la dixième équipe au classement.

« C’est aux gars à se réunir, lance Stéphane Julien. Parce que c’est clair que lorsque nos meilleurs joueurs sont au banc de punition, ça brûle l’énergie de mes autres joueurs. Je ressens une certaine frustration, c’est évident. On est en mode solution. Les gars doivent monter dans le train. Les détails sont importants et la discipline aussi. Fitzpatrick a été excellent, mais encore une fois, on ne peut pas gagner en étant indisciplinés. »

« C’est dur sur le moral, souligne Kevin Gilbert, mais on doit trouver la solution pour aller chercher une victoire le plus rapidement possible. »

« Il faut garder le focus sur la prochaine partie et se serrer les coudes, clame pour sa part Benjamin Tardif, qui montre de belles choses depuis quelques matchs. C’est ensemble que nous allons retrouver le chemin de la victoire. Demain, c’est le moment idéal de mettre fin à notre mauvaise séquence, mais on ne peut pas prendre les Islanders à la légère. »