Le Phoenix demeure dans la course

Pour une deuxième fois en autant de sorties, le Phoenix a surpris une équipe de haut de classement pour ainsi empocher deux autres points importants et demeurer dans la course pour l'ultime place en séries. Cette fois, les Saguenéens ont été la victime des Oiseaux jeudi au Palais des sports.
Grâce à une victoire de 3 à 2 en prolongation, le Phoenix n'est qu'à un seul point d'obtenir un laissez-passer pour les éliminatoires. L'Océanic de Rimouski occupe le 16e rang, le dernier permettant d'accéder à la valse du printemps, mais a disputé un match de plus que les Sherbrookois.
Les Voltigeurs de Drummondville sont les prochains adversaires et se trouvent à deux points du Phoenix. La série aller-retour du week-end se veut donc déterminante.
« C'est comme si l'on jouait un quatre de sept depuis trois matchs et d'ici la fin de la saison, ce sera comme ça, avance l'entraîneur Stéphane Julien. On n'a pas mis un genou à terre et on garde la tête au-dessus de l'eau en espérant empocher un maximum de points question d'avoir la meilleure chance de faire les séries. La différence se fera lors des deux prochains matchs. Il va y avoir beaucoup d'émotions vendredi et samedi. »
Après avoir trainé de la patte en troisième période, les Oiseaux sont revenus en force en prolongation et Luke Green a fermé les livres, offrant aux siens une chance considérable de prolonger leur saison au mois de mars.
« À trois contre trois, on doit créer de la confusion chez l'adversaire en interchangeant régulièrement de position et c'est ce qui est arrivé peu avant mon lancer frappé vers Julio Billia, indique l'auteur du but gagnant. Je voulais simplement diriger la rondelle au filet et ce fut payant. On joue du hockey désespéré et on ressent le sentiment d'urgence. On ne peut pas échapper de points et l'ambiance est excellente dans le vestiaire. »
Trois points pour Green
Malgré leur bon début de match, les locaux ont été les premiers à concéder un but à la suite du long retour accordé par Brendan Cregan en deuxième période à Nicolas Roy, qui a terminé la rencontre avec deux filets.
« Malgré ce but, notre club n'a pas commencé la partie comme prévu, on est revenus en force en troisième et la victoire aurait pu aller d'un bord comme de l'autre, observe le capitaine des Sags. Sherbrooke a travaillé fort. Pour ma part, j'ai peut-être compté deux gros buts, mais j'ai commis quelques erreurs et j'aurais pu mieux jouer. »
Kevin Gilbert et Nicolas Poulin ont donné la réplique lors du second vingt.
« On a bien commencé notre séquence de trois matchs en trois soirs, constate Poulin. Cette victoire fait du bien à tout le monde. L'ambiance n'a jamais été aussi bonne et c'est comme si l'on se trouvait en séries. Il n'y a pas de marge de manoeuvre et le fait d'avoir un alignement presque complet aide beaucoup. Tout le monde est assis dans la bonne chaise. »
Le troisième tiers a été tout à l'avantage des visiteurs. Après trente secondes de jeu, Nicolas Roy nivelait la marque.
Mais encore une fois, le Phoenix a surpris tout le monde en comptant le but décisif en surtemps.
« On se sent dans une ambiance de séries et on devait surprendre les grosses équipes comme les Cataractes et les Saguenéens, confie Luke Green, le héros du match. Il n'y a pas si longtemps, on se trouvait à cinq points d'une place en séries et là, l'écart n'est que d'un point et c'est loin d'être terminé. Ça passe ou ça casse! »
Cregan force la main de Julien
Brendan Cregan a été excellent en bloquant 28 tirs contre 22 pour Julio Billia.
« Notre gardien a tenu notre équipe dans le match et ces deux points-là peuvent faire toute la différence, estime l'entraîneur sherbrookois. Brendan méritait de retrouver le filet après sa performance à Shawinigan et je n'ai pas été déçu. Je n'ai toutefois pas pris de décision pour vendredi à Drummondville. Ça devient difficile de l'enlever du filet, mais on est conscients que l'on dispute trois parties en autant de soirs et que Brendan n'est pas habitué de jouer aussi souvent en peu de temps. »
Cette série aller-retour contre les Voltigeurs, vendredi à Drummondville et samedi après-midi à Sherbrooke, est d'une importance capitale.
« J'ai vu Drummondville jouer mercredi, informe Stéphane Julien. C'est une équipe qui se bat constamment et qui travaille fort. On arrivera là-bas avec confiance après avoir battu deux grosses formations. »
« On bâtit un bon momentum et on est prêts pour ce week-end, jure Cregan. J'étais un peu surpris d'avoir le filet ce soir, mais peu importe qui garde les buts, on forme une équipe et tout le monde a le même objectif : faire les séries! »