Hugo Roy et Evan Fitzpatrick ont permis au Phoenix d'encaisser deux points supplémentaires au classement. Le Phoenix n'est qu'à trois points d'une exclusion des séries.

Le Phoenix bat l'Armada à Boisbriand

Une troisième partie en autant de jours, un adversaire coriace, un match sur la route : rien ne permettait au Phoenix de croire qu'il quitterait Boisbriand avec une victoire. Mais grâce au brio du gardien Evan Fitzpatrick et du capitaine Hugo Roy, les Sherbrookois ont surpris l'Armada par la marque de 4 à 3.
La quatrième meilleure équipe au classement recevait dimanche après-midi le Phoenix, une équipe se battant pour une place en séries. Les deux points étaient inespérés.
« Tout le monde était impliqué cet après-midi, a affirmé le pilote des Oiseaux, Stéphane Julien. Ça met fin d'une belle façon à notre week-end chargé. On en retire du positif. On a bien joué contre Rouyn-Noranda vendredi et aujourd'hui on a bien rivalisé contre l'une des meilleures équipes du circuit. Des victoires comme celle-là font progresser notre équipe et mes jeunes joueurs ajoutent de l'expérience à leur bagage. »
Le Phoenix a été le premier à s'inscrire à la marque grâce à la belle complicité entre Yaroslav Alexeyev et Félix Robert, qui a déjoué Francis Leclerc en première période.
Alexander Katerinakis a ensuite mystifié Evan Fitzpatrick en début de deuxième période et Hugo Roy a redonné une avance au Phoenix lors du seul avantage numérique accordé aux Sherbrookois.
Connor Bramwell a égalé la marque plus tard dans la période et à quatre minutes de l'intermission, une douche froide est tombée sur la tête des Sherbrookois. Alexandre Alain a profité d'une magnifique passe de Pierre-Luc Dubois pour déjouer Fitzpatrick : 3-2 Armada.
C'est à ce moment que les Estriens du Phoenix ont pris le contrôle du match. Le capitaine de Cookshire-Eaton a marqué son deuxième du match dix secondes après le but d'Alain et Thomas Grégoire a imité Hugo Roy, mais cette fois avec un tir de la ligne bleue.
« Hugo Roy n'est pas notre capitaine pour rien, a lancé Stéphane Julien. Toutes les rondelles qui arrivent devant lui se retrouvent dans le filet ces temps-ci. Il se présente à chaque match et j'espère qu'une équipe de la LNH lui fera signe parce qu'il le mérite. »
« Le troisième but de l'Armada a donné un dur coup à notre équipe, mais on a souvent vu l'adversaire revenir dans le match cette saison en comblant un écart et c'était à notre tour de faire ce coup-là, a clamé Roy. Notre troisième but a donné de l'énergie à notre équipe, on était en confiance et c'est ce qui a mené au but gagnant de Thomas Grégoire. »
« Je n'aurais pas gagé un vieux deux sur une victoire de notre équipe quand j'ai vu l'Armada marquer le troisième but », ajoute Julien en riant.
« Je respecte beaucoup ce que le Phoenix a fait aujourd'hui, a quant à lui dit Joël Bouchard, l'entraîneur de l'Armada. Ils ont patiné constamment. Nous, on n'était pas focus. On a obtenu de nombreuses chances de marquer et on n'était même pas capables de compter dans un filet libre. »
Bon pour la confiance
Un gain contre une équipe du top 5 de la LHJMQ demeure un exploit pour une formation de bas de classement.
« Pour notre jeune équipe, cette victoire signifie beaucoup. La moyenne d'âge de mes joueurs sur les trois premiers trios est de 16 ans et demi. Notre inexpérience me donne parfois des frissons, mais on prend de l'expérience peu à peu et c'était notre but cette saison », a souligné Stéphane Julien.
« On a joué comme si c'était une partie éliminatoire, a ajouté l'entraîneur. C'est toujours gratifiant de battre une équipe comme l'Armada, qui possède des joueurs de la catégorie de Pierre-Luc Dubois. Les plus jeunes voient ce que ça prend pour atteindre un certain niveau d'excellence en jouant contre ces joueurs. »
« C'est un bon sentiment de vaincre l'Armada, estime pour sa part Fitzpatrick. Notre fin de semaine a été exigeante et pour le moral, ce gain est très important. Revenir de l'arrière contre une bonne équipe comme Blainville-Boisbriand, c'est un bel exploit. Il fallait trouver l'énergie pour rebondir après nos deux défaites du week-end et on y est parvenus. »