Le Phoenix a su limiter les dégâts

À court de munitions, il devient difficile pour le Phoenix de lutter à forces égales avec les meilleures formations de la LHJMQ. On en a eu une autre preuve samedi au Palais des sports, où le travail des Sherbrookois n'a pu que limiter les dégâts dans un revers de 6-3 face à l'Océanic de Rimouski.
En méritant une huitième victoire de suite, l'Océanic demeurait dans la course pour le premier rang du classement général avec le Drakkar de Baie-Comeau. Pendant ce temps, le Phoenix étirait à 11 sa série de défaites. Malgré ces temps difficiles, le Phoenix continue d'obtenir l'appui de ses partisans qui étaient 3085 à venir l'encourager. Avec des forces fraîches, le Phoenix a pu limiter les dégâts en première période et n'a tiré de l'arrière que par un but. Toutefois, il n'y avait pas quatre minutes d'écoulées en période médiane que les visiteurs avaient ajouté deux buts à leur avance et ils ont mené 4-0 avant que le Phoenix ne puisse s'inscrire au pointage.
 L'entraîneur Judes Vallée a bien tenté de brasser ses cartes en modifiant ses trios dans l'espoir de trouver un peu d'offensive, mais ses meilleurs éléments se retrouvent souvent bien seuls devant d'aussi solides formations. La rapidité des Audette, Lavoie et cie a souvent obligé les défenseurs de l'Océanic à écoper de pénalité qui ont mené aux deux filets des Sherbrookois, inscrits par Jean-Christophe Laflamme et Daniel Audette.
 Au dernier tiers, le Phoenix a trouvé des énergies on ne sait où qui lui ont permis d'espérer revenir dans le match. Il a réduit les écarts à 4-2 puis à 5-3, mais ce n'était pas suffisant pour rattraper son retard. L'Océanic a fini le travail en marquant dans un filet désert en toute fin de rencontre. Au moins, cette fois, le Phoenix a combattu jusqu'à la fin contrairement à mercredi dernier à Rimouski, où il s'était incliné 9-3. Vincent Deslauriers qui avait des ailes hier a inscrit le dernier but du Phoenix qui sera de retour au Palais des sports pour y affronter les Tigres de Victoriaville.