Le directeur général et actionnaire du Phoenix Jocelyn Thibault promet une chose aux partisans : le Phoenix emprunte désormais le bon chemin, celui de la victoire.

La tempête est passée, croit Thibault

Après cinq années plus difficiles durant lesquelles le mot défaite a été beaucoup plus utilisé que le mot victoire, le pire serait derrière le Phoenix de Sherbrooke selon son directeur général et actionnaire, Jocelyn Thibault.
À la suite de l'exclusion des séries éliminatoires de son équipe, l'ancien gardien de la Ligue nationale de hockey estime que la tempête est passée et qu'une grande partie du ménage a été effectuée, ce qui laisse croire que le succès se trouve aux portes du Palais des sports.
« Quand je regarde ce qui a été fait dernièrement, je ne peux pas croire que le Phoenix se dirige dans la mauvaise direction », a expliqué Thibault, visiblement déçu de la tournure des derniers événements.
Le DG n'avait pas promis mer et monde aux amateurs cette saison. Après avoir vu son équipe rater la cible lors de son premier cycle de quatre ans, Jocelyn Thibault se dit fier du travail entrepris pour redresser la formation sherbrookoise.
Rappelons qu'à plusieurs reprises, il a martelé le même message : le Phoenix doit regarnir sa banque de choix au repêchage, développer ses jeunes à l'interne et surtout, établir une philosophie propre à lui en instaurant une éthique de travail rigoureuse et en créant une identité solide sur laquelle les joueurs se colleront.
« Lorsque je suis devenu le directeur général de l'équipe, on ne comptait qu'une seule recrue au sein de l'alignement : Jason Imbeault. De mon côté, je trouvais important le fait de former une relève et je devais faire disparaître cet écart entre le nombre de joueurs de 16 ans et celui de joueurs de 18 ou 19 ans », souligne-t-il sans jeter la pierre aux hommes de hockey qui l'ont précédé.
Place à la jeunesse
Lors de la dernière saison, des joueurs plus expérimentés tels que Carl Neill et Chase Harwell ont été échangés afin de permettre au Phoenix d'accueillir plus de jeunes joueurs et de nouveaux choix au repêchage.
Des défenseurs comme Vincent Lampron et Yan-Félix Lapointe ont obtenu leur part de temps de glace. Les recrues Benjamin Tardif, Anderson MacDonald et Evan MacKinnon ont effectué leur entrée avec le Phoenix, tout comme l'athlète de 17 ans Simon Lefebvre. Deux Européens ont également obtenu leur part de points à leur première année, sans parler de l'ajout de Félix Robert. Tous des joueurs qui ont acquis une certaine maturité et qui ont encore quelques belles années de hockey junior devant eux selon le DG.
« On voulait donner la chance aux jeunes et penser à l'avenir au risque de connaître une campagne plus difficile, c'est ce qui a été fait », note-t-il.
De nouveaux leaders
Thibault souhaitait aussi changer la mentalité présente dans le vestiaire. Le terme effort a été surutilisé.
Le concept d'équipe devait être mis de l'avant et l'individualisme n'avait plus sa place aux yeux de Jocelyn Thibault.
« Nos leaders tels que Hugo Roy, Nicolas Poulin et Thomas Grégoire montrent l'exemple et à l'instar d'Evan Fitzpatrick, ils seront tous de retour avec nous l'an prochain. »
L'ancien portier du Tricolore se dit donc conscient que le Phoenix n'a disputé que 15 rencontres éliminatoires (12 défaites) en cinq ans, qu'il a été exclu à deux reprises des séries et qu'il n'a jamais fait mieux que le 8e ou le 15e rang. Mais il promet une chose aux partisans : le Phoenix emprunte désormais le bon chemin, celui de la victoire.