Jérémy Roy

Jérémy Roy déjà parmi les grands

Le défenseur recrue Jérémy Roy n'a pas mis de temps à s'imposer dans la LHJMQ. Au moment où s'achève la saison, non seulement Jérémy Roy confirme les attentes placées en lui, mais il est aussi en train d'en mettre plein la vue.
À 16 ans seulement, Jérémy Roy totalise déjà 44 points avec une fiche personnelle de 14 buts et 30 mentions d'assistance et il s'inscrit parmi les grands défenseurs qui sont passés par la LHJMQ. Les statistiques compilées par Denis Demers, du circuit junior majeur québécois, le classent parmi les meilleurs de son âge dans l'histoire de la ligue.
Ses 14 buts le placent au deuxième rang parmi les meilleurs buteurs chez les défenseurs de 16 ans dans l'histoire du circuit Courteau. Son 44e point obtenu mercredi soir à Drummondville lui a permis de rejoindre Patrice Brisebois (Titan de Laval 1987-88). Roy n'est plus qu'à quatre points d'un certain Raymond Bourque, toujours installé au cinquième rang des meilleurs compteurs chez les défenseurs de 16 ans. Bourque avait établi cette marque de 48 points (12-36) en 1976-77 au cours d'une saison qu'il a partagée entre les Draveurs de Trois-Rivières et les Éperviers de Sorel.
Les records de 20 buts et de 68 points pour un défenseur de 16 ans appartiennent à Billy Campbell, du Junior de Montréal, qui avait réussi l'exploit au cours de la saison 1980-81. Campbell, qui avait été repêché en troisième ronde par les Flyers de Philadelphie en 1982, n'a jamais joué dans la LNH. Il a connu une carrière professionnelle de 12 saisons. Après quatre ans dans la LAH, dont deux avec les Canadiens de Sherbrooke, il a surtout évolué en Europe.
Peu d'importance
« C'est bien plaisant de me retrouver là, mais je ne m'en fais pas plus que cela avec ces statistiques. La plupart ont eu une belle carrière, mais ce n'est pas nécessairement ce qui va faire de moi un meilleur joueur. Si je veux m'améliorer et faire carrière dans la Ligue nationale, il n'y a qu'un chemin à suivre, celui du travail », a commenté Jérémy Roy, hier, en étant parmi les derniers à quitter la patinoire après l'entraînement quotidien du Phoenix.
Lorsqu'il revient sur sa première saison dans les rangs juniors, Roy confie ne pas s'être attendu à autant. « Pour les points, je n'avais pas d'objectif parce que je ne voulais pas me préoccuper avec cela. J'espérais obtenir un bon temps de glace et me maintenir au sein du top 4 des défenseurs chez le Phoenix, mais je ne pensais pas avoir droit à autant de temps de jeu. Je pensais en avoir en supériorité numérique, mais je ne croyais pas en avoir autant en infériorité numérique. »
Satisfait de sa première saison sur le plan personnel, Jérémy Roy se dit toutefois déçu de la performance du Phoenix. « J'avais des attentes plus élevées pour l'équipe... »
Alain Charbonneau, le recruteur-chef chez le Phoenix et passionné de statistiques, me fait aussi remarquer que depuis les 65 points de François Groleau en 1989-90, Nikolas Brouillard, des Voltigeurs, a été le meilleur avec une saison de 25 points en 2011-12.
1. Billy Campbell Verdun 68 pts 1980-81
2. François Groleau Shawinigan 65 pts 1989-90
3. Gilbert Delorme Chicoutimi 60 pts 1978-79
4. Robert Picard Montréal 53 pts 1973-74
5. Raymond Bourque Trois-Riv. / Sorel 48 pts 1976-77
6. Normand Rochefort Trois-Rivières 46 pts 1977-78
7. Alain Vigneault Hull 46 pts 1977-78
8. Patrice Brisebois Laval 44 pts 1987-88
9. Jérémy Roy Sherbrooke 44 pts 2013-14