Fitzpatrick vole l'Océanic

Malgré ses 19 lancers, le Phoenix a tout de même marqué quatre buts pour voler la victoire à l'Océanic, qui a pourtant dirigé 36 tirs en direction du gardien Evan Fitzpatrick.
Le portier des Oiseaux s'est tout simplement montré brillant devant sa cage pour ainsi offrir un gain de 4 à 2 à son équipe samedi après-midi au Palais des sports.
«On se sauve avec les deux points! Ça me fait penser à la pub d'Ikea dans laquelle une femme rejoint son mari dans la voiture en lui disant de se dépêcher à démarrer la voiture pensant que le prix de la facture est censé être plus élevé », lance Stéphane Julien.
« Ce n'était pas notre meilleure, admet Anderson MacDonald, mais on a travaillé fort en troisième période pour finalement surprendre l'Océanic de Rimouski. On doit remercier Evan pour ce gain. »
« On est contents de retrouver le chemin de la victoire aussi rapidement après notre défaite de la veille à Shawinigan. On a perdu de bons vétérans récemment et ceux qui sont encore avec l'équipe doivent en donner plus comme certains l'ont fait aujourd'hui », estime pour sa part Fitzpatrick, la première étoile de la partie.
La formation de Rimouski dominait les locaux lorsque Benjamin Tardif a fait dévier un lancer du nouveau venu Simon Lefebvre. Contre toute attente, les Sherbrookois ont regagné le vestiaire avec une avance de 1-0 après 20 mins.
Pas chic
Les troupiers de Serge Beausoleil ont attendu la fin de la deuxième période avant de déjouer pour une première fois Evan Fitzpatrick. Grâce à un lancer de la ligne bleue lors d'un avantage numérique, Tyler Boland a nivelé la marque en comptant son 26e but de la saison.
Dylan Montcalm a donné les devants aux siens en décochant un tir dans la zone payante en début de troisième période : 2-1 pour les visiteurs.
Opportuniste, le Phoenix a aussitôt répliqué en déjouant à deux reprises l'ancien cerbère du Phoenix Alexandre Lagacé, et ce, en un peu moins de trois minutes.
Anderson MacDonald a complété une montée à deux contre un et Julien Pelletier a utilisé son arme préférée pour donner l'avance au Phoenix à l'aide d'un tir du poignet.
« Le but de MacDonald a redonné l'énergie nécessaire à nos joueurs pour gagner cette rencontre, estime Stéphane Julien. Parce que depuis le début du match, ce n'était pas chic. C'était extrêmement difficile pour nous. Une chance que Fitzpatrick était en forme ce soir. »
Hugo Roy a complété la marque avec le but d'assurance en faisant dévier le tir de Luke Green.
« Je n'ai pas parlé aux gars après la partie. Ça ne servait à rien. Il n'y rien que je ne leur ai pas dit durant les deux premières périodes. Je tentais simplement de les réveiller du mieux que je le pouvais », résume l'entraîneur du Phoenix.