«D'ici la fin de la saison, on aura besoin de grosses performances de sa part étant donné les blessures majeures au sein de notre équipe », mentionne l'entraîneur des gardiens du Phoenix Jean-François Labbé à propos d'Evan Fitzpatrick.

Evan Fitzpatrick sera mis à profit

Le Phoenix de Sherbrooke a perdu sept de ses dix derniers matchs et repose au 16e rang, le dernier offrant une place en séries éliminatoires dans la LHJMQ. La mauvaise nouvelle dans le clan des Oiseaux : ils devront composer avec l'absence de deux bons attaquants. La bonne? Le gardien Evan Fitzpatrick semble en plein contrôle de ses moyens.
Il y a quelques semaines, Fitzpatrick était devenu le facteur X du Phoenix. Avec des performances en dents de scie, le portier sherbrookois n'inspirait pas toujours confiance. Mais Fitzpatrick s'est ressaisi depuis quatre matchs en accordant seulement dix buts au total.
« Le jeu d'Evan n'a pas changé beaucoup, a constaté l'entraîneur des gardiens, Jean-François Labbé. C'est normal de connaître des hauts et des bas. Sa technique est excellente et il joue bien présentement. D'ici la fin de la saison, on aura besoin de grosses performances de sa part étant donné les blessures majeures au sein de notre équipe. »
Avec la perte de Marek Zachar et Anderson Macdonald, le rôle du gardien sera encore plus essentiel.
« Quelques joueurs importants sont blessés, mais on est habitués, a affirmé Fitzpatrick. Notre équipe a dû composer avec les blessures durant toute la saison et même l'an dernier. Ça fait partie du jeu. Malgré la perte de deux joueurs importants pour notre offensive, on doit simplement marquer un but de plus que notre adversaire, peu importe le nombre de buts accordés ou comptés. »
« Le travail d'Evan est bien simple, rappelle l'entraîneur Stéphane Julien. Il ne doit pas nous faire perdre et il faut qu'il nous donne une chance de gagner. Quand on marque seulement un but en deux parties, ce n'est pas évident pour lui. On a rempli le filet durant toute la saison, on connaît un moment difficile, mais je suis confiant malgré les blessures. La meilleure séquence que le Phoenix a connue, c'est quand il nous manquait plusieurs joueurs dans l'alignement. »
En confiance
Evan Fitzpatrick ne semble pas du tout inquiet avec l'alignement réduit des Sherbrookois.
« On n'a peut-être pas marqué beaucoup de buts dernièrement, mais on lançait régulièrement au filet et les gardiens adverses ont été excellents. Durant les entraînements, mes coéquipiers me déjouent et s'ils peuvent me déjouer, ils peuvent aussi battre les autres gardiens. Notre équipe est en confiance et si mes coéquipiers marquent le premier but, on peut gagner notre partie. »
Le portier se dit toutefois conscient que ses soirées de travail pourraient être plus occupées.
« Mon but est simplement de gagner ma partie et plus je reçois de tirs, plus je serai concentré, admet celui qui souhaite disputer une première rencontre en carrière au Centre Vidéotron. On a encore plusieurs bons joueurs dans l'alignement. On peut monter notre jeu d'un cran. Je ne suis pas trop inquiet. »
Chose sûre, Fitzpatrick est dans une forme optimale.
« J'ai connu des parties plus difficiles pendant une certaine période et je ne peux pas être le meilleur à chaque match. Présentement, je me sens très bien physiquement et mentalement. Je suis confortable devant le filet et je suis prêt pour vendredi et samedi. »
Un duo confiant
Avec les succès connus par le gardien auxiliaire Brendan Cregan, Evan Fitzpatrick s'est vu obligé de monter son jeu d'un cran.
« Une saine compétition règne entre Brendan et moi puis c'est juste bon pour l'équipe, parce que les deux gardiens ont connu du succès dernièrement », estime Fitzpatrick.
« Brendan et Evan se connaissent bien, admet Jean-François Labbé. Ils ont le même âge, ils viennent de la même place et c'est bon qu'ils se poussent vers le haut. Maintenant que Fitz semble plus chanceux, on veut qu'il nous donne une chance de gagner chaque match et c'est ce qu'il a fait. Mais on ne se plaindra pas de voir nos joueurs marquer plus de buts. »
Du renfort offensif pour le week-end
L'offensive du Phoenix est peut-être en panne sèche, mais les Sherbrookois pourront heureusement compter sur un peu de renfort ce week-end grâce au retour au jeu de Nicolas Poulin (dos) et Cody Donaghey (commotion cérébrale).
À la veille de leur affrontement contre les Remparts prévu vendredi soir à Québec, les Oiseaux ont conclu une semaine d'entraînements axée sur l'attaque.
« On a travaillé sur notre façon de générer de l'offensive, confie l'entraîneur du Phoenix, Stéphane Julien. On doit monter davantage au but, envoyer des rondelles vers le filet et ne pas toujours essayer de marquer des buts élégants. Bien entendu, l'ajout de Poulin et de Donaghey ne nuira pas. »
Julien a également choisi de regrouper les membres originaux de sa première ligne : Yaroslav Alexeyev, Hugo Roy et Julien Pelletier.
Poulin sera inséré sur le deuxième trio en compagnie de Félix Robert et Kevin Gilbert.
Stéphane Julien compte principalement sur ces six joueurs pour agir en tant que bougie d'allumage, mais aussi sur son avantage numérique, durant lequel les défenseurs ont également un rôle important à jouer.
« Nos unités spéciales peuvent faire la différence. On affrontera vendredi un gardien qui a connu du succès dernièrement (Evgeni Kiselev) et on devra trouver un moyen de le battre », avance le pilote sherbrookois.
Des Tigres coriaces
Le Phoenix visitera samedi à 19 h 30 les Tigres de Victoriaville. Un adversaire réputé pour son style de jeu robuste.
« On s'est fait brasser la semaine dernière contre les Tigres et en étant plus rapides qu'eux, on pourrait les surprendre. Le placement de rondelle, nos avantages numériques et notre jeu rapide seront essentiels pour espérer battre Victoriaville », souligne Stéphane Julien.
Notons que Nathael Roy disputera la partie à Québec et il cédera sa place à Dany Coulombe le lendemain à Victoriaville pour compléter la brigade offensive étant donné l'absence de Marek Zachar et Anderson Macdonald, blessés à l'épaule.