Stéphane Julien et ses adjoints évaluent de jour en jour le potentiel de chaque recrue et déjà, quelques jeunes espoirs ressortent du lot.

Des vétérans en danger

On note quatre catégories de joueurs au camp du Phoenix. Ceux qui semblent indélogeables, ceux qui tentent d'améliorer leur position dans la hiérarchie, ceux qui se battent pour un poste... et ceux qui sont en danger. Plusieurs hockeyeurs se retrouvent dans cette dernière catégorie.
Quelques minutes après l'exclusion des séries, l'entraîneur Stéphane Julien avouait après la dernière partie de la saison 2016-2017 que des changements étaient à prévoir pour la prochaine campagne.
Même s'il n'y a que l'attaquant Anderson MacDonald qui a délaissé l'équipe à la suite d'une transaction survenue jeudi, en plus du départ des trois joueurs de 20 ans, tout indique qu'il y aura plus de quatre postes disponibles chez les Oiseaux. L'un d'entre eux sera toutefois occupé par le nouveau vétéran acquis plus tôt cette semaine, Mathieu Olivier.
Les Nicolas Roy, Jason Imbeault, Simon Lefebvre, Benjamin Tardif et Johnatan Legault feront tout pour conserver leur place. Mais les Samuel Poulin, Bailey Peach, Felip Bourdeau, Olivier Crête-Belzile et Yann-Félix Lapointe leur soufflent dans le dos.
Même Brock McLeod, qui a combattu une mononucléose l'hiver dernier, se trouve parmi les sérieux candidats pouvant aspirer à un poste au sein de l'alignement.
Pendant ce temps, Evan MacKinnon, Félix Robert et Vincent Lampron souhaitent obtenir encore plus de responsabilités. Quant à eux, les autres vétérans non mentionnés n'ont pas à s'inquiéter.
« Oui, il y aura des changements et certains joueurs sont sur la corde raide, confie Stéphane Julien. J'ai bien aimé le défenseur Alexandre Joncas aujourd'hui. Il offre du hockey de qualité et il s'est montré fiable défensivement. McLeod a assuré en matinée, mais son match a été plus difficile en après-midi, à l'image de l'ensemble des autres joueurs. Nathael Roy m'a aussi étonné avec son coup de patin et son style de jeu physique. Il pourrait causer la surprise d'ici la fin du camp. »
Une bataille à la ligne bleue
Si Hugo Roy demeure chez les professionnels, Johnatan Legault, également âgé de 20 ans, sera probablement le candidat choisi pour compléter la brigade défensive. Mais si le capitaine dispute sa dernière saison dans la LHJMQ, Legault devra être laissé de côté étant donné la règle limitant chaque organisation à trois joueurs de 20 ans. C'est donc dire qu'un poste se libérerait en défensive.
Luke Green, Thomas Grégoire, Vincent Lampron, Yann-Félix Lapointe et Olivier Crête-Belzile seront tous de l'alignement officiel. « À moins d'une catastrophe, la recrue Crête-Belzile devrait commencer la saison avec nous. Il a connu toute une campagne l'an dernier dans le midget AAA. Il y a donc une place pour un autre candidat. On dit de bonnes choses sur Jean-Mathieu Lavoie, un joueur invité au camp principal, mais Joncas a été le défenseur le plus constant et efficace durant le camp des recrues jusqu'à présent », poursuit le pilote sherbrookois.
De la compétition pour seconder Fitzpatrick
Devant les buts, le portier numéro 2 du Phoenix, Brendan Cregan, doit également se méfier de Thommy Monette, repêché en troisième ronde cet été.
« Thomas Sigouin a aussi été excellent ce matin dans la victoire contre les Foreurs de Val-d'Or. Monette a été très bon à son tour en fin d'après-midi dans la défaite contre l'Armada de Blainville-Boisbriand. Mais Fitzpatrick devrait garder les buts durant une cinquantaine de matchs. Si Cregan se présente en bonne forme physique, il part avec une longueur d'avance. Idéalement, j'aimerais que mes jeunes gardiens puissent voir de l'action, mais aucune décision n'a été prise encore », résume Stéphane Julien, qui pourra compter sur l'arrivée d'un nouvel entraîneur de gardiens en Brad MacCharles, un ancien membre des Mooseheads d'Halifax.
Baptême de feu pour Poulin et Peach
Après un premier entraînement jeudi, les recrues du Phoenix ont disputé leurs premières parties du Challenge des recrues vendredi. Les deux choix de première ronde en 2017 des Oiseaux, Samuel Poulin et Bailey Peach, ont été blanchis, mais les amateurs présents afin de les voir à l'oeuvre ont tout de même eu droit à quelques belles séquences de leur part.
« On les a réunis sur le même trio lors de leur seule partie de la journée, en après-midi. Ils se cherchaient un peu trop et ils voulaient en faire beaucoup. C'est normal, ils n'ont que 16 ans et les yeux sont rivés vers eux. J'ai vu quelques bons flashs contre l'Armada de Blainville-Boisbriand et je sais qu'ils peuvent dominer, mais c'est très difficile de bien les évaluer dans ce genre de tournoi. Surtout après seulement une partie », a souligné l'entraîneur Stéphane Julien.
Chose sûre, les deux coéquipiers semblent prêts à tout donner durant le camp.
« Je m'attendais jeudi à une pratique exigeante physiquement afin que l'on puisse se dérouiller et le match contre l'Armada était intense, a affirmé le deuxième choix au total de la séance de repêchage 2017, Samuel Poulin. Tout le monde est ici pour gagner un poste et jouer son avenir. J'ai trouvé la dernière semaine très longue. J'avais hâte de commencer le camp. Je m'attends à ce que ce soit très intense comme camp. Tout le monde est là pour faire sa place. Il n'y en aura pas de facile. »
« Je me sens bien même si je suis un peu émotif puisque je suis rendu loin de chez moi et de ma famille, a avoué Bailey Peach, mais j'ai l'impression que je passerai une belle année à Sherbrooke. Juste le fait d'être entouré des gars, ça me permet de sentir la fébrilité. Je me suis entraîné fort cet été et je suis prêt pour le Challenge des recrues. »
Les deux nouveaux venus n'ont pas disputé la première partie face aux Foreurs de Val-d'Or en matinée et ont donc dû attendre jusqu'à la fin de l'après-midi afin de sauter sur la glace pour se mesurer aux recrues de l'Armada de Blainville-Boisbriand.
« La force de Peach est son lancer, mais comme Poulin, il essayait trop souvent les jeux parfaits et cherchaient à faire des passes », a précisé l'entraîneur.
Les deux espoirs du Phoenix seront de retour sur la glace de l'aréna Jane et Eric Molson de l'Université Bishop's à 13 h 45 pour y affronter les Olympiques de Gatineau.
« La glace est cassée. On retrouvera nos repères et je suis certain que je trouverai le fond du filet samedi, tout comme Bailey! Du moins, je vais fournir l'effort pour y arriver », a confié Poulin.
« Le jeu était rapide et nous ne pouvons qu'être meilleurs Sam et moi. J'apprends à connaître les autres joueurs et j'espère montrer toute ma vitesse et toutes mes habiletés lors des deux prochains jours », termine Peach.