Jérémy Jacques et Jaxon Bellamy effectuent un retour à Moncton. Jacques a été repêché par les Wildcats, mais il a plutôt choisi l’aventure américaine avant d’être échangé au Phoenix. Jaxon Bellamy, lui, a été transféré de Moncton à Sherbrooke au cours de la saison 2017-2018.

De grandes retrouvailles à Moncton

La date du 23 novembre est encerclée depuis bien longtemps sur le calendrier de Jérémy Jacques et Jaxon Bellamy. L’heure sera aux retrouvailles vendredi soir à Moncton, puisque les deux anciens membres des Wildcats seront de retour pour la première fois afin d’y affronter leur ancienne formation. Dans le clan adverse, un joueur bien connu des partisans du Phœnix, Anderson MacDonald, devra toutefois regarder la partie du haut des gradins.

Repêché en deuxième ronde par les Wildcats alors qu’il avait déjà annoncé son intérêt de jouer aux États-Unis, le défenseur Jérémy Jacques ne s’est jamais rapporté à Moncton. Le hockeyeur de 17 ans a ensuite été échangé et s’est laissé convaincre par sa nouvelle organisation, le Phœnix de Sherbrooke. 

« Je ne sais pas si les amateurs me hueront. Je ne pense pas, mais on verra! J’avais hâte de venir jouer ma première partie ici à Moncton. Je crois que j’ai été le premier joueur à visiter le Centre Avenir durant sa construction. Ce sera très excitant de jouer dans cet aréna neuf! C’est un sentiment bizarre de revenir ici. La partie sera spéciale pour moi. »

Pour sa part, Jaxon Bellamy a été échangé l’an dernier et retrouvera ses anciens coéquipiers.

« Contrairement à Jérémy, j’ai joué avec l’équipe et je retrouve d’anciens coéquipiers. Je suis très motivé à l’idée d’affronter mon ancienne équipe. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais j’ai vraiment hâte! »

Échangé contre un choix de première ronde en 2018 et une sélection de deuxième tour en 2019 à cause d’un surplus de bons défenseurs arrivés à maturité l’an dernier chez les Wildcats, Bellamy garde de bons souvenirs de Moncton. 

« Ça fait spécial de revenir dans un autre aréna que celui d’autrefois! J’espère vraiment aller chercher la victoire vendredi. Pour y parvenir, il faudra commencer la partie en force et utiliser notre vitesse. Notre plus gros défi de notre premier voyage dans les Maritimes est probablement notre match contre les Wildcats. »

Bellamy admet que le prochain adversaire du Phœnix forme une excellente équipe cette saison.

« Ils connaissent du succès cette année. Ils possèdent quatre bonnes lignes, de bons défenseurs et Jérémy McKenna est dominant cette saison. Il possède tout un tir et il a devant lui un bel avenir. »

L’entraîneur Stéphane Julien admet qu’une victoire dès le début du voyage pourrait offrir une bonne dose d’énergie à son club avant de se diriger vers Saint John et Bathurst pour y affronter deux formations de bas de classement, samedi et dimanche. 

« Il faut retrouver rapidement le chemin de la victoire après avoir encaissé une défaite à la suite de nos cinq victoires. Gagner la première partie lors d’un voyage dans les Maritimes, c’est toujours bénéfique. On profitera aussi de ces quatre jours pour souder encore davantage les liens entre nos joueurs en passant du temps ensemble. »

MacDonald se montre patient

L’ancien membre du Phœnix Anderson MacDonald ronge son frein présentement à Moncton.

« Commencer la saison avec une blessure, ce n’est jamais le chemin le plus facile à emprunter. Je dois soigner ma blessure à la jambe, mais la bonne nouvelle est que j’ai connu un très bel été de préparation et je crois pouvoir revenir au jeu en force! »

Malheureusement pour lui, MacDonald a déjà raté le tiers de sa saison, lui qui se trouve en pleine année d’admissibilité au repêchage de la LNH.

« Oui, ça se peut que je sois repêché cet été, du moins, je ferai tout ce qui est possible à mon retour au jeu pour être sélectionné. Mon but premier est toutefois d’aider mon équipe à connaître encore du succès. Notre club joue très bien présentement et j’aimerais que ça continue lorsque je serai inséré dans l’alignement! »

Anderson MacDonald ne se dit pas du tout amer de la façon dont son expérience a pris fin à Sherbrooke et comprend que les transactions font partie du sport. 

« Je suis bien à Moncton, avoue-t-il. J’adore ça ici. La communauté est très dynamique, je m’entends bien avec mes coéquipiers et l’organisation est merveilleuse. On a une bonne équipe capable de se rendre loin cette saison. On y croit ici! »