Visiteurs au Palais des sports de Sherbrooke il y a une semaine, les Wildcats ont profité de la visite du Phoenix à Moncton samedi pour mettre fin à une série de 25 défaites consécutives.

Bons matchs, mauvais résultats

Le plaisir fut de courte durée pour le Phoenix de Sherbrooke dans les Maritimes.
Après avoir signé un gain de 3-2 contre les Screaming Eagles de Cap-Breton jeudi, la troupe de Stéphane Julien s'est inclinée lors de ses deux matchs suivants, des défaites de 5-4 contre les Wildcats de Moncton samedi et de 6-3 contre le Titan d'Acadie Bathurst dimanche.
« Je pense qu'on ne va pas être déçu du week-end parce qu'on a bien commencé les matchs et qu'on a bien joué », mentionne néanmoins d'emblée l'entraîneur-chef sherbrookois.
« À Moncton, on a dominé du début à la fin. On a obtenu presque 50 lancers et j'ai compté au moins 36 chances de marquer. J'ai rarement vu ça dans un match de hockey et je ne sais pas si c'est la chance qui a fait qu'ils étaient dus pour gagner un match, mais on a été solides. Aujourd'hui [dimanche], ça s'est joué sur un but en troisième période sur une erreur défensive, sinon on a été solide tout le match », assure-t-il.
En arrière 3 à 1 au moment d'amorcer le dernier tiers, le Phoenix est parvenu à créer l'égalité en moins de trois minutes par l'entremise de Marek Zachar (18e) et Evan Mackinnon (5e), mais Antoine Morand a lancé le Titan en avant pour de bon lors de la sixième minute de jeu avec son 26e filet de la campagne. Morand a complété son tour du chapeau en fin de rencontre en marquant dans un filet désert. Zachary Malatesta (10e), Vladimir Kuznetsov (27e) et Kynan Berger (5e) ont les autres filets pour le Titan, tandis que Julien Pelletier a aussi riposté pour les Oiseaux. Evan Fitzpatrick s'est une nouvelle fois montré efficace en bloquant 30 des 34 rondelles dirigées vers lui pendant que son vis à vis Anthony Dumont-Bouchard accordait trois buts sur 36 lancers.
Entretemps, le Drakkar de Baie-Comeau est parvenu à soutirer un point lors d'une défaite de 2-1 en prolongation samedi contre les Foreurs de Val-d'Or, lui permettant de passer devant le Phoenix au 16e et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires.
« Les joueurs ne semblent pas sentir trop la pression, parce qu'on a de bons matchs malgré tout. Je serais plus déçu si l'équipe avait de la difficulté à connaître de bons matchs, mais c'est évident que chaque fois qu'on joue de bons matchs et qu'on n'a pas de points en retour, c'est assez décevant. »
Point positif s'il en est un, le Phoenix bénéficiera maintenant de quatre jours d'entraînement avant de recevoir la visite des Olympiques de Gatineau, vendredi au Palais des sports.
« Ça fait environ deux semaines et demie qu'on n'a pas d'entraînements en raison de l'horaire chargé et des blessés. Là, on va avoir une bonne semaine d'entraînement et ça va faire du bien pour se replacer et guérir certains bobo, mais il n'y en aura pas de facile d'ici la fin », note Stéphane Julien.