Samuel Poulin et Alexix Lafrenière

Alexis Lafrenière, le meilleur depuis Nathan MacKinnon

Il faut reculer jusqu'au repêchage de 2011 avant de voir un espoir aussi intéressant que le jeune Alexis Lafrenière (Vikings de Saint-Eustache), susceptible d'être sélectionné au tout premier rang lors de la séance du 3 juin à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Selon le recruteur-chef du Phoenix, Alain Préfontaine, il n'y a que Nathan MacKinnon qui présentait un aussi bon potentiel que Lafrenière lors des dernières années.
Avant MacKinnon, on devait revenir en 2003 afin de tomber sur un joueur de sa trempe, ou mieux encore. Un dénommé Sidney Crosby...
« Alexis Lafrenière est le quatrième meilleur joueur québécois de 15 ans de toute l'histoire du midget AAA en ce qui concerne le nombre de points amassés par match, informe Préfontaine. Avec ses 2,4 points par rencontre, il se trouve derrière Mario Lemieux, Alexandre Daigle et Pierre Turgeon. On voit rarement un joueur aussi jeune dominer de la sorte. Ce qui est le plus impressionnant, c'est qu'il est excellent dans toutes les facettes. Il est bon avec la rondelle, sans la rondelle et il est capable de marquer et de fabriquer des buts. »
Jeudi à 11 h, la LHJMQ procédera à la loterie qui déterminera l'ordre des équipes qui sélectionneront les cinq premiers choix lors de la prochaine séance. Les probabilités de remporter ce tirage sont établies en fonction du classement général au terme du calendrier régulier: les Wildcats de Moncton auront neuf balles (43 %) dans le boulier électronique, le Phoenix six (28 %), l'Océanic de Rimouski trois (14 %), les Mooseheads d'Halifax deux (10 %) et les Foreurs de Val-d'Or une (5 %).
Dans le pire des cas, le Phoenix choisira au quatrième rang.
« On se croise les doigts pour choisir en premier, mais peu importe ce qui arrivera jeudi, on sait qu'il y aura un nouveau joueur d'exception dans notre équipe l'an prochain! » estime Préfontaine.
Deux Poulin chez le Phoenix?
Vu par de nombreux experts comme étant le deuxième meilleur espoir disponible, Samuel Poulin (Phénix d'Esther-Blondin) fait aussi écarquiller les yeux. Son seul défaut? Être admissible au repêchage en même temps que Lafrenière.
« On pourrait dire la même chose de Lafrenière. Peut-être que certaines organisations ont Poulin au premier rang de leur liste! Tout dépend de ce qu'elles recherchent », souligne le dépisteur-chef du Phoenix.
Légèrement plus grand et plus pesant que Lafrenière, Poulin mesure 6'1 et pèse 180 livres. Lafrenière: 6'0 et 169 livres.
« Poulin est un solide patineur et possède un excellent équilibre. Il est un vrai attaquant de puissance. De notre côté, on connaît bien la famille étant donné que son frère aîné Nicolas évolue déjà avec nous et on sait à quoi nous attendre de lui. Mais bien honnêtement, avec Lafrenière, Poulin et Jakob Pelletier, on sait que le Phoenix n'aura aucun problème d'attitude. »
Bellamy, Pelletier ou Parent
Le défenseur format géant Jaxon Bellamy, le petit attaquant Jakob Pelletier et le prometteur Xavier Parent complètent le top 5 des meilleurs espoirs, dans l'ordre ou dans le désordre.
Pour le Phoenix, Pelletier et Parent ont l'avantage de jouer au centre. Un besoin criant chez le Phoenix. Jaxon Bellamy pourrait compléter à merveille la jeune défensive du Phoenix.
« J'ai vu Pelletier jouer à l'âge de 15 ans, raconte Préfontaine, et si certains sont surpris de le voir dans le top 3 ou top 5, moi je ne le suis pas. La différence avec Xavier Parent, c'est que Pelletier est plus responsable défensivement. Je le comparerais à Patrice Bergeron. Non seulement il est capable de se replier en défensive, mais en plus, il peut mener son équipe jusqu'aux grands honneurs comme il est en train de le prouver avec le Séminaire Saint-François en étant le meilleur pointeur des séries présentement. »
Si Pelletier semble plus constant, Parent serait l'homme des grandes occasions.
« Si le Phénix du Collège Esther-Blondin avait besoin d'un but pour gagner, il pouvait miser sur Parent. Même si Pelletier et Parent sont petits, de nos jours dans la LHJMQ, ça ne pose plus problème avec la façon dont les matchs sont arbitrés. Par contre, Parent a un historique de blessure », rappelle Alain Préfontaine, tout en précisant que le joueur du Phénix excelle dans les trois zones.
« Compter des buts, ça ne s'apprend pas. Bien jouer défensivement, c'est la chose la plus facile à apprendre au hockey », poursuit-il.
Finalement, les défenseurs des Maritimes Jaxon Bellamy et Justin Barron pourraient mêler les cartes.
« Bellamy est un vrai mur. Barron et le défenseur Christopher Merisier-Ortiz sont très bons offensivement. Bref, ce que l'on doit retenir, c'est que les 10 ou 12 premiers choix sont des valeurs assez sûres et aucune équipe ne voudra échanger les quatre ou cinq premiers choix de sélection en 2017. Peu importe quand et qui l'on repêchera, on sera très à l'aise avec notre choix », termine le recruteur-chef du Phoenix.