Thomas Grégoire et Hugo Roy étaient de retour hier avec le Phoenix de Sherbrooke après avoir goûté à la LNH lors du camp principal de l'Avalanche du Colorado.

« Ces gars-là étaient dans mon pool! »

Thomas Grégoire avait l'impression de s'être fabriqué un joueur portant son nom à NHL 18 au PlayStation et de l'avoir ajouté à l'alignement de l'Avalanche du Colorado. Hugo Roy évoluait pour sa part avec des joueurs qui se trouvaient dans son pool de hockey la saison dernière. Oui, c'était intimidant de se retrouver sur la même glace que les meilleurs hockeyeurs de la LNH, mais les deux membres du Phoenix ont tout de même su mettre leur nervosité de côté afin d'impressionner l'état-major de l'Avalanche.
C'est avec une légère déception que le défenseur Thomas Grégoire et le capitaine Hugo Roy ont retrouvé le Palais des sports mardi matin lors de l'entraînement du Phoenix. Mais les deux hockeyeurs originaires de l'Estrie ont tout de même quitté Denver avec le sentiment du devoir accompli.
« Je visais le gros contrat de la LNH et de la Ligue américaine, explique Roy, maintenant âgé de 20 ans. L'objectif était difficile à atteindre, il faut l'avouer. Mais il y a plusieurs joueurs qui en étaient à leur dernière saison dans la LHJMQ l'an dernier qui ont reçu une offre de contrat durant la saison. Je ne sais pas si j'ai obtenu une proposition pour la Ligue de la côte Est et pour la Ligue américaine uniquement. Mon agent le saurait, mais c'était clair que je refusais le petit contrat même si la direction m'en proposait un, alors on ne m'a pas mis au courant. »
« Je suis très satisfait de mon camp et je reviens avec une plus grande expérience en espérant en faire profiter au Phoenix, avance pour sa part Thomas Grégoire. Je voulais montrer ce que je pouvais faire. J'avais ma place là et je voulais le prouver. J'ai été bon offensivement et j'ai été capable de montrer que je suis un défenseur fiable. »
Comme toutes les recrues qui participent à leur premier camp professionnel, Grégoire et Roy ont été impressionnés par la présence de certains gros noms de la LNH.
« Ces gars-là étaient dans mon pool de hockey l'année dernière! » lance Hugo Roy.
Thomas Grégoire avait aussi de la difficulté à croire ce qui se passait :
« La première montée à trois contre deux que j'ai reçue était contre le trio à Matt Duchesne et Nail Yakupov. Ça maniait pas mal la rondelle disons. Mais quand j'étais sur la glace, je les voyais comme des joueurs comme les autres. Ils étaient des adversaires, tout simplement. »
« C'est inspirant de savoir que j'ai joué contre les meilleurs au monde et que je suis capable de produire offensivement dans un camp de la LNH, ajoute pour sa part le joueur de centre. J'ai tiré mon épingle du jeu et c'est juste gratifiant de voir que le Hugo Roy qui était dans le junior AAA il n'y a pas si longtemps est capable de tenir son bout contre les meilleurs, comme Matt Duchesne et Nathan MacKinnon. »
Même son de cloche du côté de Grégoire.
« J'ai pu tester tous mes acquis et toutes mes connaissances accumulées lors des dernières années et j'ai pu évaluer où je suis rendu dans mon développement. Je n'enlève rien à la LHJMQ, mais les jeux sont plus faciles à faire dans la LNH parce que tout est parfait. Les passes sont toujours sur la palette, les joueurs sont toujours bien placés, etc. Le niveau d'intensité était tellement élevé, et ce, à tous les entraînements. Même Matt Duchesne, qui a pourtant sa place assurée au sein de l'équipe, travaillait énormément fort et tout le monde souhaitait conserver sa place ou obtenir un meilleur rôle au sein de l'équipe. L'éthique de travail est impressionnante. »
Toutes les portes sont ouvertes
Ils espéraient bien sûr poursuivre l'aventure avec l'Avalanche, mais l'attaquant de Cookshire-Eaton et le défenseur de Sherbrooke étaient tout de même fiers de ce qu'ils avaient accompli et voient l'avenir du bon oeil.
« Quand mon père est venu me chercher à l'aéroport, je n'étais pas trop déçu, admet Hugo Roy. C'est certain que j'ai eu une petite déception, mais j'étais aussi très motivé de disputer ma dernière saison dans la LHJMQ à Sherbrooke. Mon été a été long avec l'exclusion des séries du Phoenix. J'ai pu mieux me préparer en commençant le processus d'entraînement plus rapidement. Mon été était en fonction de ma présence au camp d'entraînement des recrues et j'ai finalement obtenu une chance au camp principal de l'Avalanche, c'est ce que je visais. »
Toutes les options sont désormais devant Roy et Grégoire.
« Si je connais une bonne saison, étant donné que je suis libre comme l'air, les enchères peuvent monter et une certaine compétition peut se créer entre les différentes équipes de la LNH », admet Roy.
« Comme tous les autres joueurs, j'aurais espéré disputer une partie préparatoire, confie Grégoire. J'y croyais à un certain moment. Mais je suis revenu à Sherbrooke et la bonne nouvelle, c'est que je serai présent à la première partie de mon équipe en Abitibi. »
« Quand on m'a annoncé que je retournais dans le junior majeur, je m'y attendais, mais on m'a confié que la direction allait m'observer cette saison, poursuit Grégoire. Mais les portes sont ouvertes partout maintenant et pas seulement au Colorado. »
Leur retour a tout de même plu à l'entraineur Stéphane Julien, qui souhaitait toutefois le succès de ses deux joueurs à Denver.
« Avec le retour de notre gardien Evan Fitzpatrick, de notre capitaine Hugo Roy et de notre défenseur Thomas Grégoire, sans compter la présence de Marek Zachar, on pourra partir la saison sans excuse et on aura une meilleure profondeur. »
Une mauvaise nouvelle
À leur retour à Sherbrooke, Roy et Grégoire ont dû composer avec une mauvaise nouvelle : la perte du défenseur Luke Green, absent pour une durée de cinq mois à cause d'une blessure à l'épaule.
« C'est très dommage, souligne Hugo Roy. Il faut vivre avec. Ça fait partie du hockey. C'est une grosse perte pour notre défensive, mais je vois ça comme une opportunité pour les autres défenseurs, et lorsqu'il reviendra, notre défensive sera encore plus solide. Peut-être même que notre directeur général ira chercher un autre joueur durant les Fêtes lorsque la période de transactions sera ouverte. »
« J'étais très déçu pour nous et pour lui, mais on doit tourner la page tout de suite. Il nous quitte pour cinq mois. J'aurai beaucoup de temps de glace, mais je suis certain que les autres défenseurs seront en mesure de combler son absence en montant leur jeu d'un cran. Du moins, il le faudra! » prévient Grégoire.