Sports

Poulin s'occupe de l'Armada

Samuel Poulin ne s’est pas seulement offert une victoire de 8-4 dans son patelin. Le joueur vedette du Phœnix de Sherbrooke a également profité de sa présence mardi à Blainville-Boisbriand pour égaler un record de concession en obtenant six points lors d’un même match, permettant ainsi à son équipe de grimper de deux rangs au classement général de la LHJMQ et d’occuper désormais la 7e position.Samuel Poulin ne s’est pas seulement offert une victoire de 8-4 dans son patelin. Le joueur vedette du Phœnix de Sherbrooke a également profité de sa présence mardi à Blainville-Boisbriand pour égaler un record de concession en obtenant six points lors d’un même match, permettant ainsi à son équipe de grimper de deux rangs au classement général de la LHJMQ et d’occuper désormais la 7e position.

La soirée de travail de Samuel Poulin a bien commencé grâce à un but dès la deuxième minute de jeu. Luke Henmann a donné la réplique pour l’Armada, mais Poulin a répondu à son tour avec un deuxième but après seulement sept minutes d’action. 

« Dès ce matin en me levant, je me sentais bien, admet Poulin, qui a rejoint le groupe sélect formé de Daniel Audette et Marek Zachar grâce à sa récolte de deux buts et quatre passes. J’avais de l’énergie et j’ai juste amené cette énergie sur la glace pour la partie de ce soir. Sans dire que j’aimerais obtenir six points à chaque partie, j’aimerais jouer de cette manière d’une façon plus constante, mais je suis conscient que ce genre de parties surviennent à l’occasion, au même titre qu’un mauvais match que l’on peut avoir parfois dans le corps. »

Le joueur de 17 ans a maintenant 63 points en 56 parties. 

« Il y avait trente recruteurs de la LNH ce soir, rappelle le pilote de l’Armada, Bruce Richardson. D’après moi, quelqu’un lui avait dit. Je le répète souvent à mes joueurs : à Boisbriand, on a la chance d’avoir la présence de plusieurs recruteurs grâce à notre position géographique. Quand je demande à mes joueurs ce qu’ils veulent faire plus tard, ils me répondent tous qu’ils veulent jouer dans la LNH. Quand j’étais dans la LHJMQ, j’aurais tout fait pour attirer l’attention : une bataille et si possible, au moins un but. Mais mes joueurs ne se présentent pas. D’après moi, ils ne veulent pas vraiment faire des joueurs de hockey, mais Samuel, lui, oui. »

Près de 50 secondes plus tard, Benjamin Tardif portait la marque à 3-1 pour le Phœnix, qui semblait en plein contrôle après une période. 

Jentzsch et Peach s’invitent à la fête

C’était la soirée des doublés au Centre excellence Sports Rousseau.

Au deuxième vingt, Henmann a obtenu un deuxième but face à Dakota Lund-Cornish. Taro Jentzsch a redonné une avance de deux points aux Sherbrookois sur une passe de Poulin, avant que Benjamin Corbeil remette l’équipe locale dans la partie. Mais Poulin a une fois de plus repéré Jentzsch, qui a terminé la rencontre avec deux buts et une passe.

Jérémy Jacques a touché la cible avant la fin de l’engagement et devinez quoi, Sam Poulin s’est fait complice sur la séquence : 6-3 Sherbrooke après 40 minutes de jeu.

Les carottes étaient cuites. Ce qui n’a pas empêché les défenseurs Jaxon Bellamy et Ryan DaSilva d’ajouter d’autres buts au tableau. Avec le filet de Tyler Hylland, l’Armada n’a fait que se donner de faux espoirs en fin de partie. 

« Le trio de Samuel a montré le chemin à suivre et nous, on l’a suivi pour revenir avec les deux points », soutient DaSilva.

Stéphane Julien ne semblait pas nécessairement surpris de voir son capitaine se lever de cette façon. 

« La mauvaise nouvelle est que s’il fait six points à chaque partie, il ne reviendra pas avec nous la saison prochaine, lance en riant son entraîneur, Stéphane Julien. Il était impliqué dès le départ ce soir. Il a vraiment été dominant avec ses partenaires de trio. Il a mené son équipe comme un capitaine doit le faire. »

« J’ai aimé ma partie, admet Poulin, mais j’ai trouvé que Bailey et Taro étaient aussi en feu. On se passait la rondelle, on se voyait bien et tout fonctionnait. J’aime jouer ici. C’est ici que j’ai grandi. Ça me rappelle de bons souvenirs et c’est toujours plus spécial de jouer au hockey ici. »

Dans un tout inclus

Il va sans dire que Bruce Richardson n’a pas quitté son amphithéâtre avec le sourire aux lèvres. 

« Je sais que notre équipe est en apprentissage, mais j’aimerais au moins voir mes joueurs batailler, gagner leur bagarre à un contre un et être solide sur le bâton. Ce n’est pas moi ça. Et ça me tombe sur les nerfs. C’est correct d’être jeune et pas encore aussi talentueux que l’autre club, mais je m’attends à un plus grand désir de la part de mes joueurs. Je veux piloter une équipe qui est difficile à affronter. »

L’ancien Faucon de Sherbrooke aurait espéré voir toute sa troupe mettre l’épaule à la roue. 

« C’était facile pour le Phœnix de se rendre au filet parce que notre équipe lui a rendu la vie facile dans sa zone. On ne sautait pas sur les rondelles libres et on ne jouait pas sur les orteils, c’est ce qui m’énerve le plus. Plusieurs de mes vétérans ont bien répondu, mais c’est dommage que certains autres soldats se croyaient dans un hôtel tout inclus. »

Samuel Boileau a terminé la rencontre avec 29 arrêts contre 27 pour Lund-Cornish. 

Le Phœnix a dépassé les Wildcats de Moncton et les Islanders de Charlottetown grâce à ce gain et retournera sur la route vendredi afin de se mesurer aux Olympiques de Gatineau. 

Hockey

Hugo Roy passe chez les pros

Les Admirals de Milwaukee accueillent un autre ancien joueur du Phœnix de Sherbrooke. Après Mathieu Olivier, c’est au tour d’Hugo Roy de signer un premier contrat chez les professionnels, avec le club-école des Prédateurs de Nashville dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Celui qui a été capitaine du Phoenix pendant deux ans a disputé une première saison avec le programme universitaire de hockey masculin des Stingers de Concordia, dans la Conférence de l’Ontario.

Hockey

Le Phoenix goûte à la médecine des Voltigeurs

Joe Veleno et les Voltigeurs de Drummondville ont offert une leçon de hockey au Phoenix de Sherbrooke samedi après-midi au Palais des sports. Les hommes de Steve Hartley, qui vise la Coupe du Président, ont rapidement pris les commandes de la partie pour ainsi l'emporter par la marque de 6 à 1.

Il y avait à peine 52 secondes de jouées au match lorsque Veleno a permis aux siens de prendre l'avance. Veleno est allé jusqu'à marquer un deuxième but quelques secondes plus tard, mais l'arbitre a jugé qu'il avait touché la rondelle plus haut que la hauteur permise.

Malgré tout, ce n'était certes pas le départ espéré par Stéphane Julien et sa troupe.

« Sans dire que notre club a été mauvais en première période, on a du moins subi deux revirements coûteux qui ont mené à deux buts, a noté l'entraîneur Stéphane Julien. Pour espérer gagner contre une équipe comme les Voltigeurs, ça nous prend la meilleure performance de notre gardien et ce ne fut pas le cas. Je n’ai pas détesté notre jeu en général. Les gars ont tenté de revenir dans la partie et n’ont pas lâché en multipliant les chances de marquer. »

Gregory Kreutzer a doublé l'avance des visiteurs et Joe Veleno s'est rapidement repris en marquant le troisième but de la rencontre. Après 20 minutes de jeu, les Voltigeurs menaient déjà 3 à 0.

Xavier Simoneau a accentué l'avance de son club et le Magogois Nicolas Guay en a rajouté en portant le pointage à 5-0. Heureusement pour les Sherbrookois, Nathael Roy a évité la honte à la fin du deuxième tiers en déjouant Olivier Rodrigue, qui a été privé de son blanchissage.

Nicolas Beaudin a complété la marque en troisième période.

« On a perdu notre confiance contre l’Armada et on vient de subir une quatrième défaite de suite, ce que l’on avait réussi à éviter depuis le début de la saison. On doit se rassembler et faire attention aux détails dimanche à Boisbriand. Il faut avouer que l’absence de Jaxon Bellamy et Alexandre Joncas fait mal à notre défensive. »

Notons que les frères magogois Patrick et Nicolas Guay s'affrontaient pour une deuxième fois en carrière.

« On affrontait l’une des meilleures équipes du circuit et on a vu à quel point elle a du talent, a mentionné Patrick Guay du Phoenix de Sherbrooke. On devra travailler encore plus fort la prochaine fois. La première période a coupé les jambes à tout le monde et on se mesurerait à un excellent gardien. C’était la deuxième fois que je jouais contre mon frère. Ça demeure amusant, même si c’était moins spécial que la première fois. »

« On veut mieux jouer pendant 60 minutes et éviter les relâchements comme en troisième période, admet Steve Hartley, entraîneur des Voltigeurs. J’ai aimé ce que notre offensive a fait et dans l’ensemble, on est satisfaits. Malgré l’absence de Maxime Comtois, Pavel Koltygyn et Cédric Desruisseaux, on assure à l’attaque grâce à notre belle profondeur à l’offensive. »

Rappelons que le Phoenix visitera l'Armada de Blainville-Boisbriand dimanche après-midi, jour de tempête. 

Sports

Entrée réussie pour Lund-Cornish et Kemp

On n’a jamais deux chances de faire bonne première impression et les nouveaux joueurs du Phœnix en étaient bien conscients mercredi soir. Le gardien Dakota Lund-Cornish en a fait suffisamment pour offrir une deuxième victoire en autant de matchs à sa nouvelle formation, mais cette fois, devant ses partisans présents au Palais des sports de Sherbrooke.

Le défenseur Michael Kemp a également épaté la galerie grâce à une passe parfaite en direction de Samuel Poulin sur le but gagnant de la rencontre, le tout dans un gain de 3 à 1 contre les Tigres de Victoriaville.

« Dakota a fait de bons arrêts aux bons moments, note l’entraîneur du Phœnix de Sherbrooke. Kemp a joué un très bon match en servant entre autres toute une passe à Samuel Poulin. Ils ont très bien paru à leur première rencontre avec nous à domicile. Notre groupe a intégré rapidement ces deux nouveaux joueurs. Dakota aura la chance de se faire valoir avec nous. Il a encore des choses à prouver et il reviendra devant le filet vendredi à Rimouski. »

« C’était extraordinaire ce soir, admet le portier de 18 ans après ses 16 arrêts sur 17 tirs. Je me sentais très bien dans mon nouvel amphithéâtre et la rondelle a roulé en notre faveur à la fin du match. J’étais confiant même au début de la partie. C’est peut-être être ma deuxième victoire en deux matchs, mais il s’agit d’une belle victoire d’équipe. Samuel Poulin a très bien joué et tout le monde a contribué. »

« J’ai travaillé fort et je tenais à aider notre club à gagner ce soir, assure le défenseur de 20 ans Michael Kemp. Sur le premier but de Sam, une belle ligne de passe s’est créée et Sam en a profité. Ce gain au Palais des sports m’enlève un peu de poids sur les épaules. J’étais assez confiant pour cette partie. Je connais bien la ligue, c’est déjà ma troisième année dans la LHJMQ, donc j’étais plus excité par ce défi que nerveux, même si lors des premières minutes je me sentais bizarre un peu. »

Pas totalement satisfait

Stéphane Julien en aurait tout de même voulu davantage de sa troupe.

« Après la première période, on n’était pas entièrement satisfaits en étant toujours une seconde en retard sur chaque jeu. On attendait un peu trop de voir ce que les Tigres allaient faire. Par la suite, on s’est activés en amenant beaucoup plus souvent la rondelle au filet et en améliorant nos relances. »

Benjamin Tardif a été le premier à faire bouger les cordages pour les Oiseaux en première période, mais Jordan Brière a rapidement donné la réplique dans le clan des Tigres. Samuel Poulin a ensuite offert l’avance aux siens en troisième période et a conclu la rencontre avec le but d’assurance dans un filet désert.

« On n’a pas été chanceux ce soir, a constaté l’entraîneur des Tigres, Louis Robitaille. Avant d’accorder nos derniers buts, on jouait un très bon match. Sur le premier but du Phœnix, la rondelle a touché notre joueur et sur le deuxième but, un de nos joueurs avait perdu son bâton et le Phœnix a capitalisé sur cette séquence. La ligne est mince entre la victoire et la défaite et on l’a vu ce soir. »

La prochaine partie des Oiseaux aura lieu vendredi à Rimouski et ils reviendront dimanche au Palais des sports en après-midi pour y affronter l’Armada de Blainville-Boisbriand.

« Je veux jouer le maximum de parties, donc je suis content de retrouver le filet vendredi, explique Lund-Cornish, qui aura le défi de freiner Alexis Lafrenière. Je ne suis pas habitué de jouer quelques matchs de suite et je suis content d’avoir cette chance avec le Phœnix. »

Hockey

Pas d’aubaines « incroyables » pour le Phœnix

SHERBROOKE — Jocelyn Thibault attendait les aubaines lors de la dernière période de transactions, mais s’est finalement rendu compte que les directeurs généraux ne magasinaient pas au Dollarama cette année.

« Il n’y avait pas d’aubaines incroyables qui auraient pu aider à améliorer l’équipe pour les prochaines saisons et immédiatement. On en a tout de même profité pour obtenir quelques bons choix au repêchage et grâce à une banque intéressante, on aura plus d’outils pour mieux travailler lors du prochain repêchage entre autres. »

Il faut donc s’attendre à voir le directeur général du Phœnix être plus actif en juin lors de la séance de sélections 2019. Thibault aura alors la possibilité d’utiliser ces choix pour repêcher de jeunes espoirs et surtout, pour acheter des joueurs d’expérience à des équipes qui ne viseront pas les grands honneurs.

Notons que deux choix de deuxième tour ont été offerts par les Remparts de Québec pour l’ancien Phœnix Édouard St-Laurent.

Même s’il n’a pas été le DG le plus actif du circuit lors des dernières journées de la période de transactions, qui s’est terminée dimanche midi, Jocelyn Thibault a tout de même ajouté un défenseur de 20 ans à son alignement, Michael Kemp. En retour, il a offert à l’Armada de Blainville-Boisbriand son choix de septième ronde en 2019 qu’il avait reçu lors de la transaction impliquant le gardien Brendan Cregan.

« Notre but était d’obtenir les services d’un vétéran de 19 ou 20 ans à la ligne bleue. Il viendra ainsi stabiliser notre jeune défensive, surtout composée de joueurs de 17 ans. Nous étions très jeunes en défensive malgré le noyau de qualité sur lequel notre club pouvait compter. Et avec la perte de Jaxon Bellamy (coupé au genou) et d’Alexandre Joncas (commotion cérébrale), le besoin devenait encore plus pressant », soutient-il.

En quatre saisons avec l’équipe de sa région natale, Michael Kemp a obtenu 29 points en 125 parties.

« Il a disputé des parties importantes et possède une belle feuille de route dans le circuit. On continuera de faire confiance aux jeunes afin de bien les développer, mais son ajout nous permet d’ajouter de la profondeur. »

De la compétition devant les buts

L’arrivée d’un jeune gardien de but est une autre bonne nouvelle selon le DG sherbrookois. Dakota Lund-Cornish pourrait en surprendre plus d’un.

« Les rapports reçus sont très positifs. Notre ancien entraîneur des gardiens, Brad MacCharles, n’avait que de bons mots sur lui. Il a joué son midget AAA à Halifax et il demeurait dans l’ombre de Matthew Welsh à Charlottetown. Il n’a pas beaucoup joué encore dans le circuit et à 18 ans, il tenait à obtenir une chance de se faire valoir et on la lui donnera. Le prix payé (NDLRL : choix 4e ronde 2020 et de 9e ronde 2019) n’était pas exorbitant et le risque est bon. »

Lund-Cornish se battra pour le poste de premier gardien avec Thommy Monette d’ici le reste de la saison.

Avec le retour de Thomas Sigouin au prochain camp de sélection, le Phœnix comptera trois candidats au poste de numéro 1, sans oublier William Desmarais, Ethan Pearson, David Provencher et Alex Brousseau, qui espèrent mêler les cartes.

« On profitera d’une belle profondeur au poste de gardien de but. Plusieurs possibilités s’offrent à nous », rappelle Jocelyn Thibault.

Rappelons que pour créer une place de joueurs de 20 ans dans son alignement, le Phœnix avait échangé Brendan Cregan à l’Armada. Le Phœnix a aussi libéré un autre défenseur, l’Américain d’origine estonienne Dilan Savenkov.

« J’ai trouvé ça dommage de voir Dilan quitter l’équipe. On l’aimait beaucoup, mais avec la présence de plusieurs jeunes défenseurs, il trouvait qu’il n’avait pas beaucoup l’occasion de se prouver. Sa décision était décevante, mais on doit l’accepter. On espère qu’une autre équipe le sélectionne au ballotage pour qu’il puisse demeurer dans le circuit », admet Thibault, qui se dit très satisfait de l’équipe qu’il a sous la main.

« J’étais très à l’aise avec notre attaque, on a amélioré notre défensive et notre club s’est rajeuni devant le filet », résume-t-il.

Sports

LHJMQ: le Granbyen Yann-Félix Lapointe nommé joueur de la semaine

Le défenseur Yann-Félix Lapointe a été nommé joueur de la semaine Ultramar dans la LHJMQ devenant ainsi le premier porte-couleur du Phoenix de Sherbrooke à mériter cet honneur.

Le Granbyen de 19 ans a en effet aider son club à remporter deux matchs consécutifs la semaine dernière grâce à une récolte de deux buts et deux aides. Il a dû même coup contribué à la belle séquence de son club qui affiche un dossier 7-3-0 à ses dix dernières parties. 

Lapointe a d’abord connu un premier match de 3 points (un but, deux aides) en carrière vendredi dernier dans un gain de 7-6 en prolongation face aux Remparts de Québec, puis il a marqué son premier but gagnant dans la LHJMQ dimanche lors d’une victoire de 3-0 signée aux dépens des Tigres de Victoriaville. Loin de ralentir la cadence, le Granbyen a d’ailleurs de nouveau marqué lundi contre les Olympiques de Gatineau dans un triomphe de 5-2, obtenant la troisième étoile pour une troisième rencontre de suite. 

Le vétéran de trois saisons a déjà établi de nouveaux sommets personnels dans le circuit Courteau en 2018-2019, lui qui affiche 6 buts et 11 aides (17 points) en 37 rencontres jusqu’à maintenant.

LHJMQ

Échanges: le Phœnix bouge trois fois plutôt qu’une

Jusque-là tranquille depuis l’ouverture du marché des échanges dans la LHJMQ, le Phœnix de Sherbrooke a procédé à trois transactions mercredi.

Jocelyn Thibault a d’abord ajouté à sa formation un gardien de 18 ans, Dakota Lund-Cornish. En retour, le directeur général du Phœnix a cédé aux Islanders de Charlottetown un choix de 9e ronde au prochain repêchage (NDLR: celui de Baie-Comeau) et une sélection de 4e ronde en 2020.

À lire aussi: Échanges: le Phœnix bouge trois fois plutôt qu’une

L’attaquant Édouard St-Laurent a ensuite pris le chemin de Québec. Les Remparts ont offert un choix de deuxième tour en 2019 en compensation ainsi qu’une autre sélection de seconde ronde, mais en 2021.

Finalement, après avoir passé trois saisons à Sherbrooke, le gardien Brendan Cregan est devenu un membre de l’Armada de Blainville-Boisbriand. Le Phœnix a ajouté à sa banque un choix de 7e ronde en 2019 (celui de Chicoutimi).

« C’était déchirant dans le cas de Brendan Cregan parce qu’il était très respecté dans le vestiaire, a confié l’entraîneur Stéphane Julien. Il cadrait très bien dans la culture de l’équipe et montrait l’exemple. Le sport peut être cruel et en voilà un bon exemple. »

Le parcours de Cregan à Sherbrooke dans la LHJMQ est loin d’être ordinaire. Jamais repêché, il avait été inclus dans une transaction comme élément secondaire après avoir été invité au camp des Huskies de Rouyn-Noranda. Cregan avait été retourné chez lui et les blessures avaient permis au gardien alors âgé de 18 ans de quitter la maison des Maritimes pour revenir dans le junior majeur en tant que second violon. À quelques occasions, il a occupé le rôle de numéro 1 chez le Phœnix, surpassant même parfois Evan Fitzpatrick durant la saison.

« Je tiens à remercier tous les partisans pour ces deux dernières années passées avec eux. Ce fut incroyable. Merci également à l’organisation pour toutes les opportunités. Bonne chance à l’équipe pour la suite. J’ajoute un merci tout spécial à ma famille d’hébergement qui a été près de moi pendant ses deux années. »

Cregan terminera ainsi sa carrière junior avec l’Armada achevant la saison à Blainville-Boisbriand. Au total, le joueur de 20 ans a disputé 70 parties dans l’uniforme bleu et crème.

Dans l’ombre de Welsh

À Charlottetown, le gardien Lund-Cornish agissait à titre d’auxiliaire de Matthew Welsh depuis la saison dernière, ce qui explique ses 33 parties dans la LHJMQ depuis son arrivée dans le circuit à 17 ans.

En 12 parties cette saison, le portier mesurant 6’3 affiche un dossier de six victoires et deux revers tout en présentant une moyenne de buts alloués de 2,93 et un taux d’efficacité de ,884

« Je suis content d’obtenir cette chance à Sherbrooke, a confié Lund-Cornish au journal The Guardian après son entraînement matinal à Charlottetown. C’est excitant, mais en même temps c’est spécial de partir d’ici pour aller loin de chez moi. »

« Il était dans l’ombre de Welsh à Charlottetown et en plus d’avoir un beau potentiel, il a déjà un peu d’expérience dans la ligue, rappelle Jocelyn Thibault. À 18 ans, il est imposant et on pense qu’il est prêt à prendre plus de responsabilités. À son âge, il s’intègre parfaitement à notre jeune noyau dans le but d’arriver à maturité dans un an ou deux. Il participera d’ailleurs au prochain voyage en Abitibi. »

Repêché en troisième ronde en 2016 lors de la séance de sélection présentée à Charlottetown, le cerbère a disputé quelques parties la saison dernière dans le midget AAA, à Halifax.

Thommy Monette et Thomas Sigouin auront donc de la compétition au prochain camp d’entraînement si tout demeure ainsi.

Édouard St-Laurent devient un Rempart

Après seulement 37 parties disputées avec le Phœnix, Édouard St-Laurent change encore d’adresse. Arrivé de Baie-Comeau en début de saison, l’attaquant de 18 ans se rapproche de la maison en devenant un membre des Remparts de Québec, lui qui vient de Lévis. 

« Édouard était malheureusement insatisfait avec nous », précise Jocelyn Thibault. 

St-Laurent admet qu’il avait demandé à être échangé. 

« J’ai discuté avec l’organisation peu avant l’ouverture du marché des transactions et après la discussion, on a conclu que ce serait mieux que je change d’équipe, précise le hockeyeur. J’ai adoré le temps passé à Sherbrooke. Je ne pars pas à cause de mon temps de jeu ou de mon utilisation. Le fait de jouer à Québec, je crois que ça pourrait m’aider même si je sais que les Remparts sont en reconstruction. Jouer dans ma région, au Centre Vidéotron et sous les ordres de Patrick Roy, je vois ça comme un beau défi. »

Rappelons que la période de transactions se terminera le 6 janvier à midi.

Sports

Le Phoenix obtient un gardien de 18 ans

Le Phoenix de Sherbrooke a procédé mercredi à une première transaction depuis l’ouverture du marché des échanges dans la LHJMQ. Jocelyn Thibault a ajouté à sa formation un gardien de 18 ans, Dakota Lund-Cornish. En retour, le directeur général du Phoenix a cédé aux Islanders de Charlottetown un choix de 9e ronde au prochain repêchage (NDLR: celui de Baie-Comeau) et une sélection de 4e ronde en 2020.

Le gardien mesurant 6’3 agissait à titre d’auxiliaire de Matthew Welsh depuis la saison dernière, ce qui explique ses 33 parties dans la LHJMQ depuis son arrivée dans le circuit à 17 ans.

En 12 parties cette saison, il affiche un dossier de six victoires et deux revers tout en présentant une moyenne de buts alloués de 2,93 et un taux d’efficacité de 0.884

«Je suis content d’obtenir cette chance à Sherbrooke, a confié Lund-Cornish au journal The Guardian après son entraînement matinal à Charlottetown. C’est excitant, mais en même temps c’est spécial de partir d’ici pour aller loin de chez moi.»

«Il était dans l’ombre de Welsh à Charlottetown et en plus d’avoir un beau potentiel, il a déjà un peu d’expérience dans la ligue, rappelle Jocelyn Thibault. À 18 ans, il est imposant et on pense qu’il est prêt à prendre plus de responsabilités. À son âge, il s’intègre parfaitement à notre jeune noyau dans le but d’arriver à maturité dans un an ou deux.»

Repêché en troisième ronde en 2016 lors de la séance de sélection présentée à Charlottetown, le portier a disputé quelques parties la saison dernière dans le midget AAA, à Halifax. 

Thommy Monette et Thomas Sigouin auront donc de la compétition au prochain camp d’entraînement si rien ne change. Avec la présence de Brendan Cregan, un gardien de 20 ans, et l’absence de Sigouin, blessé pour la saison, le Phoenix possède maintenant trois gardiens dans son alignement, ce qui peut porter à croire que le directeur général n’a pas achevé son travail durant la période des transactions, qui se terminera le 6 janvier à midi.

Des rumeurs persistantes envoient d'ailleurs Cregan à Blainville-Boisbriand. L'Armada céderait uniquement un choix au repêchage en retour. 

Phoenix de Sherbrooke

Une pause sur fond d’incertitude

Le Phœnix de Sherbrooke n’a pas effectué de transactions dimanche à l’ouverture du marché des échanges dans la LHJMQ et le directeur général Jocelyn Thibault n’a pas l’intention d’être parmi les plus actifs, ce qui n’empêche pas ses joueurs à quitter pour la pause de Noël avec une légère incertitude.

« On a organisé une rencontre il y a quelques jours déjà et on a parlé de cette période de transactions, ce qui fait en sorte que ce sujet est derrière nous maintenant, donc on ne s’en parle pas nécessairement dans le vestiaire, indique Samuel Poulin. 

« On sentait il y a deux semaines que certains d’entre nous pensaient à cette période de transactions, précise Alex-Olivier Voyer. Les entraîneurs ont donc pris le temps de nous rencontrer. Il y aura peut-être du mouvement chez le Phoenix, mais ce ne sera rien de majeur, paraît-il. On a un bon groupe de joueurs et le but n’est pas de le détruire. Peu importe ce qui arrive, notre rôle est de jouer au hockey et celui de Jocelyn Thibault est de gérer l’équipe, donc on ne contrôle rien de toute façon. »

Ces derniers admettent qu’ils s’attendent à voir un ou deux joueurs partir ou arriver. 

« Certains pensent quitter, d’autres pensent rester, mais au final on ne sait pas ce qui peut arriver. Ça fait partie du jeu, que ce soit dans le junior ou dans le pro. Il y aura peut-être des joueurs qui se joindront à nous ou qui partiront, mais le noyau demeurera le même et tant mieux si j’ai encore les mêmes coéquipiers à la fin de la saison, parce que tout le monde a du plaisir ensemble cette année », lance Samuel Poulin.

« J’ai déjà été l’objet de rumeurs à Rimouski, confie Voyer. On m’envoyait à Gatineau avant Noël. C’est un peu la tempête quand ça arrive, ce n’est jamais plaisant. Et finalement, j’ai terminé l’année avec l’Océanic. Il ne faut donc jamais trop s’en faire. On profitera tout de même du temps passé en famille et du repos. On reviendra ensuite au hockey le 28. »

LHJMQ

Thibault hésite à brasser la soupe

L’ouverture de la période de transactions est à nos portes et le directeur général du Phoenix se positionne clairement comme un acheteur modéré, mais intéressé à améliorer son équipe à moyen terme.

Jocelyn Thibault se tiendra proche du téléphone dès dimanche et gardera sa sonnerie assurément ouverte jusqu’au 6 janvier à midi. Son plan est fort simple : acheter des joueurs qui seront encore dans l’alignement la saison prochaine sans toutefois détruire son noyau.

« J’hésite à brasser la soupe, dit-il. J’aime la dynamique de notre équipe. Est-ce que ça va bouger de notre bord? Peut-être que je serai acheteur, mais pas au détriment de l’avenir de notre équipe. Je ne regarde donc pas vers ceux qui ne seront plus dans le junior majeur la saison prochaine. Je refuse d’hypothéquer l’avenir dans le but d’améliorer nos chances de gagner seulement cette saison. On regarde un peu plus loin. »

Après avoir été le chef d’orchestre des trois dernières séances de sélections, Jocelyn Thibault a aussi vécu trois périodes de transactions et le plan demeure le même : mettre toutes les chances de son côté pour les saisons 2019-2020 et 2020-2021.

« Ce que je souhaitais il y a trois ans, c’était de changer la mentalité du club. On espérait monter un beau programme et établir une culture gagnante mettant en avant-plan l’effort collectif. Le nouveau personnel de recruteurs devait suivre cette ligne directrice et moi aussi. On est jeunes et je sens que notre club s’en va dans la bonne direction. Notre équipe réalise de belles choses. Je ne dis pas que je ne veux pas gagner dès cette année, mais je veux que l’on maintienne la cadence tout en rajoutant peut-être de jeunes joueurs qui cadrent dans notre plan. »

Des premiers choix attrayants

Grâce à la bonne profondeur de son alignement et à sa banque intéressante de choix au repêchage, Jocelyn Thibault a tous les outils nécessaires pour discuter avec ses homologues. En langage de poker, il a un jeu gagnant dans sa main, reste à bien jouer ses cartes pour l’emporter. 

« Mes deux sélections de premier tour en 2019 (NDLR: celui du Phoenix et celui de Moncton) semblent attrayantes pour les autres directeurs généraux. Du moins, ils sont très populaires si je me fie aux appels reçus. Je n’ai peut-être pas envie d’échanger les deux, mais si l’occasion est belle de monnayer un des deux choix pour améliorer l’équipe à moyen terme, je le ferai. »

Son plus grand défi? Améliorer sa formation sans mettre de côté un jeune joueur qui joue bien et qui progresse bien.

« Je prendrai les décisions cas par cas. Si j’ai la chance d’obtenir un joueur, je dois toujours me demander lequel je mettrai de côté pour lui faire une place. Par exemple, mon top 9 à l’attaque sera difficile à tasser. »

Une défensive à bonifier

La relève semble belle à l’attaque, en défensive et devant le filet chez le Phoenix. Ce qui lui manque? Un défenseur pouvant stabiliser la brigade défensive en lui apportant un peu d’expérience. Rappelons qu’à l’âge de 20 ans, Ryan DaSilva est le doyen chez les défenseurs, suivi d’Olivier Crête-Belzile, âgé de 18 ans. Sinon, tous les autres ont 17 ans. 

« On est jeunes en défensive, j’aime la façon dont mes jeunes défenseurs se développent et je ne veux pas de joueurs de location. En fait, je resterai à l’affût des occasions qui se présentent à moi, que ce soit pour un attaquant, un défenseur ou un gardien. »

Le statu quo n’est pas non plus mis de côté.

« Ça se peut aussi que je ne bouge pas du tout d’ici le 6 janvier. Tout sera pensé et réfléchi. Ce n’est pas toujours évident d’effectuer des transactions, mais j’ai comme objectif d’améliorer mon équipe durant la prochaine période de transactions », conclut Thibault.