Les entraîneurs du Club de boxe Stéphane Monast, Éric Pelletier et Ingrid Dubuc ont accompagné les boxeurs à la compétition des Gants de bronze, à Trois-Rivières.

Performance historique pour le Club de boxe de Sherbrooke

Les pugilistes du Club de Boxe de Sherbrooke (CBS) ont offert des prestations inspirées lors de la compétition provinciale des Gants de bronze, disputée à Trois-Rivières.

Les sept boxeurs sherbrookois sont rentrés à Sherbrooke après une incroyable récolte de six médailles d’or et une de bronze, pour ainsi proposer une performance sans précédent dans l’histoire du club. 

Ainsi, dans leurs catégories respectives, Érik Junior Pelletier, Rashid Ismaël, Tristan Pinette, Dereck Pelletier, Izaï Beauregard ont tous remporté les grands honneurs. Quant à Mia Beauchesne-Spooner, elle a été nommée championne sans opposition. William Laroche a remporté la médaille de bronze.

Cette compétition des Gants de bronze est réservée aux combattants ayant cinq combats ou moins d’expérience.

« C’est un bilan très positif pour nos jeunes boxeurs, car dans le lot, il n’y a eu qu’une championne par opposition. Les Gants de bronze, c’est le premier gros tournoi qu’un boxeur peut vivre. C’est gros, c’est imposant comme compétition et les jeunes vivent l’expérience à fond. Ce que j’ai aimé, c’est que tout le monde est resté jusqu’au dernier combat, dimanche, pour l’encourager. Ça crée des beaux liens d’équipe ; même si c’est un sport individuel, l’esprit d’équipe est important », a dit l’entraîneur-chef du CBS, Stéphane Monast.

« On n’avait pas d’objectifs de performances précis en tête pour nos boxeurs à l’aube de cette compétition. On voulait seulement qu’ils fassent leur meilleure performance possible. On visait ce qu’on pouvait faire. »

Le plus encourageant, dit Monast, est que tous ces boxeurs — sauf un — font partie du sport-études boxe au Triolet.

« Izai a gagné par arrêt de l’arbitre au premier round. L’entraîneur de son adversaire ne pouvait pas croire qu’Izai avait commencé la boxe depuis quelques mois à peine ! Aussi, Rachid Ismaël devait boxer dans la catégorie 80 kg max, mais il n’avait pas d’adversaire. On l’a donc monté dans la catégorie 80kg et plus et il a affronté un gars de 35 livres plus lourd que lui. Un gars de 215 livres, mais Rachid a dominé le combat, c’était très bien ! »

« C’est positif pour la suite des choses, tout le monde a hâte de remettre les gants. La saison est presque finie, il nous reste peut-être quelques galas, à l’extérieur. Mais ça conclut bien la saison », a précisé Monast.