Jocelyn Thibault devra non seulement attirer des défenseurs à Sherbrooke, mais il devra en plus regarnir le flanc droit à l’attaque.
Jocelyn Thibault devra non seulement attirer des défenseurs à Sherbrooke, mais il devra en plus regarnir le flanc droit à l’attaque.

Pénurie de défenseurs chez le Phœnix

Le Phœnix pourrait être tenté de faire le plein de défenseurs lors du prochain encan de la LHJMQ puisqu’une pénurie de joueurs au sein de la brigade défensive sherbrookoise se dessine à l’horizon.

Avec la transaction du défenseur Alexandre Joncas et la possible absence de Samuel Bolduc, qui souhaite faire le saut chez les professionnels la saison prochaine, tout comme le défenseur Xavier Bernard, en attente d’un contrat avec les Devils du New Jersey, de nombreux trous se créent au sein de la défensive du Phœnix. 

Sans parler de Gregory Kreutzer, dont le statut reste à être déterminé, ou d’Olivier Crête-Belzile, qui combat un cancer et qui souhaite tout de même disputer la prochaine saison. 

Tout cela signifie que Jaxon Bellamy est le seul défenseur régulièrement utilisé par l’entraîneur Stéphane Julien à revenir assurément. Jacob Rabouin sera aussi de retour tout comme Mirco Fontaine. Ce dernier bataillera pour l’un des trois postes de 20 ans.

Avec la présence de l’attaquant de 20 ans Benjamin Tardif, le Phœnix ne pourra conserver dans l’alignement à la fois Bernard, Kreutzer, Crête-Belzile et Fontaine. Deux d’entre eux pourraient donc être absents la saison prochaine. 

C’est donc dire qu’au moins deux postes de défenseurs réguliers devront être pourvus d’ici le début de la prochaine saison, prévu en octobre 2020. 

« On aura plus de postes disponibles au prochain camp d’entraînement, assure le directeur général Jocelyn Thibault. L’an dernier, il n’y avait qu’une place de libre en avant et une dans les buts pour appuyer Samuel Hlavaj. On risque de voir plus de recrues en défensive l’an prochain et on a aussi de la place en attaque et un poste libre comme deuxième gardien. On repêchera des joueurs et on reverra nos joueurs repêchés l’été dernier. Ça risque aussi de bouger durant la période de transactions. »

Dans sa filiale, le Phœnix pourrait entre autres compter sur Adam Emery (5e ronde 2019) des Élites de Jonquière et Vincent Trudel des Estacades de Trois-Rivières, un défenseur défensif maintenant âgé de 17 repêché en 9e ronde en 2019. Ce dernier est d’ailleurs le seul autre défenseur ayant déjà été utilisé par le Phœnix qui se trouve dans l’alignement actuel (un seul match en 2019-2020). 

« À l’attaque, on mise sur quelques bonnes recrues déjà dans nos rangs. On pense entre autres à Jérémy Simard (4e ronde) et Jaheem Lagacé-Aurélien (10e ronde), qui ont été repêchés l’été dernier. On a utilisé quelques fois Jaheem et on a pu voir Jérémy à l’œuvre une fois la saison dernière. »

Un joueur européen fera également son entrée chez le Phœnix la saison prochaine. Reste à savoir s’il s’agira d’un attaquant ou d’un défenseur. 

Avec la présence de Samuel Poulin, Benjamin Tardif, Vincent Anctil et Israel Mianscum, le flanc gauche est bien garni en attaque. Les joueurs de centre ne seront pas non plus une denrée rare avec Xavier Parent, Patrick Guay, Julien Anctil et Anthony Munroe-Boucher. Or, à droite, on y remarque des trous béants avec la seule présence de Bailey Peach comme joueur régulier. 

Un repêchage aux allures de 2015

Après avoir sélectionné en première ronde six joueurs lors des quatre derniers encans de la LHJMQ, le Phœnix ne s’attend pas à parler au premier tour cette fois. Une première depuis 2015, alors que Sherbrooke avait fait de Jason Imbeault sa première sélection en fin de deuxième ronde.

Le repêchage 2020 pourrait bien avoir des allures de 2015 pour le Phœnix, qui devrait attendre le début de la troisième ronde avant de parler pour une première fois. 

Sans ses choix de première, deuxième, septième et dixième rondes, le Phœnix ne possède que 11 sélections à l’encan de ce week-end. Pour le moment. Car bien des transactions peuvent survenir d’ici là.

« On n’est pas du tout en mode reconstruction, donc c’est plutôt normal. La seule possibilité qui pourrait nous amener à sélectionner au premier tour serait que l’on échange des choix des autres séances de repêchage pour sélectionner vendredi soir un joueur qui a glissé au classement et auquel on tiendrait beaucoup. Ce sera intéressant à suivre », clarifie Thibault.