Bailey Peach (au centre) est le joueur du Phœnix ayant le plus progressé cet été.

Peach en pleine métamorphose

L’expression « saison morte » n’existe plus dans le vocabulaire de Bailey Peach. Avant son départ vers sa maison des Maritimes après l’élimination du Phœnix face au Titan d’Acadie-Bathurst au deuxième tour des séries, l’attaquant avait pris en note quelques conseils offerts par les entraîneurs et le préparateur physique de l’équipe. Tout indique qu’il a appliqué les recommandations cet été, puisque le joueur de 17 ans est méconnaissable depuis le début du camp d’entraînement.

Dès le premier regard, on comprend que la morphologie du petit attaquant a changé.

Lire aussi: Un capitaine?

« J’ai écouté les conseils de mes entraîneurs. Je mange mieux et je m’entraine plus. Je suis aussi lourd que l’an dernier, mais je crois que j’ai ajouté du muscle et j’ai brûlé un peu de graisse cet été », se réjouit le choix de première ronde en 2017.

À sa saison recrue, Peach a obtenu trois buts et quatre mentions d’aide en 49 parties dans la LHJMQ.

« Bailey a connu une saison difficile pour plusieurs raisons, explique son entraîneur Stéphane Julien. Il n’était pas dans une forme optimale. En voyant le niveau de jeu du junior majeur, il a eu un choc. Et puis le fait d’avoir trois joueurs de 20 ans à l’attaque ne l’a pas aidé à faire sa place sur notre offensive. À la fin de la saison, on lui a donné nos recommandations. Il a bien écouté nos conseils. Il rivalise beaucoup plus durant les entraînements et il est arrivé en grande forme au camp. Il a vu ce que ça prenait l’an dernier pour être un joueur de haut niveau et il est le joueur qui a le plus progressé cet été. »

Peach souhaite prouver à tous qu’il est un joueur métamorphosé.

« D’abord, je veux faire mieux que l’an dernier, avance le produit de la Nouvelle-Écosse. Je souhaite avoir un meilleur impact. Mes coéquipiers et les entraîneurs s’attendent à plus de ma part. À 17 ans, je dois être plus confiant et j’aurai probablement plus de temps de jeu. Je dois leur montrer que je mérite ce temps de glace. Dans la LHJMQ, c’est plus physique et plus rapide que le midget des Maritimes. J’ai donc dû m’adapter et améliorer ma rapidité et ma force. J’ai travaillé fort cet été et je crois que ce fut payant. »

Peach sera donc utilisé au sein d’un trio offensif pour commencer la saison.

« J’aime jouer avec Patrick Guay : il amène de la rapidité, il contrôle bien la rondelle et est un bon passeur. Avec Benjamin Tardif, qui est énergique et physique, on forme un excellent trio. On est beaucoup plus jeunes cette saison. On a quand même de bons leaders et on a appris beaucoup l’an dernier. Des gars comme Benjamin Tardif ont pris de l’expérience et l’ambiance est très bonne présentement dans le vestiaire. Les leaders sont jeunes et je pense que je peux prendre un peu plus de place dans ce groupe. »

Le Phœnix semble donc rassuré de la prestation de Peach au camp d’entraînement.

« On savait qu’il a du talent, mais l’éthique est aussi importante. S’il fait tout pour avoir du succès, à 18 ou 19 ans il devrait être dominant dans la LHJMQ. Je ne serais pas surpris de le voir obtenir 100 points, tout comme Samuel Poulin d’ailleurs », conclut son entraîneur.