Après avoir pris la relève de Dakota Lund-Cornish, Thommy Monette a dû se mesurer à son tour à Maxime Comtois, auteur d’un tour du chapeau.

Pas de surprise à Drummondville

Les Voltigeurs ont mis fin à la séquence de quatre victoires du Phœnix de Sherbrooke, qui a accordé quelques mauvais buts, ce qui a mené à sa perte mercredi soir à Drummondville.

Les gardiens du Phœnix connaissent des difficultés par les temps qui courent en affichant un piètre taux d’efficacité. Le tout a commencé au Palais des sports contre les Foreurs de Val-d’Or vendredi et s’est poursuivi face à l’Armada de Blainville-Boisbriand dimanche.

Cette fois, Dakota Lund-Cornish a accordé cinq buts sur 15 lancers, en route vers un revers de 8 à 1. Thommy Monette s’est amené en relève en concédant trois buts sur 23 tirs.

Même s’il a admis que Lund-Cornish doit se montrer plus efficace et constant, au même titre que Monette, l’entraîneur Stéphane Julien a refusé de s’étendre sur la sortie de son gardien partant, en répondant simplement par l’affirmative à la question concernant le fait que son portier aurait probablement aimé revoir quelques lancers menant à différents buts.

« Défensivement, c’était très difficile ce soir. On avait de bonnes intentions, mais on n’a pas accepté le défi. Ce soir, ce n’est pas tant le résultat qui est important. J’aurais voulu voir mes joueurs se battent un peu plus. On a perdu plusieurs rondelles et on n’exécutait pas les jeux. Si l’on joue sur le bout de la palette contre des joueurs comme Maxime Comtois, on n’aura pas de chance de gagner. »

Comtois a terminé sa soirée de travail avec un tour du chapeau et doit notamment remercier la défensive du Phœnix pour cet exploit.

L’attaquant vedette, qui a commencé la saison avec les Ducks d’Anaheim, a ouvert la marque avec un solide tir sur réception.

Lund-Cornish s’est ensuite montré généreux devant Comtois, avant que Nathael Roy nen réduise l’écart.

Le but de Brandon Skubel a toutefois brisé les reins des Sherbrookois peu après une comédie d’erreurs provoquée par les défenseurs et le gardien du Phœnix.

« J’aurais voulu voir mes défenseurs être plus impliqués et jouer avec désespoir à chaque présence, mais ce ne fut pas le cas », ajoute Julien.

Dès le début de la deuxième période, Maxime Comtois a complété son tour du chapeau et Pierre-Olivier Joseph a porté le pointage à 5 à 1. C’est à ce moment que Lund-Cornish a été envoyé aux douches. En troisième période, Monette a cédé devant Gregor MacLeod, Pavel Koltygin et Nicolas Guay.

« Notre équipe a mal joué en première période et le reste s’est enchaîné, a expliqué Samuel Poulin, qui disputait un premier match en tant que capitaine. On doit l’oublier et passer à autre chose. On n’avait pas d’énergie et de hargne. On devra retrouver notre intensité rapidement. »

« On accorde des buts tôt dans le match et on n’est pas capables de garder le rythme pendant 60 minutes, souligne le pilote sherbrookois. On n’a pas joué une mauvaise première période, mais en accordant un but rapidement suivi d’un mauvais but et d’un deuxième, on ne fait que courir à notre perte contre l’une des meilleures offensives. Ce n’est toutefois pas inquiétant, parce que les Voltigeurs réservent le même sort à bien d’autres équipes. »

Un homme parmi les enfants

Acquis cette saison par les Voltigeurs, Maxime Comtois a prouvé une fois de plus qu’il était l’un des meilleurs de la ligue actuellement, sinon le meilleur.

« Il a été excellent et c’est ce que l’on s’attend de lui à chaque match, a confié son entraîneur Steve Hartley. Quand il se sert de sa vitesse et de sa force, personne ne peut l’arrêter. Il est un homme parmi les enfants. Il a mis la barre haute, mais il doit être constant et c’est ce que les Ducks souhaitent voir de lui. Il doit prouver qu’il est prêt pour le prochain niveau et qu’il est prêt pour jouer chaque jour dans la LNH. »

« Notre ligne a travaillé très fort et a créé ses chances, rappelle Comtois. J’ai été le joueur qui l’a mis dedans ce soir. À chaque match, c’est un joueur différent qui se démarque. C’est plaisant de voir ça. C’est important pour la confiance de voir que l’on profite de nos chances et qu’il va y en avoir d’autres sinon. On se tient au sein de l’équipe et c’est ça la force de notre club. La chimie avec mes nouveaux coéquipiers s’est rapidement installée. »

Le Phœnix retrouvera son domicile vendredi contre Shawinigan et dimanche contre Cap-Breton.