Le gardien des Huskies Samuel Harvey était en pleine possession de ses moyens. Il n’a rien concédé au Phoenix, qui a dirigé 36 tirs vers son filet.

Parfaits, les Huskies prennent les devants

Pour la première fois depuis le printemps 2016, le Palais des sports de Sherbrooke accueillait un match de séries de la LHJMQ. Or, le Phœnix n’a pu faire plaisir à ses partisans en s’inclinant par la marque de 3-0, se butant ainsi à un gardien en plein contrôle de ses moyens : Samuel Harvey.

Les Huskies ont ajouté une deuxième victoire à leur fiche et prennent ainsi les devants 2-1 dans cette série de première ronde. La formation de Rouyn-Noranda tentera de rejouer le même tour aux locaux mercredi lors du match numéro 4.

« Ils ont fait un bon travail défensivement, a noté l’entraîneur du Phoenix, Stéphane Julien. Mes joueurs ont eu de la difficulté à amener la rondelle au filet. C’est simple : leurs meilleurs joueurs ont été meilleurs que les nôtres. Je parle entre autres de Samuel Harvey, Peter Abbandonato et Rafaël Harvey-Pinard. Notre gardien a cependant été très bon aussi. »

« Samuel Harvey a été excellent, confirme son entraîneur Gilles Bouchard. On ne se fera de cachettes, il est en confiance comme durant toute la saison et c’est important de pouvoir compter sur un gardien en contrôle de ses moyens lors des séries éliminatoires. On a eu droit à un beau duel de gardiens avec Reilly Pickard. C’était très serré. On a eu quelques chances en avantage numérique, mais ça c’est à 5 contre 5. »

Après une première période sans faits saillants, les Huskies ont montré les crocs au deuxième vingt lorsque Peter Abbandonato s’est levé en marquant le premier de ses deux buts alors que les joueurs du Phoenix tentaient désepéremment de sortir la rondelle de leur zone.

« On a respecté le système ce soir, fait remarquer le portier des Huskies. Il faudra jouer de la même façon demain. Peter a marqué deux buts, il est l’un de nos meilleurs leaders et il s’est mis en marche à un moment important. Plus le match avançait, plus on se sentait confortables et plus on contrôlait le jeu. »

Abbandonato a attendu le milieu du dernier engagement pour faire bouger les cordages à nouveau et Rafaël Harvey-Pinard a enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Sherbrookois avec un but dans une cage déserte.

« On doit rester humbles dans la victoire, soutient Gilles Bouchard. On a gagné la dernière, ce n’est pas la fin du monde. On compte toutefois sur de bons vétérans qui ont de l’expérience en séries et qui savent calmer les troupes. Il faudra par contre être plus intelligents avec la rondelle et tomber un peu moins dans la dentelle. »

Les coups salauds ont été moins présents mardi, mais les joueurs des Huskies ont encore refusé les invitations à laisser tomber les gants.

« On oublie tout et on repart mercredi, insiste Stéphane Julien. On devra faire le plein d’énergie et corriger ce qu’il faut corriger. Je sentais le vouloir de mes joueurs. Ils sont déçus en ce moment. J’ai aimé leur attitude. Les deux équipes étaient très actives, mais notre adversaire a eu le dessus. »

Notons que Yaroslav Alexeyev (pouce) a effectué un retour au jeu inattendu. Luke Green (genou) a quant à lui participé à la séance d'échauffement, mais n'était pas prêt à faire son entrée en séries pour le Phoenix.

Une défensive étanche

La clef du succès des Huskies : la défensive.

« Il faut travailler fort pour marquer contre nous, parce que lorsqu’on travaille fort de notre côté, on arrête des lancers et on fait attention aux détails, ce qui rend le jeu plus difficile pour notre adversaire », explique le pilote de la Meute.

La vedette de la soirée se disait très fière de ses troupiers.

« On a joué un bon match de séries sur la route, avance Samuel Harvey. On n’a pas donné trop de chances au Phoenix en plus d’avoir capitalisé sur nos occasions de marquer. Plus la série avancera, plus notre expérience sera profitable. On veut gagner nos deux matchs ici et arriver à Rouyn avec une avance de 3-1. »

« Je mentirais en disant que nos joueurs ont été dérangeants pour Harvey, affirme de son côté Thomas Grégoire. Il est bon, il est rapide, mais on doit sauter sur les rebonds un peu plus et créer du trafic devant lui. »

« Harvey a connu tout un match, mais j’ai concédé deux buts de trop, confie Reilly Pickard. J’ai effectué quelques arrêts importants, mais ça ne compte plus après une défaite. On oublie rapidement ces arrêts parce que notre club repart sans la victoire. C’est ce qui est le plus dommage. »

« Ce sera peut-être différent demain, rappelle Abbandonato. Il faudra être prêts! »