Est-ce que les clubs de golf ouvriront avant la mi-mai comme le pense le Club de golf Venise? Il est trop tôt pour le dire, selon le directeur général adjoint de Golf Québec, François Roy.
Est-ce que les clubs de golf ouvriront avant la mi-mai comme le pense le Club de golf Venise? Il est trop tôt pour le dire, selon le directeur général adjoint de Golf Québec, François Roy.

Ouverture des golfs : Venise confiant; Golf Québec réplique

Le Club de golf Venise se dit « confiant » d’ouvrir avant la mi-mai, dans une lettre adressée à ses membres. Mais Golf Québec rappelle qu’aucune date n’est encore avancée en ce qui a trait à la permission d’ouvrir ce type d’entreprise.

« Compte tenu des caractéristiques de notre sport (se joue à l’extérieur et les contacts sont limités) nous croyons que les clubs de golf pourront reprendre leurs activités avant plusieurs autres commerces, écrit Gilles Beaucage dans la communication dont La Tribune a obtenu copie. Nous considérons ce scénario réaliste et nous allons tout mettre en place pour le concrétiser. »

« Nous espérons qu’il sera possible de procéder à l’ouverture de nos deux parcours avant la mi-mai. Nous croyons que cette échéance est réaliste et nous planifions nos activités en fonction de cette période », poursuit-il, ajoutant que « les services seront probablement limités et nous allons déterminer des mesures de protection qui seront en accord avec la Santé publique et les lois en vigueur. »

M. Beaucage conclut son message en disant que le tout sera confirmé dans la semaine du 27 avril.

« Un peu surpris »

Joint par La Tribune, le directeur général adjoint de Golf Québec, François Roy, se dit « un peu surpris » par cette déclaration. « C’est un peu tôt pour donner une date, pense-t-il. On n’a aucune indication de la part de la direction de la santé publique des prochains types d’entreprises qui vont ouvrir. On a fait des approches auprès du gouvernement et on a ouvert le canal de discussions. En aucun temps, on n’a eu une approximation de date d’ouvertures de prochaines entreprises dont le golf pourrait faire partie. »

Selon M. Roy, une table de concertation a proposé au gouvernement des mesures qui pourraient être mises en place pour assurer la santé et la sécurité, autant des clients que des travailleurs. « C’est la priorité, assure-t-il. Mais on est en attente d’un retour à cet effet. Est-ce qu’on sera dans une prochaine vague d’ouverture d’entreprise ? Le club s’avance par lui-même. Je constate que c’est un souhait qu’il lance. »

Différents ministères auraient été approchés pour discuter de golf. « Le canal de discussion est ouvert, elles sont positives. On est en attentes des prochaines étapes et on fait nos suivis de façon régulière avec le gouvernement. En fin de compte, la décision finale revient à la Santé publique », rappelle le directeur général adjoint de Golf Québec.

A-t-il espoir que ça ouvre plus tôt que tard ? « Je ne m’avance sur aucune date, répond-il. En ce moment, il fait beau, les gens ont hâte de sortir. Tout est en fonction de l’évolution de la pandémie. On attend les directives. On souhaite ouvrir le plus rapidement possible, mais nombre de clubs ont encore de la neige sur leurs parcours. »

M. Roy constate que l’hiver ne semble pas avoir été trop dur sur les terrains de golf. Des employés entretiennent déjà des terrains. « Les clubs ont droit de retirer les toiles, d’enlever la paille sur les verts et ont même droit depuis cette semaine de faire des coupes de gazon, d’arroser et de mettre des engrais. Après un mois ou deux d’inactivité, quand on va donner le droit aux gens de sortir, les gens vont vouloir bouger, se dégourdir. C’est bon pour la santé mentale et physique », dit-il, rappelant que certains terrains n’ouvrent pas avant la mi-mai en temps normal.