Jérémy Desindes et les Harfangs catégorie juvénile division 1 ont remporté leur premier match en 2018, vendredi dernier, face aux Aigles du Collège Jean-Eudes.

Optimisme, positivisme et réalisme

Le mois de septembre n’est pas encore terminé que certains programmes de football de notre région ont déjà complété la moitié de leur calendrier régulier. Si pour certains l’optimisme est de mise, d’autres doivent plutôt s’armer de patience. Petit portrait du début de saison de nos différents programmes de football.

Les Cougars en terrain inconnu

Avec leur écrasante victoire de 41-15 face au Titan de Limoilou samedi, les Cougars du Collège Champlain (2-2) ont atteint la fiche de ,500 après quatre rencontres sur les neuf proposées au calendrier de la division 1 du football collégial, soit une situation plutôt inhabituelle pour eux.

Les champions en titre du Bol d’Or ont cependant croisé sur leur chemin, jusqu’à présent, les Spartiates du Vieux-Montréal (4-0) et le Phénix d’André-Grasset (4-0), les deux seules équipes invaincues dans cette division.

Mais, foi de Kevin Mackey, entraîneur-chef de l’équipe, les Cougars vont progresser d’ici la fin de la saison.

« On a commis 10 revirements lors de ces deux matchs. Tu ajoutes à cela un lot trop élevé de punitions, et ça ne pardonne pas contre d’excellentes équipes comme celles-là. On sait qu’on peut s’améliorer. L’important, c’est d’atteindre notre apogée au bon moment. On va revoir ces équipes-là », a promis l’entraîneur.

L’écrasante victoire contre Limoilou a permis à ce dernier de donner du temps de jeu aux recrues, un investissement à moyen et long terme qui s’avère toujours payant.

« On a fait jouer tout le monde, c’est excellent. On a aussi pu se permettre de reposer certains joueurs, comme Jeremy Kankolongo, porteur de ballon. On va en avoir besoin plus tard en saison. »

Avec un quart-arrière qui fut joueur le plus utile lors de la finale du Bol d’Or en Thomas Bolduc, des receveurs de passes de talent et des porteurs expérimentés et explosifs, mais avec une jeune ligne à l’attaque, les Bleus auront besoin de temps pour tout mettre en place à l’attaque.

« Notre défensive va de mieux en mieux. On progresse bien. »

Champlain se mesure à Lionel-Groulx (1-3), ce samedi.

Des Volontaires sur la bonne « voix »

Jean-Philippe Gauthier a haussé le ton, dimanche après la défaite des siens face à Valleyfield. Un discours empreint d’urgence a changé l’approche de l’équipe, même si la saison est jeune pour ses Volontaires (2-1).

L’entraîneur-chef de l’équipe du cégep de Sherbrooke veut que ses troupiers amorcent les matchs dès que le sifflet de l’arbitre confirme le botté d’envoi.

Si les Volontaires ont pu s’en tirer avec deux victoires en autant de matchs en début de saison, le Noir et Or de Valleyfield en a décidé autrement dimanche.

L’unité défensive de Vincent Renart a une fois de plus été agressive au ballon et chiche sur les points accordés, mais l’attaque a commis quelques faux pas, résultats de punitions et de revirements.

Le mot d’ordre était clair et sans équivoque après le match.

Même dans la défaite, le quart-arrière PO Potvin a démontré tout son potentiel; il a un bras canon et chirurgical, en plus d’être l’un des plus rapides coureurs de l’équipe.

Ses receveurs Rémi Gagnon-Landry, Philip Lajoie et Raphaël Rodier sont excellents, et la ligne offensive fait un bon boulot.

En défensive, Thomas Poirier Stében Gabriel Royer et Marius Massé-Vincelette sont de rudes plaqueurs.

Du positif, donc, pour les Volontaires, mais les défis ne manqueront pas d’ici la fin du calendrier régulier. Sherbrooke visite John-Abbott, samedi.

Si les Volontaires ont pu s’en tirer avec deux victoires en autant de matchs en début de saison, le Noir et Or de Valleyfield en a décidé autrement dimanche.

Les Harfangs l’emportent

L’équipe juvénile des Harfangs de l’école secondaire du Triolet a remporté un premier match cette saison vendredi dernier. Les Harfangs juvéniles D1 (1-2) ont pu savourer leur premier gain en 2018 en réalisant une poussée décisive en fin de rencontre, pour finalement l’emporter 29-24 face aux Aigles du Collège Jean-Eudes. Il ne restait que neuf secondes à faire au match quand les Harfangs ont fait plaisir à leurs nombreux partisans en décrochant la victoire.

Le quart-arrière Jérémy Désindes a amassé 237 verges de gain et une passe de touché, tandis que le receveur de passes Thomas Fournier a amassé 150 verges de gain et un touché.

Bastian Thomassin a été solide au sol avec 139 verges de gain et deux touchés, et William Maccuzzo fut une machine à plaquer, avec 10,5.

L’équipe de Mathieu Lefaivre a complété la saison dernière dans le carré d’as et elle veut poursuivre sa progression.

La mi-saison pour le Vert & Or

Déjà la mi-saison pour le Vert & Or, qui n’a toujours pas remporté de match (0-4), soit le même scénario que l’an dernier.

L’équipe de Mathieu Lecompte a cependant perdu deux matchs serrés face à Concordia (2-1) et McGill (1-2), deux de ses prochains adversaires après sa semaine de repos.

Si l’an dernier, le Vert & Or s’est qualifié pour les éliminatoires à son dernier match, il se peut fort bien que le scénario se répète cette année; Sherbrooke accueillera Concordia pour le dernier match en 2018.

La reconstruction s’avère donc aussi difficile qu’anticipée. Avec une très jeune formation, une profondeur mise à rude épreuve par les nombreuses blessures à plusieurs positions, le Vert & Or peut difficilement rivaliser avec des rivaux de premier plan comme Montréal. L’exemple a été probant, samedi dernier face aux Carabins.

L’état de santé du quart-arrière Xavier Owens devrait être la priorité de l’équipe pour les prochaines semaines.

Bishop’s doit marquer des points

L’essence même du succès dans le sport est d’inscrire au moins un point de plus que son adversaire pour espérer remporter le duel.

Une issue de plus en plus difficile à réaliser pour les Gaiters (0-4) qui éprouvent toutes sortes de difficultés à marquer des points depuis leur transfert dans les Maritimes.

Avec une fiche de 1-11 en un peu plus de deux ans, l’équipe de Chérif Nicolas offre un rendement en deçà des attentes.

On s’entend, les 52 points inscrits en quatre matchs sont nettement insuffisants. L’équipe se cherche toujours un pivot qui peut changer la donne et c’est la chaise musicale à cette position depuis deux ans.