Bussières avait assez bien commencé la journée en faisant un oiselet au 12e trou, mais les choses se sont gâtées avec un bogey au 14e et un autre au 15e.

Omnium canadien : Bussières range ses bâtons

La première participation de Marc-Étienne Bussières à l’Omnium canadien aura duré deux rondes.

Celui-ci a remis une carte de 74 vendredi, soit deux coups au-dessus de la normale. Celui qui joue pour le Club de golf Longchamp, à Sherbrooke, se retrouvait ainsi avec cinq coups au-dessus de la normale pour les deux premières rondes de l’Omnium. Il ne passera pas aux autres étapes du tournoi.

Bussières avait assez bien commencé la journée en faisant un oiselet au 12e trou, mais les choses se sont gâtées avec un bogey au 14e et un autre au 15e. 

Jeudi, il se disait très heureux de sa présence à Oakville malgré un début difficile. « C’est phénoménal de vivre ce que les joueurs de la PGA vivent. C’est le fun de les côtoyer parce qu’on est tous des êtres humains au bout du compte. Je me préparais à côté de Dustin Johnson pour ma ronde, c’est quand même fou », avait-il déclaré.

Kevin Tway meneur

Un oiselet de l’Américain Kevin Tway au 18e trou, une normale-5, lui a permis de se hisser en tête de l’Omnium canadien après deux rondes.

Tway a ramené une carte de 65, sept coups sous la normale, pour terminer la journée de vendredi à moins-13 au club de golf de Glen Abbey.

Le père de Tway a remporté l’Omnium canadien en 2003 au club de golf de Hamilton. Ils pourraient devenir le premier duo père-fils à remporter l’Omnium canadien.

Après avoir remis sa carte et cassé la croûte, Tway prévoyait appeler son père.

« Je parle à mon père tous les jours, peu importe où je suis, a dit Tway, qui est originaire de l’Oklahoma, mais qui habite maintenant en Floride. Nous discutons de chacune de mes rondes. Il pourrait probablement vous dire quel type de coup j’ai effectué simplement en regardant la télévision. Il sait à quoi ressemble mon élan. Il est un élément important dans ma carrière. »

Bob Tway a huit titres de la PGA à son palmarès, le plus prestigieux a été acquis en 1986 au Championnat de la PGA, deux ans avant la naissance de Kevin.

« Ce serait spécial de faire comme lui (en gagnant l’Omnium canadien), a noté Kevin. Il m’a donné quelques conseils au sujet du parcours. Même s’il a gagné (à Hamilton), il a souvent joué ici. »

Bob Tway a terminé deux fois à égalité au neuvième rang à Glen Abbey, en 1986 et en 1995.

À la pourchasse de Kevin Tway, l’Américain Keegan Bradley a réussi des aigles aux 16e et 18e trous pour rejoindre le Sud-Coréen Whee Kim à moins-12.

Le Sud-Coréen Byeong Hun An (67) et l’Américain Johnson Wagner (65) sont à égalité au quatrième rang à moins-11.

Le Britanno-Colombien Nick Taylor est le meilleur Canadien. Il a joué une ronde de 67 pour se retrouver à égalité au 10e rang à moins-9 de ce tournoi de la PGA doté d’une bourse totale de 6,2 millions $.

« J’ai bien fait sur les tertres de départ, ce qui a mis la table pour des approches plus courtes et j’ai obtenu plusieurs belles occasions, a dit Taylor. J’en ai gaspillé quelques-unes sur le neuf de retour, mais j’en ai aussi profité souvent. »

L’Ontarien Ben Silverman accuse un coup de retard sur Taylor après une solide deuxième ronde de 63, neuf coups sous la normale. Silverman avait l’occasion d’égaler le record du parcours, mais il a raté un coup roulé de 39 pieds pour un aigle au 18e trou.

Robert Garrigus, le meneur après la première ronde, s’est contenté d’un pointage de 72 et il a glissé à égalité au 10e rang, toujours à moins-9. 

Avec Camille Dauphinais-Pelletier