La porte-drapeau Jasmine Aspirot et de nombreux athlètes de la délégation estrienne ont quitté Sherbrooke vendredi midi en route vers les Jeux du Québec à Thetford Mines.

Objectif de l'Estrie : laisser sa marque à Thetford

Le message est clair : l’Estrie veut laisser sa marque à Thetford Mines lors de sa participation à la 53e Finale des Jeux du Québec.

« J’ai rappelé aux athlètes les valeurs de notre délégation lorsque je les ai accueillis à leur arrivée, informe Nicolas Vanasse, chef de la délégation. L’esprit sportif, la bonté et la générosité sont nos mots d’ordre. C’est ce que nous souhaitons promouvoir. On veut vraiment marquer Thetford lors de notre passage. »

Le premier contingent d’athlètes a quitté Sherbrooke vendredi midi à bord de trois autobus, dont un conduit par le controversé animateur de radio et député fédéral André Arthur, qui en était à son quatrième départ vers les Jeux, lui qui est chauffeur d’autobus depuis près de 25 ans. 

« Du moment que les jeunes s’éloignent de leurs parents, c’est la fête dans l’autobus. Et quand on revient, c’est plus calme! » admet-il.

En effet, le cœur était à la fête dans le stationnement du Conseil sport et loisir de l’Estrie, là où les participants du premier bloc d’activités se donnaient rendez-vous. 

« C’est ici que tout commence, clame la cycliste et porte-drapeau de l’Estrie, Jasmine Aspirot. On ressent déjà une certaine fébrilité. Ceux qui en sont à leur première expérience aux Jeux semblent un peu insécures, seuls sans parents, mais ça ne durera pas longtemps. On va avoir du plaisir! Pour ma part, je commence ma compétition dès samedi, mais l’adrénaline risque de monter davantage ce soir lors de la cérémonie d’ouverture. »

Prévue au stade extérieur Desjardins, la cérémonie de vendredi soir a finalement été déplacée à l’intérieur, au centre Mario-Gosselin, à cause de la pluie.

« J’ai hâte d’avoir le drapeau dans les mains, a indiqué Jasmine Aspirot. Ma demi-sœur a été la dernière à le porter : Magdeleine Vallières. C’est plaisant de représenter ma région. Cette cérémonie nous plongera dans les Jeux et dans l’ambiance! »

Plaisir, enthousiasme et dépassement : voilà les trois mois qui représentent le mieux les Jeux du Québec selon Mathilde Bouillon.

« J’étais présente à Shawinigan et Longueuil, donc il s’agit de mes troisièmes Jeux du Québec. C’est excitant pour les athlètes, mais aussi pour nous, les entraîneurs. Le rassemblement de départ, c’est le coup d’envoi des festivités. C’est là que ça part! » a lancé l’entraîneuse en vélo de montagne, l’une des disciplines qui pourraient rapporter gros à la délégation estrienne.

« Ça va toutefois se jouer aux Jeux, ajoute-t-elle. Les jeunes donneront simplement leur meilleur et on verra les résultats par la suite. Si nos participants en vélo de montagne réussissent à atteindre leurs objectifs personnels, ce sera une satisfaction pour nous. »

L’ambiance était festive dans les trois autobus qui ont pris la route.

La 6e position dans la mire

Ce sera difficile de répéter l’exploit des derniers Jeux d’été pour l’Estrie. À Montréal, les Estriens avaient obtenu le 4e rang. Cette fois, on vise davantage entre le 6e et le 9e rang. 

« C’est le résultat moyen de l’Estrie, informe Nicolas Vanasse. C’est à ce rang que nos athlètes terminent normalement les Jeux du Québec. En 2016, c’était vraiment exceptionnel. Le vélo sera notre grande force. Dès la fin du premier bloc d’activités, on souhaite être en bonne position après l’athlétisme, le baseball, le triathlon, le vélo de montagne, le golf, le volleyball en salle et le tir à l’arc. »

Jusqu’au 4 août, plus de 3700 athlètes et 1000 accompagnateurs seront présents à Thetford Mines afin de participer au plus grand rassemblement multisports provincial.

Au total, 14 sites accueilleront une centaine de compétitions dans 18 disciplines différentes.

Près de 3500 bénévoles s’impliquent et 135 000 spectateurs sont attendus sur les sites de compétition.

Thetford Mines avait déjà reçu les finales des Jeux du Québec en 1980 et en 2003.