Les quatre représentants des Cougars au Championnat IFAF MU-19 disputé au Koweït, Philippe Lessard, Marc-Antoine Pivin, Cédric Lussier-Roy et Dominic Lévesque, qui entourent le cousin du prince héritier du Koweït, qui assiste à l'événement.

«Notre plus gros test jusqu'à présent»

Pour la troisième fois en autant d'éditions, le Canada et les États-Unis ont rendez-vous en finale lors du Championnat IFAF MU-19 de football américain qui se déroule actuellement au Koweït. Un match qui sera disputé ce mercredi.
Les deux formations ont jusqu'ici divisé les honneurs des deux précédents affrontements; en 2009, à Canton en Ohio, les États-Unis n'ont fait qu'une bouchée du Canada, remportant le duel par 41-3.
En 2012, les Canadiens ont pris leur revanche, cette fois à Austin, au Texas, en ayant raison des Américains par 23-17.
Demain, ce sont à nouveau deux formations invaincues qui s'affronteront, deux équipes qui ont traversé la ronde préliminaire avec passablement de facilité.
Le Canada a remporté ses trois matchs contre le Koweït, la France et l'Autriche, terminant en tête du groupe 1. Les États-Unis ont fait de même dans le groupe 2, venant à bout du Mexique, de l'Allemagne et du Japon.
«C'est une très bonne équipe qui a beaucoup de talent. C'est effectivement notre plus gros test jusqu'ici. Il s'agit de faire les petits détails et surtout, d'être physique avec eux. Ils croient que ce sport est le leur, alors en les surprenant dès le début du match en les frappant, je crois que ça va les déstabiliser. Nous sommes confiants en nos capacités et nous jouons vraiment pour ramener l'or à la maison», a indiqué Cédric Lussier-Roy, secondeur des Cougars du Collège Champlain.
Ce dernier a pris du grade depuis le début du tournoi et il est le premier à être ravi de la situation.
Devenu une pièce maîtresse de l'unité défensive des Cougars en 2013, Lussier-Roy s'impose également avec l'équipe canadienne.
«Je pratique chaque jour avec les meilleurs joueurs canadiens. Cela me force à élever mon jeu à chaque entrainement. Je pense que cette expérience va être bénéfique pour ma carrière, car je n'avais jamais joué du football purement américain puisque le football amateur au Québec est un mélange du football canadien et américain.»
«Au début du tournoi, le temps de jeu était réparti également entre les partants ainsi que les réservistes. Plus le tournoi avance, plus j'ai du terrain, car l'importance des matchs augmente. Je suis fier de représenter mon pays sur la scène internationale; et être partant, c'est la cerise sur le sundae!»
«L'expérience ici est extraordinaire; la chaleur, l'heure à laquelle on joue les matchs, etc. Tout est très différent et dépaysant. Les coins de verdure sont assez rares, il fait très chaud, entre 45-50 degrés Celcius le jour et 35-40 le soir. Aussi, nous sommes dans le temps du ramadan, alors il faut faire attention de ne pas boire ou manger devant les gens d'ici. C'est une question de respect», a-t-il continué.