Nicolas Boulay a passé les six premières années de sa carrière professionnelle dans la LCF avec les Alouettes de Montréal. Il jouera maintenant avec le Rouge et Noir d’Ottawa.

Nicolas Boulay avec le Rouge et Noir « Je veux avoir la chance de gagner »

Même si les Alouettes de Montréal étaient son équipe favorite lorsqu’il était jeune, Nicolas Boulay a décidé de mettre fin à son association avec les Montréalais et il a plutôt choisi de signer une entente d’un an, dès la deuxième journée du marché des joueurs autonomes dans la Ligue canadienne de football (LCF), avec le Rouge et Noir d’Ottawa. Et la raison est simple : il veut gagner.

L’ancien secondeur étoile du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke aura donc passé les six premières saisons de sa carrière professionnelle avec l’équipe de son enfance, qui l’a repêché en quatrième ronde (30e au total) en 2013.

Mais il était temps de passer à autre chose.

« C’est la première fois que je testais le marché des joueurs autonomes. J’ai passé proche, quelques heures en fait, dans le passé, mais je m’étais entendu avec Montréal sur une prolongation. J’avoue que c’était excitant à vivre. Le temps avançait, on était déjà rendu à la deuxième journée, il y avait un petit stress », a dit celui qui, ironiquement, était de passage à Sherbrooke lundi, au pavillon Leber de l’école La Montée, afin de parler persévérance scolaire... vêtu de son gilet des Alouettes numéro 52.

« J’ai eu des discussions avec Toronto, Hamilton, mais c’était clair qu’Ottawa me donne de très bonnes chances de gagner. J’ai eu des pourparlers avec des clubs de l’Ouest, mais sans plus. Pour moi, c’était idéalement un club de l’est. Je voulais essayer quelque chose de nouveau. Le Rouge et Noir est très impliqué dans sa communauté et c’est un volet que j’aime particulièrement. Ils ont un très bon programme et j’ai hâte de donner un coup de pouce dans la région », a-t-il expliqué.

Lors de sa saison 2018, limitée à 10 matchs à cause d’une blessure au genou, Boulay a réussi neuf plaqués sur les unités spéciales.

En 97 matchs en carrière, il montre 69 plaqués en pareilles circonstances.

Il quitte les Alouettes sans amertume.

« Ils ont été dans le portrait, au début, à l’ouverture des marchés, mais c’est davantage moi qui voulais essayer quelque chose de nouveau. J’aime l’encadrement offert à Ottawa; j’ai aussi plusieurs bons chums là-bas, dont Jean-Christophe Beaulieu. On sera colocataires pour la saison. Il est comme un frère pour moi. »

Outre Beaulieu, Anthony Gosselin et Charles Brousseau figurent au nombre des anciens du Vert & Or présents à Ottawa, de même qu’Adrien Bourdon, qui œuvre au sein du personnel football de l’équipe.

« J’ai eu plusieurs entraîneurs avec les Alouettes, j’ai appris beaucoup sur moi-même, j’ai appris de mes erreurs. Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait avec passion. J’ai passé de supers belles années à Montréal », a-t-il poursuivi.

« Mais à la fin de tout, on passe tellement de temps à s’entraîner, on veut gagner. Et Ottawa était la meilleure option pour moi. »

« J’ai 29 ans, ce sera ma septième saison, le temps file. Quand on sait qu’une carrière moyenne dans la LCF est de 2,6 années, je veux gagner et continuer à avoir du succès. »

Nicolas Boulay a signé un contrat d’un an. « Je veux faire mes preuves, et on verra pour la suite. »