Le puissant frappeur Andy Purcell a été d'une aide précieuse pour le Pharmapar en frappant deux circuits et un simple dans la finale de la classe invitation remportée par son équipe par la marque de 25 à 11.

New York goûte à la médecine Pharmapar

L'heure était à la revanche en finale de la classe invitation de la 39e Classique Pif. Pharmapar voulait venger sa défaite subie plus tôt dans le tournoi aux mains de leurs adversaires, le Smash Hit Sports de New York.
Forte d'une production offensive de trente coups sûrs et de huit circuits, la formation Pharmapar n'a pas failli à la tâche en triomphant par la marque de 25 à 11.
Le Smash Hit Sports n'a jamais vraiment réussi à prendre son rythme dans cette rencontre marquée par une abondance de longues balles.
« Les deux équipes ont débuté le match lentement, mais nous avons frappé quand il le fallait et avons réussi par la suite à les neutraliser défensivement, ils nous ont poursuivi durant tout le match après que nous ayons pris les devants », a résumé le joueur vedette américain du Pharmapar et champion de la compétition de coup de circuit, Andy Purcell.
Ce dernier a de nouveau été dominant en claquant deux longues balles et un simple contre l'un des rares lanceurs suffisamment téméraires pour affronter cette machine à circuits. Son coéquipier du Pharmapar, Charles Goulet, a lui aussi fait résonner son bâton en expédiant deux balles derrière la clôture du champ gauche.
C'est toutefois leur coéquipier Claude Chiasson qui été honoré du titre de joueur par excellence du tournoi invitation. Chiasson a notamment dominé la colonne des points produits dans le tournoi avec seize et a frappé sept circuits : seul son coéquipier tout étoile Andy Purcell en a récolté plus que lui avec huit.
Une finale avant la finale
La route vers les grands honneurs n'a pas été de tout repos pour Pharmapar qui a subi son test le plus imposant de la compétition en demi-finale contre leur rivaux du Sherbrooke Honda/Team Combat/STA, eux aussi battus par les finalistes new-yorkais plus tôt dans le tournoi.
Dans ce qui fut sans doute le match le plus excitant du PIF cette année, trois manches supplémentaires ont été nécessaires avant de voir le Pharmapar exploser avec huit points en dixième manche pour accéder à la finale et, ultimement, graver son nom sur le trophée. Une victoire qui a semblé donner des ailes aux champions tout juste avant le match décisif.
« Après cette grosse manche en dixième, nous avons continué sur notre lancée dans le dernier match », a analysé Purcell.