Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En février 2020, les membres de l’équipe canadienne de patinage artistique s’entraînaient à Montréal en prévision des Championnats mondiaux. L’événement a été annulé, à cause de la pandémie de la COVID-19, quelques jours avant sa présentation.
En février 2020, les membres de l’équipe canadienne de patinage artistique s’entraînaient à Montréal en prévision des Championnats mondiaux. L’événement a été annulé, à cause de la pandémie de la COVID-19, quelques jours avant sa présentation.

Mondiaux de patinage artistique de l’ISU; une deuxième chance pour Montréal

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La COVID-19 a forcé l’annulation de la présentation des Mondiaux de patinage artistique de l’ISU, en mars 2020. Qu’à cela ne tienne, Patinage Canada a soumis de nouveau la candidature de Montréal à titre de ville hôtesse pour l’événement maintenant prévu en 2024. Une décision est attendue en juin prochain.

L’annulation de la compétition en mars 2020 fut difficile à accepter, confirme Jocelyn Proulx, président de Patinage Québec, qui agissait comme président du comité organisateur de l’événement.

Celui qui a décidé de rester une année de plus à la présidence de l’organisme espère maintenant que le Canada pourra ravoir cet important événement international, qui ne s’était pas déroulé à Montréal depuis 1932.

Patinage Canada a annoncé mardi sa soumission officielle pour l’accueil des Championnats du monde ISU de patinage artistique 2024, à Montréal, au Québec. Plus précisément au Centre Bell.

Si cette soumission est acceptée, il s’agira de la onzième fois que le Canada accueille l’événement. Le Canada a accueilli pour la dernière fois cet événement en 2013, à London, en Ontario.

« On espérait avoir la chance de se reprendre, après la déception de 2020. On voulait être dans la course, au Québec, alors Patinage Québec a soumis de nouveau la candidature de Montréal à Patinage Canada. Il y avait quatre provinces qui étaient intéressées, et on a obtenu l’appui de Patinage Canada. Le dossier de candidature de Montréal est acheminé à l’ISU, qui doit déterminer quel pays accueillera les Mondiaux de 2024 », a dit celui qui est également directeur des programmes et de l’information au 107,7.

Ainsi, serait-ce trop s’avancer en disant que Montréal a une longueur d’avance sur ses concurrentes, étant donné que tout était déjà en place pour 2020 ?

Les Mondiaux prévus l’an dernier ont été annulés, on le rappelle, à peine une semaine avant leur présentation.

« Oui, c’est un peu prématuré. Les Mondiaux sont présentés en Amérique tous les quatre ans. Il y a cinq ans, c’était à Boston. En 2020, ça devait être au Canada. Alors selon un calendrier normal, les Mondiaux devraient retourner aux États-Unis en 2024. Cependant, on sait que l’ISU tente de redonner les Mondiaux au Canada. On se croise les doigts. Il n’y a rien à faire outre attendre la décision finale. Si le Canada est choisi, automatiquement, ce sera à Montréal. »

« On présente un dossier similaire à celui qu’on a présenté pour l’obtention des Mondiaux de 2020. On avait fait beaucoup de travail dans la communauté avec les clubs dans la région de Montréal et ce fut un grand succès. On a donc remis ça dans notre présentation, qui a été faite avec le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal. Nos partenaires de 2020 sont tous de retour », a dit Jocelyn Proulx.

Quatre années de préparation, d’implication et de planification se sont envolées en quelques minutes, en mars 2020 lorsque les Championnats du monde de patinage artistique, qui devaient monopoliser Montréal du 16 au 22 mars, ont été annulés en raison de la pandémie de la COVID-19.

« C’est extrêmement décevant pour tout le monde, pour les quelque 450 bénévoles impliqués dans la préparation pour l’accueil de ces Championnats du monde. Lors de cette période, on a organisé et accueilli trois compétitions nationales et trois compétitions internationales afin d’être fin prêts pour les Mondiaux. Et c’est aujourd’hui (mercredi) qu’on commençait officiellement, on préparait les locaux et on lançait les préparatifs », avait mentionné Jocelyn Proulx l’an dernier.

« Voilà pourquoi le CA de Patinage Québec a levé la main rapidement lorsqu’on a su que Patinage Canada s’apprêtait à soumettre sa candidature. On les veux ! On veut se reprendre. Ce serait une grande source de motivation lors de la reprise des activités après la pandémie », a poursuivi Jocelyn Proulx.

Ce dernier achève en mai prochain un mandat à la présidence de Patinage Québec qui aura duré six ans, plutôt que cinq. 

Quitter avec l’obtention confirmée des Mondiaux de 2024 sera un beau cadeau, dit-il.

« Si on fait appel à moi pour l’événement, si on l’obtient, je serai de la partie. Je devais finir en mai 2020, j’avais déjà annoncé mon départ. Mais avec la pandémie, je ne me sentais pas capable de laisser Patinage Québec dans une situation comme ça. J’ai proposé de rester une année de plus, pour la transition. »

La présentation d’un tel événement permettrait un legs de 4 ou 5 millions de dollars qui seraient séparés entre Patinage Canada et Patinage Québec, afin de soutenir le sport pour au moins les 10 prochaines années, avait argué M. Proulx, l’an dernier.