Charline Durand prend la relève de Sylvie Fortier et dirigera les opérations du Phoenix.

Mission: remplir le Palais des sports

Ce n’est pas seulement l’amour qui a attiré Charline Durand vers Sherbrooke. C’est aussi sa passion du hockey. Après avoir quitté les Brûleurs de Loups de Grenoble, la Française a rejoint le Phoenix au deuxième étage pour finalement devenir la nouvelle directrice des opérations. Sa mission : remplir le Palais des sports.

À la suite de sa rencontre avec l’ancien Tigre de Victoriaville Toby Lafrance, qui a également évolué à Grenoble, Charline Durand a traversé l’océan afin de vivre au Québec. Une deuxième traversée pour elle en fait puisqu’elle avait déjà visité la province récemment afin de s’inspirer de la LHJMQ en ce qui concerne le marketing.

« Je portais plusieurs chapeaux à Grenoble. J’étais responsable des communications, des événements et du marketing. J’ai notamment organisé la première classique hivernale en France. Il y avait près de 20 000 personnes dans le stade de soccer pour un match de la Ligue Magnus. »

C’est maintenant à Sherbrooke que Charline Durand aimerait apporter sa touche aux opérations d’une équipe de hockey.

« Je souhaite d’abord consolider les bases construites par Sylvie Fortier et apporter mon propre souffle. J’aimerais que ce soit naturel pour les Sherbrookois de visiter le Palais des sports et d’assister aux matchs de la LHJMQ. Les gens devraient penser au Phœnix lorsque vient le temps de sortir ou de faire une activité. Je souhaite que ce soit instinctif et ce sera mon but. »

Pour y parvenir, le Phœnix continuera de se rapprocher de la population en s’impliquant. Beaucoup de travail a déjà été fait par l’équipe de l’ancienne directrice.

« J’ai travaillé avec Sylvie lors des derniers mois et c’est une belle marque de confiance qu’elle pense à moi pour la remplacer. On a adoré travaillé ensemble. C’était le coup de foudre dès le départ et les astres se sont alignés pour moi. Le travail est bien amorcé, je dois maintenant amener le marketing et les communications à un autre niveau », souligne Mme Durand, qui compte s’attarder entre autres à l’image de marque du Phœnix.

Un party

Quelques changements ont déjà été apportés et d’autres seront à venir au Palais des sports.

« De nouvelles bières sont offertes : de la blanche, de la Sapporo et de la bière à la pomme. On a aussi modifié quelque peu l’animation et les promotions. On veut que ce soit un party! Pour ce qui est du calendrier, après avoir effectué un sondage auprès de 650 personnes, on a compris que l’idéal était de maintenir les matchs de fin de semaine en après-midi afin de plaire à la majorité », précise Charline Durand, bien consciente que les familles peuvent parfois avoir d’autres obligations et activités à cette heure lors de certaines fins de semaine.

La nouvelle directrice admet toutefois que le meilleur argument de vente du Phœnix est demeuré le même : la victoire. Et l’avenir semble rose selon la directrice de la dernière équipe d’expansion de la LHJMQ.