Hugo Di Feo

Millot passe, Di Feo surprend Gigounon élimine un des favoris

Vincent Millot aura besoin de tout son talent et peut-être même d'un peu de chance s'il veut faire honneur à son titre de favori et remporter le tournoi Futures de Sherbrooke, dimanche.
Le Français a vaincu, jeudi soir, de façon laborieuse, le Sud-Africain Izak Van Der Merwe en trois sets de 7-5, 3-6 et 6-3, pour accéder aux quarts de finale.
Millot affrontera ce vendredi le Bulgare Dimitar Kutrovsky, finaliste du tournoi Futures de Gatineau, tenu la semaine dernière en Outaouais.
Si Millot n'a pas volé sa victoire contre Van Der Merwe, on ne peut pas dire non plus qu'il a survolé son adversaire. Classé 170e au monde, le Français de 28 ans faisait face à un joueur non classé, qui de surcroit se remet d'une blessure qui l'a tenu à l'écart du jeu pendant plus de 10 mois.
Alors que plusieurs s'attendaient à ce qu'il établisse le rythme dès la première manche, Millot a eu besoin de 12 points pour remporter le premier set.
« C'était un peu laborieux, a-t-il reconnu. Ce n'était pas du très grand tennis, mais le principal à retenir, c'est la victoire. »
Malgré sa défaite au deuxième set, Millot n'a pas dérogé à son plan de match. Il s'est longuement attardé sur le revers de Van Der Merwe, forçant celui-ci à lui ouvrir plus de terrain. Une tactique que Millot a bien voulu reconnaître, mais à demi-mot :
« C'est vrai qu'il a un meilleur coup droit, mais je n'ai pas véritablement cherché à exploiter son revers, a-t-il corrigé. C'est mon style de jeu d'aller sur le revers de mon adversaire pour ensuite exploiter le maximum d'ouvertures. Tout ce que j'essaie de faire, c'est d'être le plus créatif et le plus agressif possible et de trouver l'ouverture lorsqu'elle se présente. »
Or, tout comme Van der Merwe, Millot n'était pas au sommet de sa forme. Il a admis après le match être ennuyé par une blessure au pied qu'il l'empêche parfois de se déplacer librement.
« C'est inquiétant, oui et non. J'ai appris juste avant de venir que je dois subir une opération. On me dit que ça ne peut pas empirer, mais à partir du moment où ma cheville se bloque, ça devient un peu gênant. Je ne peux presque plus marcher, comme c'est arrivé au premier tour. Mais à partir du moment où ça revient, ça ne fait plus mal, c'est juste un petit morceau de cartilage qui se promène dans le pied, c'est tout... »
Sur Kutrovsky, son adversaire de quart de finale, Millot n'avait rien de précis à déclarer : « Je ne le connais pas du tout, je n'ai jamais joué contre lui, comme plein de mecs ici d'ailleurs », a-t-il laissé entendre avant de rentrer au vestiaire.
Di Feo étonne
Quelques heures plus tôt, le jeune québécois Hugo Di Feo avait causé l'une des grandes surprises du tournoi lorsqu'il a eu raison de la troisième tête de série, le Belge Germain Gigounon, en deux sets identiques de 6-3.
Classé 950e au monde, Di Feo a éliminé Gigounon (251e) avec une assurance que le Belge n'attendait certainement pas.
Agressif en début de match, Di Feo a su varier ses coups par la suite et prendre son adversaire à contrepied à de multiples reprises, au grand plaisir des spectateurs.
« J'étais très calme lorsque je suis arrivé sur le terrain, a dit Di Feo. Je savais que c'était un joueur qui aimait prendre son temps. En y allant de façon agressive dès le début, je voulais un peu le déstabiliser », a dit le jeune médaillé de bronze aux derniers Jeux du Canada.
Au deuxième set, Gigounon a demandé l'aide du thérapeute afin qu'il examine son genou, mais sans plus. Gigounon ne portait d'ailleurs aucun bandage lors de son match de double, disputé quelques minutes après sa défaite aux mains Di Feo.
Grâce à cette victoire, Di Feo s'est lui aussi assuré d'une place en quarts de finale. Il affrontera le gagnant du Futures de Gatineau, Daniel Smethurst, qui a atteint la finale des six tournois auxquels il a participé depuis le début de l'année.