Mettre la machine en marche

Le premier entraînement de la semaine du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke s'est conclu par une série de jeux opposant l'attaque des Verts à son unité défensive. Si l'exercice n'a pas duré 20 minutes, il a été dominé par la défensive de l'équipe, qui a terminé la journée avec une interception, jetant la joie chez les membres du nouveau coordonnateur défensif, Guillaume Boucher.
L'entraînement s'est déroulé dans la bonne humeur générale et l'intensité était au rendez-vous, même si parfois certains coups dépassaient la limite.
Ce qui n'a pas plus à David Lessard.
« Je suis content de l'enthousiasme, de l'intensité. Mais il y a trop de manque de contrôle. Je ne veux pas de gestes après le sifflet, tu te fais passer par un gars, tu ne lui tapes pas sur la tête. Ce genre de geste coûte 15 verges lors d'un match », a-t-il expliqué, visiblement mécontent.
« L'an dernier, ça nous a pris cinq matchs pour sortir de ça (problèmes d'indiscipline, NDLR), des matchs avec 150 verges de punitions, on en a eu trop. «Amusez-vous, mais contrôlez-vous. »
Le message était clair, et pour cause.
Car il faut dire que la maxime de Lessard et du Vert & Or, DEA (discipline, effort, abnégation) n'a pas toujours été respecté à la lettre l'an dernier.
À preuve, le Vert & Or a été l'équipe la plus punie, en compagnie des Carabins de l'Université de Montréal, en 2013, avec 95 punitions.
En moyenne, Sherbrooke a écopé 107 verges de punition par match, soit presque l'équivalent d'un terrain complet. Bishop's (84,6) et Laval (86,9) ont été les plus disciplinés.
Texte complet dans La Tribune de mardi.