Encore cette année, les Cantonniers se montrent très disciplinés pendant les séries éliminatoires. On ne peut pas en dire autant des Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup, leurs adversaires dans cette série quart de finale.

Mémoire oubliée

COMMENTAIRE / Le coronavirus viendra-t-il mettre un terme à un autre beau parcours des Cantonniers de Magog dans les séries éliminatoires de la Ligue midget AAA du Québec? Vous l’avez peut-être appris en ouvrant les pages de votre quotidien régional ce matin.

Toujours est-il que je veux plutôt revenir sur l’allure de la série entre les Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup et les Cantonniers jusqu’ici. Je vais aller droit au but.

Je ne peux tout simplement pas croire que les Albatros ont gagné le Challenge CCM au Saguenay à la mi-décembre en se comportant de la sorte.

Leur entraîneur Mike Maclure me déclarait au début de la semaine que la série se déciderait à cinq contre cinq. Comme s’il savait d’avance qu’au département des unités spéciales son équipe ne faisait pas le poids.

Or, que s’est-il passé depuis le début de cette série trois de cinq? Les joueurs des Albatros ont visité le banc des punitions pour un grand total de 23 mineures. Et pas ce qu’on peut appeler en jargon de hockey des bonnes pénalités. Presque toujours des punitions de rudesse excessive. Bref, de l’indiscipline pure et simple. Je vous donne trois petits exemples. Deux fois lors du premier match les Albatros ont écopé de punitions en toute fin de période pour des gestes complètement déplacés et inutiles. Et lors de la deuxième joute mercredi, alors qu’on s’apprête à laisser tomber la rondelle sur la glace pour la troisième période, un joueur écope d’une punition pour conduite antisportive. Franchement! À ce moment-là, les Albatros tiraient de l’arrière seulement pas trois buts. C’est ce qu’on appelle courir à sa perte.

Je reviens maintenant au Challenge CCM gagné par les Albatros. En six parties à ce tournoi, ils avaient écopé de 18 mineures en six parties, dont trois seulement en demi-finale et en finale. Qu’est-ce que les Albatros n’ont pas compris? Et c’est quoi cette manie de s’époumoner sur le banc des joueurs chaque fois qu’un Cantonnier est victime d’une solide mise en échec? Tout simplement indigne de la Ligue midget AAA du Québec. J’ose croire qu’il s’agit d’un simple incident de parcours.

Discipline encore et toujours

À travers toute cette rudesse inutile, il faut lever notre chapeau aux joueurs des Cantonniers qui gardent la tête froide. À vrai dire, il n’y a rien de nouveau à ce chapitre chez les Cantonniers qui forment l’équipe la plus disciplinée du circuit Lévesque saison après saison. Et plus l’enjeu est grand, plus ils sont disciplinés. Ce qui frustre énormément les équipes qui croisent le fer avec les Cantonniers en séries. Comme les joueurs changent sur une base régulière dans la Ligue midget AAA du Québec, vous aurez compris qu’il y a du Félix Potvin derrière tout ça. Le coach a la poigne solide sur ses patineurs. L’an dernier, c’est l’Intrépide de Gatineau qui se plaignait du travail des officiels dans leur série contre les Cantonniers. Si les présentes séries se prolongent pour les adolescents de Potvin, attendez-vous à entendre le même refrain. C’est inévitable. Chez les Cantonniers, on a appris à souffrir pour la cause de l’équipe.

Dans un autre ordre d’idées, la dernière victoire des Cantonniers contre les Albatros leur a permis d’écrire une nouvelle page d’histoire dans la ligue. En effet, les Magogois ont maintenant gagné leurs 15 dernières parties à domicile en séries, soit depuis le 25 mars 2018. 

Qu’on se le dise, cette nouvelle marque de ligue ne voudra rien dire aux Cantonniers s’ils ne réussissent pas à conserver la coupe Jimmy-Ferrari pour une troisième année de suite.