Melé Temguia sera de retour avec le FC Edmonton la saison prochaine.

Mélé Temguia reste avec le FC Edmonton

Les joueurs de soccer professionnel de Sherbrooke ont tous connu des sorts différents avec leur équipe respective. Après avoir vu le Magogois Jérémy Gagnon-Laparé devenir joueur autonome à la suite de la dissolution du Fury d’Ottawa dans la United Soccer League, Mélé Temguia a obtenu la confiance du FC Edmonton alors que l’Impact de Montréal n’a pas exercé les options de contrat du joueur de Sherbrooke Daniel Kinumbe. Pendant ce temps, Vincent Lamy rêve d’un club de la PLC à Sherbrooke.

Membre de la Première ligue canadienne, le FC Edmonton tenait à garder les services de Mélé Temguia après lui avoir offert un poste de partant : 27 présences au jeu pour un total de 2430 minutes lors de sa dernière saison. Le défenseur en a profité pour récolter deux buts au passage tout en recevant trois cartons jaunes. 

En Championnat canadien, en deux présences et 180 minutes de jeu, Temguia a obtenu un but. Edmonton a ainsi renouvelé le contrat du Sherbrookois.

« Je suis vraiment content de ramener une partie importante de l’équipe, a confié l’entraîneur Jeff Paulus par voie de communiqué après avoir annoncé le renouvellement de contrat de cinq joueurs, dont Temguia. Ce groupe de joueurs forme la structure de notre défensive. »

Pour sa part, Daniel Kinumbe n’a pas eu la même chance puisque l’Impact de Montréal n’a pas exercé les options de son contrat.

Une équipe pro à Sherbrooke ?

Vincent Lamy a participé à la naissance de la Première ligue canadienne de soccer l’an dernier en signant son premier contrat professionnel avec les Wanderers d’Halifax, mais le Sherbrookois n’a pas du tout apprécié son expérience. 

Utilisé seulement quatre fois pour un total de 89 minutes de jeu, l’attaquant regarde vers d’autres options pour la prochaine saison. En Championnat canadien, il a joué 98 minutes en trois présences. Lamy n’a obtenu aucun point. 

« Ça ne s’est pas passé comme je l’espérais, avoue-t-il. Je regarde ailleurs. Surtout vers la Première ligue canadienne ou la USL. Je m’attendais à jouer davantage, mais je ne suis pas le style d’attaquant que l’entraîneur recherchait. Je suis bon techniquement, mais l’entraîneur misait sur de grands attaquants qui sont forts physiquement. »

Vincent Lamy admet que si Sherbrooke réussit à accueillir un club professionnel, l’équipe bénéficierait d’une bonne base de joueurs régionaux. 

« On est trois joueurs à se chercher une nouvelle équipe. Et il y a plusieurs bons joueurs québécois qui aimeraient jouer dans la Première ligue canadienne, sachant qu’il n’y a pas d’équipe au Québec. La plus proche est à Toronto et je suis persuadé que le projet deviendrait un succès. »

Vincent Lamy