Maude Poulin-Labelle brille dans la NCAA division 1 à sa deuxième saison avec l’Université du Vermont.

Maude Poulin-Labelle veut convaincre Hockey Canada

La Sherbrookoise Maude Poulin-Labelle rêve de participer aux Jeux olympiques un jour. Et elle fait tout pour convaincre Hockey Canada.

Après avoir terminé sa première saison dans la NCAA division 1 avec 11 points en 34 parties, Maude Poulin-Labelle a amorcé sa seconde campagne sur les chapeaux de roue en récoltant douze points en seulement neuf matchs.

Mieux encore : la joueuse de l’Université du Vermont a marqué trois buts mardi au Gutterson Fieldhouse à Burlington dans un gain de 4 à 2 contre Darmouth. Un accomplissement encore plus impressionnant lorsque l’on sait qu’elle occupe la position... de défenseure!

« Je crois m’être beaucoup améliorée depuis l’an dernier, souligne-t-elle. J’ai connu un gros été d’entraînement, je suis arrivée avec plus d’expérience et tout cela fait en sorte que je joue avec plus de confiance. En élevant mon jeu d’un cran, en étant plus rapide et en améliorant mes aptitudes individuelles, je joue en gardant la tête haute et me rends compte que j’ai beaucoup plus de temps pour réaliser les jeux, puis c’est payant. »

Ce tour du chapeau lui a permis de s’inscrire dans le livre des records du programme des Catamounts en devenant la première défenseure à marquer trois buts lors d’un même match.

Entourée des meilleures joueuses de hockey d’Amérique du Nord, Poulin-Labelle occupe maintenant la 2e position chez les pointeuses parmi toutes les défenseures de la NCAA et la 1re position en ce qui concerne les buts.

« Je suis vraiment contente de voir que je collectionne les points cette année, mais ce qui me rend encore plus fière, c’est d’être de plus en plus fiable en défensive. Je veux devenir meilleure dans tout, donc je devais être plus responsable en défensive. »

Ses prouesses servent la cause de la formation du Vermont, qui connaît un bon début de saison avec un dossier de 4-1-4.

« Si notre équipe continue de jouer de la même façon, on pourrait établir une nouvelle marque d’équipe. Jamais je n’aurais imaginé voir notre équipe connaître autant de succès cette saison. Et jamais je n’aurais pensé être au sommet du classement pour les points au sein de notre équipe. »

Un appel de Hockey Canada

Bizarrement, la Sherbrookoise n’a jamais reçu d’appels de Hockey Canada de toute sa jeune carrière.

Maintenant qu’elle se démarque des meilleures joueuses d’Amérique du Nord, Maude Poulin-Labelle pourrait bien en avoir fait assez, déjà, pour attirer l’attention de la formation canadienne des moins de 22 ans.

« Je n’ai jamais été invitée à un camp de Hockey Canada, confirme la joueuse de 19 ans. Cette année, j’espère attirer l’attention. Si je rêvais plus jeune de jouer dans la LNH, mon père m’a rapidement fait comprendre que mon objectif allait être difficile à atteindre. J’ai compris que la NCAA, c’était ma Ligue nationale, mais d’abord et avant tout, mon but ultime est de participer aux Jeux olympiques. »

Gaiters : un pas dans la bonne direction

En apprenant que les Gaiters de l’Université Bishop’s souhaitent intégrer la Ligue universitaire de hockey féminin du RSEQ dès l’an prochain, Maude Poulin-Labelle s’est réjouie pour ses anciennes coéquipières.

« C’était le chaînon manquant. Il y a tellement un beau programme de développement au hockey féminin en Estrie. C’était dommage de voir les joueuses devoir s’exiler après leur passage dans le hockey collégial. Maintenant, il y aura une suite pour les joueuses de la région. »