Chérif Nicolas et Mathieu Betts ont remporté le Bol d’Or ensemble en 2014. Betts a joué de 2012 à 2014 avec les Spartiates.

Mathieu Betts : « Un talent générationnel » selon Chérif Nicolas

Les recruteurs de cinq équipes de la NFL se sont déplacés à Québec lundi afin d’épier le joueur de ligne défensive du Rouge et Or de l’Université Laval Mathieu Betts dans le cadre de son « Pro day ». Rares sont les joueurs qui profitent d’une telle vitrine et Betts, qui a dominé le football canadien lors des quatre dernières années, est un talent générationnel, dit Chérif Nicolas.

L’entraîneur-chef des Gaiters de Bishop’s connaît bien, très bien même, l’ailier défensif du Rouge et Or.

À lire aussi: La NFL à Québec pour Mathieu Betts [VIDÉO]

C’est lui qui l’a convaincu d’opter pour les Spartiates du Vieux-Montréal (football collégial division 1) après son football secondaire.

Nicolas et Betts ont remporté le Bol d’Or ensemble en 2014. Betts a joué de 2012 à 2014 avec les Spartiates.

« Lorsque j’étais entraîneur-chef au Vieux, on s’entraînait sur le terrain du Cactus de Notre-Dame. Martin Lapostolle, un ancien joueur de ligne défensive pour l’Université Indiana et chez les pros aussi, me l’a vanté alors que Mathieu n’était qu’en secondaire IV. Il m’a dit c’est incroyable, j’ai rarement vu un gars qui possède des aptitudes de la sorte. Pour qu’un spécialiste de la ligne défensive soit si enthousiaste, c’est qu’il y avait quelque chose », s’est remémoré Nicolas.

Ce dernier s’est intéressé davantage au cas du jeune joueur défensif, notamment par l’entremise des programmes d’Équipe Québec, et il a réussi à l’attirer chez les Spartiates.

« Même avant son arrivée, on voyait qu’il serait un joueur étoile en division 1. C’est ce type de joueur qui brille à chaque niveau. C’est un joueur d’exception, un talent générationnel. Ses aptitudes physiques sont fantastiques, mais pour moi, c’est son intelligence football qui le différencie. C’est un génie du football. Comme s’il voyait le match se dérouler plus lentement que les autres. Il comprend très facilement, et rapidement, ce que les attaques adverses déploient pour le contrer. »

Betts a été nommé sur la première équipe d’étoiles en division 1 à sa première année en 2012 et joueur défensif par excellence en 2013 et 2014.

Si Mathieu Betts fut une terreur pour les quarts-arrière qui affrontaient les Spartiates, il faut aussi l’une des principales raisons de l’amélioration de l’attaque de sa propre équipe.

« En 2013, avec le quart-arrière Hugo Henderson, notre attaque a dominé la division 1 (fiche de 9-1, 380 points marqués en 10 matchs. On a tout cassé. Mais contre Mathieu et l’unité défensive, à l’entraînement, on avait vraiment de la misère. Il nous a poussés à devenir meilleurs. »

Mathieu Betts a effectué différents exercices devant les recruteurs des Steelers de Pittsburgh, des Jets de New York, des Packers de Green Bay, des Bears de Chicago et des 49ers de San Francisco.

C’est à la suite d’un « Pro day » semblable qu’un autre ancien du Rouge et Or, Anthony Auclair, s’est retrouvé dans la mire des Buccaneers de Tampa Bay.

« C’est dur, percer la NFL. Mais Mathieu a tout pour réussir. Ça va lui prendre un bon « fit », une équipe qui le veut, un entraîneur qui l’apprécie et un système de jeu fait pour lui. Je pense à une équipe qui proposerait une défense 3-4, afin qu’il puisse évoluer à l’extérieur de la ligne défensive et en couverture de passe. »

Pour la petite histoire, les universités américaines Purdue, Temple et Buffalo ont également courtisé Betts, à sa sortie des rangs collégiaux. C’est finalement Québec qui a mis le grappin dessus.

« À Buffalo, on lui a mentionné qu’on le voyait comme le successeur de Khalil Mack, qui graduait chez les pros en 2014 », a dit Chérif Nicolas.

Mack est actuellement l’un des meilleurs joueurs défensifs de la NFL.