Les Redmen ont remporté le premier duel entre les deux équipes, le 9 septembre dernier au Stade de l’Université de Sherbrooke, par 18-16.

Match sans lendemain pour McGill et Sherbrooke

Les deux équipes sont au courant. Les partisans aussi. L’enjeu du match de samedi entre le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke et les Redmen de McGill, qui se déroulera à Montréal, est simple. L’équipe qui gagne participera aux séries éliminatoires du football universitaire québécois, dans deux semaines.

Les deux formations connaissent une saison identique à bien des points de vue. Et l’enjeu du match, de même que tout ce qu’il y a à la clé, est aussi important pour Sherbrooke que pour McGill.

Avec une fiche de 1-6 pour Sherbrooke et de 1-5 pour McGill, les deux programmes universitaires se cherchent. L’an dernier, McGill a fait un pas en avant en participant aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 2012.

De son côté, le Vert & Or ratait les séries en 2016 pour la première fois depuis 2009.

On se doute bien que McGill veut poursuivre sur sa lancée et que Sherbrooke veut redorer son blason.

Dans la nouvelle conférence Québec du football universitaire à cinq équipes, la marge de manœuvre est de plus en plus mince, pour toutes sortes de dossiers. Dont le recrutement.

Lors de leur premier affrontement, les Redmen ont gâché la fête, le 9 septembre dernier, avec une victoire acquise lors du dernier jeu du match, un gain de 18-16.

Sherbrooke doit donc gagner par trois points pour passer devant McGill.

Ce duel McGill-Sherbrooke est le dernier de la saison pour le Vert & Or, qui est en relâche la semaine prochaine. Les Redmen concluront à Montréal contre les Carabins, la semaine prochaine.

« C’est un gros match. Le mot clé à l’entraînement cette semaine fut : travail. On a connu notre meilleure semaine d’entraînement depuis que je suis arrivé en poste. Tout a très bien roulé. J’aurais aimé que ce soit comme ça toute l’année, mais on fait avec ce qu’on a », a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

Ce dernier a confirmé que c’est la recrue Xavier Owens qui sera le quart partant pour le Vert & Or, son deuxième départ consécutif.

« Ce fut une décision facile, il n’y avait pas de zone grise ou d’hésitations. Le dernier quart-arrière à avoir réussi à passer pour plus de 250 verges contre les Carabins, c’est Hugo Richard de Québec. Xavier a pris de bonnes décisions, il n’a pas fait d’erreurs », a lancé Lecompte.

Owens a conclu son premier départ Usports en carrière avec 21 passes complétées en 34 pour 257 verges et une passe de touché dans une défaite de 47-15.

Le porteur de ballon format géant Gabriel Polan sera de retour lui aussi, et son utilisation sera scrutée avec soin. Quant à Tomy Duperron, tout indique qu’il ratera le rendez-vous. Idem pour le receveur William Robitaille, blessé à l’épaule.

Le Vert & Or saluera le retour du secondeur de 4e année Charles Brousseau, qui a raté les quatre derniers matchs.

Le quart-arrière de première année Xavier Owens sera le partant pour l’attaque du Vert & Or samedi contre les Redmen, à Montréal.

McGill prêt à relever le défi

Si McGill et Sherbrooke se ressemblent à bien des égards, un seul point de comparaison ne tient pas : Sherbrooke a 17 joueurs finissants cette année, contre seulement quatre pour les Redmen.

« Ce fut un peu notre point d’ancrage cette semaine à l’entraînement. On veut gagner pour ces vétérans qui partent et ils ont donné le tempo cette semaine. C’est une grosse dose de motivation pour tout le monde », a précisé l’entraîneur-chef de l’équipe Ronald Hilaire.

« On a pratiqué « high tempo » toute la semaine et on s’est préparé pour leurs trois quarts-arrières. Le Vert & Or a pas hésité à faire des changements quand ça n’allait pas. En fait, sauf le dernier match contre Montréal, ils ont changé de quart à chaque match. »

« Owens a fait un travail phénoménal contre Montréal. Il a de l’instinct dans la pochette, il a un bon bras, il prend de bonnes décisions et il peut aussi courir. »

Ron Hilaire s’attend à un gros match de son jeune quart de deuxième année Frédéric Paquette-Perrault (1268 verges de gain, 4 passes de touché contre 10 interceptions). Ce dernier a orchestré avec brio une séquence offensive en toute fin de rencontre, contre Sherbrooke justement, qui a mené les Redmen à leur seule victoire de la saison.

« Il a connu une grosse semaine d’entraînement. C’est un jeune qui est habité aux gros matchs, et qui a démontré dans le passé qu’il pouvait les gagner. C’est le genre d’athlète qui recherche ce genre de situation. »

« On veut faire les séries ; notre processus de crédibilité est bien enclenché depuis l’an dernier alors qu’on a fait les séries après une longue disette. On sait qu’on peut jouer beaucoup mieux que ce qu’on a fait jusqu’ici. On a une équipe en santé. »
Le match est prévu pour 14 h.

Les Gaiters doivent gagner

Les Gaiters accueillent les Mounties de Mount Allison samedi sur le synthétique du Coulter Field de l’Université Bishop’s à compter de 14 h. Un match que les Mauves doivent absolument gagner s’ils espèrent participer aux séries éliminatoires.
Bishop’s (1-5) est présentement installé au dernier rang du classement des Maritimes, alors que les Mounties sont tout juste devant, avec leur fiche de 2-4.

Le dossier se complexifie, dans les Maritimes, puisque seulement trois des cinq formations participent aux séries d’après-saisons.

Et ce sont les X-Men de St-Francis-Xavier avec leur fiche de 3-4 qui occupent actuellement le troisième et dernier échelon donnant accès aux séries.

Ironiquement, les X-Men seront les derniers adversaires des Gaiters en saison régulière, un match qui sera disputé le 28 octobre.

Les Gaiters doivent donc remporter leurs deux derniers matchs, et espérer un peu d’aide par la suite afin de participer aux séries.